En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 944.11 PTS
+1.02 %
5 948.5
+1.1 %
SBF 120 PTS
4 676.81
+1.02 %
DAX PTS
13 372.22
+1.14 %
Dow Jones PTS
28 132.05
+0.79 %
8 466.89
+0. %
1.118
-0.03 %

Quand les parents américains vont trop loin pour dévoiler le sexe de leur futur bébé

| AFP | 303 | 2 par 2 internautes
Un garde-frontière avait causé un incendie géant dans l'Arizona en 2017, à l'occasion d'une
Un garde-frontière avait causé un incendie géant dans l'Arizona en 2017, à l'occasion d'une "gender reveal party", en tirant sur une cible artisanale contenant un produit hautement explosif ( HO / US Forest Service/AFP )

Un crash d'avion au Texas, une explosion mortelle dans l'Iowa, un incendie géant en Arizona: de plus en plus populaires aux Etats-Unis, les fêtes organisées par les futurs parents pour dévoiler le sexe de leur enfant à naître peuvent virer au cauchemar.

"C'est une fille!" Après avoir largué, à basse altitude, plus d'une tonne d'eau colorée en rose, le petit avion a subitement décroché pour aller s'écraser dans un champ texan.

L'accident n'a miraculeusement pas fait de victime début septembre, mais une autre "gender reveal party", littéralement "fête de la révélation du sexe", a été fatale le mois suivant dans l'Iowa à une femme de 56 ans, tuée par les débris projetés par une bombe artisanale.

Les parents américains se sont longtemps contentés d'un gâteau pour mettre fin, au moment de la découpe, à l'intenable suspense: coulis bleu pour un garçon, rose pour une fille.

Avec l'émergence des réseaux sociaux, les mises en scène sont aujourd'hui de plus en plus sophistiquées et "extrêmes", confie à l'AFP Carly Gieseler, de l'université de New York, qui s'est penchée sur cette tendance née à la fin des années 2000.

Ce qui était surtout au début "un petit rassemblement intime" est devenu un show à l'américaine, avec "explosions, feux d'artifice et sauteurs en parachute", partagé à gogo sur Instagram ou YouTube.

Pour l'universitaire, les fêtes de la révélation du sexe ont "comblé le vide laissé par ces rassemblements communautaires qui ont tendance à disparaître".

Elles sont devenues tellement "courantes" aux Etats-Unis qu'elles seraient désormais "presque un passage obligé" pour les futurs parents. Et les entreprises spécialisées se frottent les mains.

"Quelle importance?"

Balles de baseball ou de golf qui laissent échapper une poudre bleue ou rose quand on frappe dedans, cibles de tir, ballons, guirlandes, pâtisseries... "Le marché est immense", relève Carly Gieseler.

Il complète celui d'une autre coutume américaine, la "baby shower", fête prénatale, surtout célébrée entre femmes, lors de laquelle la future maman est "inondée" de cadeaux.

Le marché des
Le marché des "gender reveal parties" complète celui des "baby showers", des fêtes prénatales lors desquelles les futures mamans sont inondées de cadeaux  ( Bryan Bedder / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP )

Si les "gender reveal parties" ont au moins le mérite de faire participer les hommes aux festivités, elles sont accusées de renforcer les stéréotypes de genre.

"Même si cela peut sembler assez léger au premier abord, elles contribuent à rétablir la conception binaire du genre en imposant à un bébé qui n'a pas encore vu le jour l'idée selon laquelle il est soit un garçon, soit une fille, et tous les postulats qui vont avec", note la chercheuse new-yorkaise.

Même l'"inventrice" du phénomène, Jenny Karvunidis, de qui tout est parti à la suite d'un article de blog en 2008 lorsqu'elle était enceinte de sa première fille, a aujourd'hui l'impression d'avoir créé un monstre.

"Je suis très partagée quant à ma contribution fortuite à la culture. C'est devenu complètement fou par la suite", a-t-elle écrit en juillet sur les réseaux sociaux, évoquant "tirs de pistolet" et "feux de forêt", comme celui provoqué en 2017 dans l'Arizona par un futur papa imprudent et maladroit.

"Quelle importance a le sexe du bébé?", s'interroge-t-elle par ailleurs. "Je ne savais pas (à l'époque) ce que nous savons aujourd'hui: que donner de l'importance à leur sexe de naissance occulte une grande partie de leur potentiel et de leurs talents, qui n'ont rien à voir avec ce qu'ils ont entre les jambes".

Accompagné d'une photo très soignée avec conjoint, chien et enfants, son post offre une révélation: "Le premier bébé au monde né après une +gender reveal party+ est une fille qui porte des costards!"

Il a été "liké" plus de 35.000 fois sur Facebook.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 2
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/12/2019

Navya renforce ses équipes dans la continuité des orientations stratégiques présentées en juillet dernier avec la nomination de Lilian Birocheau (36 ans) en tant que Vice-président licences et…

Publié le 13/12/2019

Le retour dans le vert des comptes de LDLC au premier semestre est salué par un bond de 18,10% à 11,55 euros de l’action du spécialiste de la high-tech online. Bénéficiant de l’optimisation…

Publié le 13/12/2019

Altice Europe (+5,63% à 5,63 euros) a annoncé céder 49,99% d'Altice Portugal FTTH à Morgan Stanley Infrastructure Partners via sa filiale MEO. L'opération, dont la finalisation est prévue au…

Publié le 13/12/2019

LDLC va mieux...

Publié le 13/12/2019

Casino fait partie des quelques grandes valeurs de la place parisienne à échapper à la bonne orientation des marchés en cette fin de semaine...