En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 506.85 PTS
+1.44 %
4 529.00
+1.97 %
SBF 120 PTS
3 557.79
+1.67 %
DAX PTS
10 564.74
-
Dow Jones PTS
23 719.37
+1.22 %
8 238.53
+0. %

Quand un rescapé de la Shoah se lie d'amitié avec un "gosse de nazi"

| AFP | 540 | 4.67 par 3 internautes
Simon Gronowski (d), survivant de la Shoah, pianiste et avocat à la retraite, et Koenraad Tinel (g), sculpteur, dessinateur qui se dit
Simon Gronowski (d), survivant de la Shoah, pianiste et avocat à la retraite, et Koenraad Tinel (g), sculpteur, dessinateur qui se dit "gosse de nazi", lors d'une interview avec l'AFP, le 24 février 2020 à Vollezele, en Belgique ( Kenzo TRIBOUILLARD / AFP )

L'un est juif et a miraculeusement échappé à la Shoah, l'autre se dit "gosse de nazi", pétri de culpabilité. Deux Belges éprouvés par la tragédie de la Seconde guerre mondiale témoignent désormais côte à côte de leur histoire et de l'amitié profonde qui les unit.

Simon Gronowski et Koenraad Tinel, 88 et 85 ans, doivent recevoir cette année le titre de Docteur honoris causa des Universités libres de Bruxelles, la néerlandophone VUB et la francophone ULB.

"Leur amitié exceptionnelle est un puissant symbole d'espoir, de bonheur et de paix", explique-t-on à la VUB.

Diamétralement opposés au départ, les destins des deux hommes, l'un Bruxellois francophone, l'autre né dans une famille flamande de Gand, se sont croisés en 2012, lorsqu'un militant de l'Union des progressistes juifs de Belgique a eu l'idée de les mettre en contact, expliquent-ils lors d'une rencontre avec l'AFP.

Le jeune homme connaissait leurs deux histoires, dont chacun avait déjà livré un récit poignant.

Simon Gronowski (d), survivant de la Shoah, pianiste et avocat à la retraite, et Koenraad Tinel (g), sculpteur, dessinateur qui se dit
Simon Gronowski (d), survivant de la Shoah, pianiste et avocat à la retraite, et Koenraad Tinel (g), sculpteur, dessinateur qui se dit "gosse de nazi", lors d'une interview avec l'AFP, le 24 février 2020 à Vollezele, en Belgique ( Kenzo TRIBOUILLARD / AFP )

Simon Gronowski, avocat à la retraite, a raconté dans un livre ("L'Enfant du 20e convoi", 2002) le geste incroyable de sa mère, qui l'a sauvé de la déportation en 1943 en le poussant d'un train en route vers Auschwitz. L'enfant juif, arrêté par la Gestapo à Bruxelles, a alors 11 ans.

Koenraad Tinel, sculpteur et dessinateur, a lui préféré le recueil de dessins ("Scheisseimer", "Seau à merde" en allemand, 2009) pour se décharger du fardeau de la collaboration, dont il a si longtemps porté l'énorme poids. Une oeuvre qu'il a ensuite lui-même transposée sur une scène de théâtre.

Le drame du premier est d'avoir perdu sa soeur et sa mère, jamais revenues des camps nazis. Tandis que le second a dû supporter pendant des décennies l'absence du moindre remords de la part de son père et de ses deux frères ayant combattu pour le IIIe Reich.

"Mon père avait deux idoles, le Christ et Hitler! Essayez de comprendre ça...", lâche Koenraad, les yeux rougis en témoignant au côté de Simon, chez lui à Gammerages dans la campagne du Brabant (centre-ouest).

L'étreinte et le pardon

Simon Gronowski (g), survivant de la Shoah, pianiste et avocat à la retraite, et Koenraad Tinel (d), sculpteur, dessinateur qui se dit
Simon Gronowski (g), survivant de la Shoah, pianiste et avocat à la retraite, et Koenraad Tinel (d), sculpteur, dessinateur qui se dit "gosse de nazi", lors d'une interview avec l'AFP, le 24 février 2020 à Vollezele, en Belgique ( Kenzo TRIBOUILLARD / AFP )

Conséquence des sympathies paternelles: les deux grands frères Tinel sont envoyés, l'aîné sur le front de l'est, le second comme volontaire au côté des Waffen SS flamands.

Et en 1944, à la Libération, poursuit le Flamand, la famille doit fuir vers l'Allemagne: s'ensuivent près de deux années à "se cacher, camper en forêt, avoir faim". Avant un retour en Belgique synonyme de prison et de dégringolade sociale.

Entre Simon le volubile, habitué à témoigner dans les écoles, y compris à l'étranger, et Koenraad l'émotif, davantage dans la retenue, la connexion a été immédiate lors du premier contact il y a huit ans.

"Quand je lui ai dit que les enfants des coupables ne sont pas coupables, il y a eu un déclic (...) Une grande amitié est née entre nous", dit Simon, qui décrit désormais Koenraad comme son "frère".

Ce propos sur la culpabilité, "c'était un très beau message pour moi, ça m'a fait un énorme plaisir", souligne le Flamand.

Simon Gronowski (d), survivant de la Shoah, pianiste et avocat à la retraite, et Koenraad Tinel (g), sculpteur, dessinateur qui se dit
Simon Gronowski (d), survivant de la Shoah, pianiste et avocat à la retraite, et Koenraad Tinel (g), sculpteur, dessinateur qui se dit "gosse de nazi", lors d'une interview avec l'AFP, le 24 février 2020 à Vollezele, en Belgique ( Kenzo TRIBOUILLARD / AFP )

En 2013, l'avocat-auteur et le dessinateur ont cosigné un ouvrage intitulé "Ni victime, ni coupable, enfin libérés". L'histoire de Simon a aussi inspiré un opéra au compositeur britannique Howard Moody.

Chose encore plus inattendue: le lien noué entre Simon et Koenraad a fini par ébranler les certitudes d'un frère de ce dernier, l'ex "collabo" des SS.

A 88 ans, malade et proche de la mort, ce frère a imploré le pardon de l'ancien enfant juif, dont il avait lui-même été un des geôliers à la caserne Dossin à Malines (nord), d'où est parti le train vers Auschwitz.

Simon Gronowski décrit la rencontre: "il me disait +j'ai besoin de votre pardon pour mourir en paix+. Alors je l'ai pris dans mes bras, et je lui ai pardonné. Ce pardon lui a fait beaucoup de bien mais à moi encore plus".

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
3 avis
Note moyenne : 4.67
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 09/04/2020

ADOCIALa biotech publiera son chiffre d'affaires du premier trimestreAIRBUSAfin de préserver ses liquidités dans un contexte de crise du Covid-19, easyJet s'est entendu avec Airbus pour obtenir le…

Publié le 09/04/2020

Gaussin annonce un nouveau contrat avec la société PRB (Produits de Revêtement du Bâtiment) pour la fourniture d'une solution clé en main de transport...

Publié le 09/04/2020

Oncodesign a publié un résultat net consolidé 2019 de 1,62 million d'euros, après une perte de 3,15 millions en 2018. Le groupe retrouve ainsi l'équilibre financier un an avant son objectif. Les…

Publié le 09/04/2020

PSB Industries a réalisé sur le premier trimestre un chiffre d'affaires de 63,3 ME, en retrait de 11,2% à taux de change et périmètre constants...

Publié le 09/04/2020

Implanet, société de technologies médicales spécialisée dans les implants vertébraux et les implants de chirurgies du genou, informe ses actionnaires...