5 319.17 PTS
-0.32 %
5 307.50
-0.41 %
SBF 120 PTS
4 234.88
-0.39 %
DAX PTS
12 993.73
-0.41 %
Dowjones PTS
23 358.24
-0.43 %
6 314.51
-0.39 %
Nikkei PTS
22 396.80
+0.20 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Tueries de Toulouse et Montauban: il y aura un deuxième procès Merah

| AFP | 476 | Aucun vote sur cette news
Abdelkader Merah lors de son procès à la Cour d'assises de Paris, le 2 octobre 2017
Abdelkader Merah lors de son procès à la Cour d'assises de Paris, le 2 octobre 2017 ( Benoit PEYRUCQ / AFP/Archives )

Il y aura un deuxième procès Merah: le parquet général a annoncé vendredi qu'il faisait appel du verdict qui a condamné à 20 ans de prison Abdelkader Merah, mais en ne le jugeant pas complice des sept assassinats commis par son frère Mohamed.

Pour le ministère public, la cour d'assises spéciale de Paris n'a "pas tiré toutes les conséquences juridiques des faits qui lui étaient soumis" au cours de ces cinq semaines d'audience sous haute tension, notamment pour avoir acquitté Abdelkader Merah de la "complicité d'assassinats" qui lui était reprochée. Il a en revanche été jugé coupable d'association de malfaiteurs terroriste.

L'appel du parquet général concerne également son coaccusé Fettah Malki, condamné à 14 ans de prison pour avoir vendu l'arme et le gilet pare-balles à Mohamed Merah ayant servi à tuer des militaires, des enfants et un enseignant juifs en mars 2012, en connaissant sa radicalisation jihadiste.

L'avocate générale Naïma Rudloff avait requis la réclusion criminelle à perpétuité avec une peine de sûreté de 22 ans contre Abdelkader Merah, en retenant contre lui la complicité, et 20 ans de réclusion contre Fettah Malki avec une peine de sûreté des deux tiers.

"Rien ne me surprend", a réagi auprès de l'AFP l'avocat d'Abdelkader Merah, Eric Dupond-Moretti, après l'appel du parquet général.

Eric Dupond-Moretti, avocat d'Abdelkader Merah, à la Cour d'assises de Paris, le 2 novembre 2017
Eric Dupond-Moretti, avocat d'Abdelkader Merah, à la Cour d'assises de Paris, le 2 novembre 2017 ( STEPHANE DE SAKUTIN / AFP )

L'avocat a précisé qu'il allait consulter son client pour savoir s'il souhaitait faire appel. Evoquant sur France Inter la perspective d'un nouveau procès, il a insisté sur la nécessité de réfléchir à "la question de la victime dans le procès pénal, du poids de l'opinion publique, de l'image de l'institution judiciaire et de la façon dont le terrorisme nous a anesthésiés".

Remerciant le parquet général pour son appel, Latifa Ibn Ziaten, la mère du premier militaire assassiné par Mohamed Merah, a déclaré sur BFMTV espérer que ce second procès "sera à la hauteur". "C'est un espoir pour moi, pour toutes les familles", a-t-elle dit, répétant comme la veille que la justice n'a pour l'instant "pas été au bout du dossier".

- 'Le mal absolu' -

Mohamed Merah n'était pas un "loup solitaire ayant agi seul sans complicité, en l'occurrence celle de son frère. Cet appel offre la possibilité supplémentaire d'établir cette complicité, voire d'autres. C'est par conséquent une bonne nouvelle pour les familles des victimes à qui l'on doit faire justice", a salué pour sa part le président du Consistoire, Joël Mergui.

Latifa Ibn Ziaten, mère du premier soldat tué par Mohamed Merah, à la Cour d'assises de Paris, le 2 novembre 2017
Latifa Ibn Ziaten, mère du premier soldat tué par Mohamed Merah, à la Cour d'assises de Paris, le 2 novembre 2017 ( STEPHANE DE SAKUTIN / AFP )

Dans son verdict jeudi soir, la cour a souligné que Mohamed Merah a "toujours été seul" au moment où il a commis les sept assassinats, les 11, 15 et 19 mars 2012 à Toulouse et Montauban, avant d'être tué par les forces d'élite de la police le 22 mars.

"S'il partageait bien les motivations" du jihadiste, "aucun élément de la procédure ne montre" qu'Abdelkader Merah "connaissait les objectifs visés et les crimes commis par son frère", a-t-elle jugé.

Confrontés au poids de la douleur des victimes et à la symbolique du premier procès des attentats jihadistes en France, les juges avaient trouvé un compromis en droit qui ne pouvait satisfaire des attentes contradictoires.

L'annonce du verdict avait provoqué une vive déception de certaines parties civiles, qui ont estimé que justice n'était pas rendue. Plusieurs avocats de familles de victimes ont, en revanche, salué un verdict équilibré rendu par "une justice sereine".

Dans ce procès, "nous sommes les seuls en défense à nous être placés sur le terrain probatoire de la preuve", a assuré Me Dupond-Moretti en ciblant "les parties civiles qui n'ont pas plaidé le fond du dossier", préférant "le terrain victimaire".

"La question est: est-ce qu'un type qui incarne le mal absolu par les temps qui courent peut se voir condamné au bénéfice du doute?", a-t-il interrogé.

Il a cependant rendu hommage au travail des juges qui "ont résisté à la pression de l'opinion publique et ont effectué un vrai travail pour motiver leurs décisions".

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/11/2017

Affine a acquis auprès de la société belge Banimmo (dont elle détient 49,5 %), le marché Vaugirard, situé à Paris 15ème face à la gare Montparnasse. Cette galerie commerciale, ouverte sur le…

Publié le 17/11/2017

Gaussin Manugistique, spécialisée dans l'audit des process de manutention, a annoncé la réception usine par son distributeur Blyyd de 2 véhicules ATM (Automotive Trailer Mover) Full Elec. Les ATM…

Publié le 17/11/2017

Résultats trimestriels...

Publié le 17/11/2017

Article L. 233-8-II du Code de commerce et article 223-16 du Règlement général de l'AMF Dénomination sociale de l'émetteur :             Atos SE Name and…

Publié le 17/11/2017

Conformément à la réglementation relative aux rachats d'actions, Atos SE déclare ci-après les opérations d'achats d'actions propres pour un montant de 13,8 millions…

CONTENUS SPONSORISÉS