5 526.51 PTS
+0.58 %
5 533.5
+0.75 %
SBF 120 PTS
4 420.31
+0.58 %
DAX PTS
13 434.45
+1.15 %
Dowjones PTS
26 071.72
+0.21 %
6 834.33
+0.34 %
Nikkei PTS
23 808.06
+0.19 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Rapatriement de jihadistes: le gouvernement entre fermeté et "cas par cas"

| AFP | 294 | Aucun vote sur cette news
Nicole Belloubet, le 3 janvier 2018 à Paris
Nicole Belloubet, le 3 janvier 2018 à Paris ( STEPHANE DE SAKUTIN / AFP )

Le gouvernement a jugé jeudi que les Français de la nébuleuse jihadiste capturés en Irak et en Syrie devaient y être jugés dès que les conditions le permettraient, sans toutefois fermer la porte à des retours en France.

Tout en rappelant la politique de retour au "cas par cas" édictée en novembre par Emmanuel Macron, notamment pour les femmes et les enfants, la ministre de la Justice Nicole Belloubet a souligné que les personnes arrêtées en Irak et Syrie devaient autant que possible "être jugées dans les pays où elles ont été interpellées".

D'après une source proche du dossier en France, une quarantaine de jihadistes français adultes, autant d'hommes que de femmes, accompagnés d'une vingtaine d'enfants, ont été arrêtés principalement dans ces deux pays, dont la grande majorité par les forces kurdes en Syrie.

Parmi eux, des figures connues comme Thomas Barnouin, 36 ans, vétéran de la nébuleuse jihadiste du Sud-Ouest de la France -- dans laquelle ont gravité Mohamed Merah ou les frères Clain -- et Emilie König, 33 ans, propagandiste et recruteuse notoire du groupe Etat islamique (EI).

Face à une opinion publique traumatisée par les attentats de 2015, perpétrés en partie par des jihadistes français revenus de Syrie, le gouvernement redouble de prudence.

Mme Belloubet a rappelé que "lorsque ces pays ont des institutions judiciaires qui sont reconnues", comme en Irak où ils encourent la peine de mort, les ressortissants français "seront jugés là".

Mais le gouvernement était jusqu'ici resté plus flou sur la Syrie, où les Kurdes, et non le gouvernement de Damas, contrôlent une partie du nord et du nord-est du pays et disent y avoir capturé depuis un an 1.300 jihadistes locaux et étrangers.

Le sujet a rebondi cette semaine lorsque deux Françaises détenues en Syrie, dont Emilie König, ont par l'intermédiaire de leurs avocats, Marie Dosé et Bruno Vinay, demandé au gouvernement français de pouvoir être jugées dans l'Hexagone, avec leurs enfants près d'elles.

Des femmes en niqab dans la ville syrienne de Raqa en 2014, alors occupée par le groupe Etat islamique
Des femmes en niqab dans la ville syrienne de Raqa en 2014, alors occupée par le groupe Etat islamique ( - / Raqa Media Center/AFP/Archives )

"Pour la Syrie (…), nous allons travailler avec l’ensemble des partenaires, notamment la Croix-Rouge, pour nous assurer qu’elles bénéficient d’un procès équitable", a répondu jeudi Mme Belloubet, qui s'exprimait lors d'une visite à la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis, semblant accréditer l'idée que des Français pourraient être jugés sur place.

- 'Décisions à prendre' -

Dans la matinée, le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, n'avait pas dit autre chose en estimant sur BFMTV que si "dans le Kurdistan syrien (...) il y a des institutions judiciaires qui sont en capacité d'assurer un procès équitable (...), elles seront jugées là-bas".

Ces déclarations ont été critiquées par les avocats et familles de plusieurs Françaises détenues avec leurs enfants en Syrie, dont beaucoup affirment n'avoir jamais pris les armes.

"Le gouvernement français montre son vrai visage. Il refuse d'avoir une position claire par peur de l'opinion publique", a déclaré à l'AFP Amine Elbahi, dont la sœur a quitté la France en 2014 pour gagner la Syrie. Pour les femmes notamment, "ni la sécurité ni un procès équitables ne sont garantis en Syrie", dit-il.

Me Dosé et Me Vinay réclament également que leurs clientes soient jugées en France avec leurs enfants, notamment parce qu'aucune "autorité identifiée" ne peut le faire en Syrie. Quant au "cas par cas", "c’est la rupture totale de l’égalité devant la loi", estime Me Dosé.

Khaled Issa, représentant de la fédération kurde syrienne (Rojava) à Paris, a déclaré à l'AFP que les Kurdes syriens étaient prêts à "s'arranger" avec Paris pour que des prisonniers soient transférés en France ou jugés en territoire kurde syrien.

"Nous aurons un certain nombre de décisions à prendre en particulier pour les enfants", avait pour sa part noté mardi le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, laissant la porte ouverte à d'éventuels retours.

Mais des voix s'y opposent. "Aucun risque ne doit être pris avec la sécurité des Français", et les jihadistes françaises doivent être "jugées là où elles se trouvent", a réclamé Lydia Guirous, porte-parole des Républicains (LR).

Selon les autorités françaises, environ 1.700 Français ont rejoint les zones jihadistes irako-syriennes depuis 2014. Jusqu'à 450 seraient morts, et 302 sont revenus en France.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 16/01/2018

La maison où un couple a été arrêté après la découverte par la police de 13 frères et soeurs enfermés et affamés par leurs parents, le 15 janvier 2018 à Perris, en Californie ( Sandy…

Publié le 10/01/2018

Le logo de l'aéroport Nantes-Atlantique géré par Vinci, à Bouguenais, près de Nantes le 25 juin 2016 ( LOIC VENANCE / AFP/Archives )Un renoncement du gouvernement à construire l'aéroport de…

Publié le 09/01/2018

Le Premier ministre Edouard Philippe à Paris, le 21 décembre 2017 ( Thomas Samson / AFP/Archives )Les forces de l'ordre pourront "retenir" le permis d'un automobiliste pris téléphone en main…

Publié le 03/01/2018

( JUNG Yeon-Je / AFP )Depuis l'instauration du premier "téléphone rouge" en 1963 entre les Etats-Unis et l'Union soviétique, de nombreux pays, tels les deux Corées, ont instauré des moyens…

Publié le 16/12/2017

L'ex-président brésilien Lula à Brasilia le 9 octobre 2017 ( Sergio LIMA / AFP/Archives )L'ex-président brésilien Lula, favori de la présidentielle en 2018, saura bientôt si sa condamnation…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/01/2018

Dominique Carouge exerçait depuis le 1er janvier 2016 les responsabilités de Directeur Financier Adjoint et de Responsable des Opérations financières et du Contrôle...

Publié le 19/01/2018

COMMUNIQUE DE PRESSE                                                            Paris, le 19 janvier…

Publié le 19/01/2018

    EXEL Industries Société Anonyme au capital de 16 969 750 EUR Siège Social : 54, rue Marcel Paul 51206 Epernay Cedex RCS Epernay n° B 095 550 356…

Publié le 19/01/2018

Une fois converties en actions ordinaires, ces ADP seront admises à la négociation sur le marché Euronext Growth...

Publié le 19/01/2018

Visiativ a finalisé le rachat par Alliativ, société holding détenue par les deux fondateurs dirigeants Laurent Fiard et Christian Donzel, des 450 660 ADP 2012 (Action à Dividende Prioritaire)…

CONTENUS SPONSORISÉS