En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 168.13 PTS
+0.15 %
5 165.50
+0.15 %
SBF 120 PTS
4 100.11
+0.16 %
DAX PTS
11 332.08
+0.20 %
Dowjones PTS
25 891.32
+0.03 %
7 066.61
+0.00 %
1.133
-0.02 %

Rapatriement de jihadistes: un retour en France via les Américains "envisagé"

| AFP | 286 | 1 par 1 internautes
L'hypothèse d'un rapatriement par l'intermédiaire de forces spéciales américaines d'
L'hypothèse d'un rapatriement par l'intermédiaire de forces spéciales américaines d'"environ 150" Français détenus en Syrie est "fortement envisagée" ( DELIL SOULEIMAN / AFP/Archives )

L'hypothèse d'un rapatriement par l'intermédiaire de forces spéciales américaines d'"environ 150" Français détenus en Syrie est "fortement envisagée", selon une source proche du dossier.

"Environ 150" Français dont "90 mineurs" pourraient être transférés en France via des avions des forces américaines, selon une source proche du dossier qui confirme des informations de la chaîne BFMTV.

Les avions américains atterriraient sur la base militaire de Villacoublay, en région parisienne, où les attendraient les autorités françaises.

"Il n'y a pas de date arrêtée à ce stade", précise cette source. Un autre scénario prévoyait un retour à bord de charters français escortés par les forces françaises.

"La situation est très évolutive", souligne une autre source proche du dossier.

D'après une source gouvernementale, "rien n'est acté à ce stade" mais ce scénario "est l'une des options envisagées".

"Parmi les options possibles, il y a aussi le maintien (des jihadistes français) sur le territoire syrien", ajoute cette même source.

En France, à leur descente d'avion, les adultes faisant l'objet d'un mandat d'arrêt international seront présentés à un juge d'instruction pour une inculpation.

Les autres adultes seront placés en garde à vue à la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). Les profils de ces derniers sont variés. "Chez les femmes, par exemple, il y a un peu de tout, divers degrés d'implication", souligne une source proche du dossier.

Les enfants, "dont certains sont très jeunes", selon une des sources, seront remis aux services sociaux.

Les Français qui pourraient être libérés à la faveur du retrait américain seront "immédiatement" judiciarisés s'ils reviennent en France, avait déclaré fin janvier le ministre de l'intérieur Christophe Castaner.

"Ce sont des Français avant d'être des jihadistes. Certains sont déjà revenus, nous les mettons en prison, nous les connaissons. Ceux qui reviendront, s'ils devaient revenir, seront mis en prison", a assuré M. Castaner.

Jusqu'ici, la France n'envisageait que le rapatriement des enfants retenus avec leurs mères, avec l'accord de celles-ci, mais souhaitait que combattants et épouses soient jugés sur place et y purgent leur peine.

Mais avec la perspective d'un retrait américain, les zones kurdes pourraient être la cible d'une offensive turque ou revenir dans le giron du régime de Damas, laissant craindre une dispersion des jihadistes étrangers.

En décembre, les États-Unis ont annoncé, à la surprise générale, le retrait prochain de leurs quelque 2.000 soldats actuellement déployés en Syrie pour combattre le groupe État islamique, faisant craindre une nouvelle déstabilisation dans la région.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 1
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/02/2019

Les écarts sont marqués en matinée parmi les titres des sociétés ayant publié leurs comptes depuis la clôture d'hier soir

Publié le 20/02/2019

Bouygues grimpe de 2,30% à 31,50 euros en Bourse et signe la plus forte hausse du CAC 40, tiré par une note d’Oddo BHF, qui juge que le groupe diversifié est en "promotion". Le bureau…

Publié le 20/02/2019

Du 30 octobre au 3 novembre...

Publié le 20/02/2019

La bonne maîtrise de l’endettement permet à Nexity de confirmer sa proposition de dividende de 2,50 euros minimum jusqu’en 2022, tout en lui donnant la possibilité de continuer de saisir des…

Publié le 20/02/2019

Tutoriel vidéo...