En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 409.03 PTS
-0.31 %
5 404.50
-0.18 %
SBF 120 PTS
4 288.29
-0.24 %
DAX PTS
11 616.91
-1.45 %
Dowjones PTS
25 887.38
+0.00 %
7 349.28
+0.00 %
1.135
+0.04 %

"Projet Rodin": une contrefaçon à grande échelle d'oeuvres du sculpteur jugées à Paris

| AFP | 169 | Aucun vote sur cette news
Christie's 20th Century Week Press Preview
Christie's 20th Century Week Press Preview ( Don EMMERT / AFP/Archives )

"Le penseur", "Le baiser", "La main de Dieu": la cour d'appel de Paris a commencé à juger mercredi "le projet Rodin", une contrefaçon à grande échelle d'oeuvres du sculpteur, produites à partir de moules originaux puis vendues et exposées à l'étranger.

Quatre hommes et la société "Gruppo mondiale" sont jugés dans cette affaire, qui a démarré quand le musée Rodin a déposé plainte en 2001.

Dix-huit ans plus tard, après plusieurs renvois, le procès a enfin démarré, mais la société est désormais liquidée et trois prévenus n'ont pas fait le déplacement. L'Américain Gary Snell, qui était le patron de l'entreprise, est donc seul à la barre: l'élégant septuagénaire est notamment jugé pour "contrefaçon", "pratique commerciale trompeuse", "exportation ou importation d'ouvrages contrefaits".

En 1916, Auguste Rodin a fait don de l'ensemble de ses oeuvres originales, plâtres, moulages, bronzes à l'État français. Il revenait à ce dernier de valoriser ce patrimoine dans un musée qui bénéficie en conséquence d'une exclusivité en France sur l'édition et la conservation des oeuvres originales de l'artiste.

Mais des plâtres n'ont pas été restitués au musée. Et l'originalité de ce procès vient du fait que les tirages des oeuvres contrefaites ont été réalisés à partir d'authentiques plâtres, vendus par la fonderie historique de Rodin, Rudier. Les reproductions ont été vendues, présentées comme des originaux, dans des expositions à Venise, Genève, Toronto etc.

"Aucun des objets ne portait la mention +reproduction+. Aucun non plus ne portait le cachet du fondeur. Pourquoi ?", a interrogé la présidente de la Cour. "La fonderie n'appose pas systématiquement son cachet", a répondu Gary Snell. "Lors de notre rencontre, le musée Rodin m'avait expliqué que la mention +reproduction+ était obligatoire en France seulement", s'est défendu le prévenu.

"La Cour se trompe car vous ne comprenez pas comment se déroule le processus de fonte", a-t-il aussi tenté, face aux questions pressantes de la présidente. "Rodin est un sculpteur qui se vend bien, cher, qui peut rapporter beaucoup d'argent. M. Snell est un entrepreneur et travaille pour gagner de l'argent", a aussi lancé la magistrate.

La société italienne Gruppo Mondiale aurait produit, selon des estimations, environ 1.700 pièces à partir de 52 oeuvres de l'artiste, pour un chiffre d'affaires de quelque 60 millions d'euros.

L'affaire a déjà été jugée en 2014 mais à l'issue du procès, le tribunal correctionnel de Paris s'était déclaré incompétent, estimant qu'il n'était pas démontré que les sculptures aient été fabriquées, exposées ou vendues sur le territoire français. Le parquet avait fait appel de cette décision et obtenu un nouveau procès.

Celui-ci se poursuit jeudi avec les plaidoiries et les réquisitions de l'avocat général.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 15 avril 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 20/03/2019

L'ancien chef politique des Serbes de Bosnie, Radovan Karadzic, devant le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY), le 24 mars 2016 ( Robin van Lonkhuijsen / POOL/AFP/Archives…

Publié le 20/03/2019

Sur cette affiche placardée en Hongrie par le parti de Viktor Orban, on peut lire "Vous avez aussi le droit de savoir ce que Bruxelles prépare", à côté des portraits de George Soros et…

Publié le 20/03/2019

Bidons de glyphosate abandonnés près de Gualeguaychu en Argentine, le 7 février 2018 ( PABLO AHARONIAN / AFP/Archives )Le nouveau revers mardi aux Etats-Unis de Monsanto, dont l'herbicide au…

Publié le 20/03/2019

Comme anticipé, Google vient d'écoper d'une troisième lourde amende de la part de la Commission européenne...

Publié le 20/03/2019

La manifestation des fonctionnaires à l'appel de FO devant les Invalides à Paris le 7 février 2019 ( Alain JOCARD / AFP )Sept syndicats de fonctionnaires ont appelé mercredi à une journée de…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/03/2019

En tête du SRD, Innate Pharma se distingue sur un gain de 8,5% à 7,2 euros...

Publié le 20/03/2019

CBo Territoria avance de 0,8% à 3,6 euros en début d'après-midi, soutenu par ses solides résultats annuels...

Publié le 20/03/2019

General Mills a publié ses résultats au titre de son troisième trimestre fiscal 2019 (clos le 24 février). Ainsi, le groupe agrolimentaire américain a publié un bénéfice net de 446,8 millions…

Publié le 20/03/2019

Par courrier reçu le 19 mars 2019 par l'AMF, la société new-yorkaise BlackRock, Inc...

Publié le 20/03/2019

Air France KLM va augmenter son offre estivale de 2%...