En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 868.94 PTS
-0.14 %
4 858.50
-0.31 %
SBF 120 PTS
3 878.78
-0.26 %
DAX PTS
11 164.32
-0.37 %
Dowjones PTS
24 706.35
+1.38 %
6 784.61
+0.00 %
1.138
+0.16 %

Procès Barbarin: personne n'a voulu "étouffer" les agressions sexuelles mais aucun ne les a dénoncées

| AFP | 241 | Aucun vote sur cette news
Le cardinal Philippe Barbarin à son arrivée au tribunal correctionnel de Lyon, le 7 janvier 2019
Le cardinal Philippe Barbarin à son arrivée au tribunal correctionnel de Lyon, le 7 janvier 2019 ( JEFF PACHOUD / AFP )

Le cardinal Barbarin et cinq autres personnes jugées depuis lundi à Lyon l'affirment tous: aucun n'a voulu "étouffer" les agressions sexuelles d'enfants d'un prêtre, sans pour autant les dénoncer à la justice. Une position délicate à tenir devant les juges.

Marchant sur un fil, les six prévenus ont choisi prudemment de lire un texte à la barre, avant de répondre, plus ou moins, aux questions du tribunal et des parties civiles. La procureure, elle, n'en pose pas, l'affaire ayant été classée sans suite par le parquet en 2016.

Depuis, neuf plaignants ont cité à comparaître l'archevêque et cinq anciens membres du diocèse devant le tribunal correctionnel, pour non-dénonciation d'agressions sexuelles commises par un prêtre, Bernard Preynat, sur de jeunes scouts de la région lyonnaise avant 1991.

Lundi, l'ex-directeur de cabinet du cardinal Pierre Durieux a fait valoir son "droit au silence" après une déclaration.

"J'ai préparé une déclaration, après je pense que je me tairai", a annoncé mardi la bénévole du diocèse Régine Maire. En 2014, elle fut la première à rencontrer une victime du père Preynat, Alexandre Hezez.

"C'est tout de même bien malcommode", lui rétorque la présidente du tribunal, Brigitte Vernay, coupant court aux arguments de Me Xavier Vahramian pour justifier l'attitude de sa cliente.

"Je comprends votre effort de politesse et de pédagogie vis-à-vis du tribunal pour lui éviter de penser que l'on cherche à contrôler la parole (...) Madame ne veut pas répondre, c'est son droit. Mais chacun est libre d'en penser ce qu'il veut", a-t-elle lancé à l'avocat.

Et la magistrate, puis les parties civiles, de l'interroger tout de même, jusqu'à provoquer un incident avec la défense et une courte suspension d'audience.

L'obstination de la présidente du tribunal à délier les langues finit par payer mais d'une bouche à l'autre, le discours ne varie guère.

"Endosser le fardeau"

Tous disent avoir été "choqués", "bouleversés", "horrifiés" par les agissements passés du prêtre mais aucun n'a songé à saisir la justice avant qu'un ancien scout porte plainte en 2015. Écarté de ses fonctions ecclésiastiques en septembre 2015 et mis en examen en 2016, le père Preynat pourrait être jugé cette année.

Lundi, Mgr Barbarin a expliqué qu'il ne savait comment procéder avec des faits "anciens" et qu'il avait suivi les consignes du Vatican pour écarter le prêtre tout en évitant le scandale.

Les religieux ignoraient-ils la loi séculaire ? Un évêque avait pourtant été condamné pour des faits similaires en 2001, souligne une avocate des parties civiles, Me Emmanuelle Haziza.

Mme Maire, laïque formée en psychologie et en théologie, recevait au diocèse les personnes "en difficulté avec l'Église". C'est ainsi qu'elle vit Alexandre Hezez en 2014: elle l'invita à porter plainte contre le père Preynat, il lui répondit que les faits étaient prescrits. "Une fin de non-recevoir", à ses yeux.

Me Haziza lui demande "ce qui a primé" ce jour-là, entre psychologie et religion; elle répond avoir manqué de bagage juridique. Dans sa déclaration au tribunal, Mme Maire expliquait pourtant n'avoir jamais pensé à dénoncer elle-même les faits car son interlocuteur était "en position de le faire lui-même" - justification qui semble bien au fait du Code pénal.

Le vicaire épiscopal Xavier Grillon raconte avoir rencontré M. Hezez, puis le père Preynat, en 2015 avant le dépôt de la plainte et n'avoir "jamais voulu, à aucun moment, entraver la marche de la justice".

Même chose pour l'actuel évêque de Nevers Thierry Brac de la Perrière, en poste à Lyon en 2011 quand il rencontra une autre victime, Laurent Duverger. "Je suis accusé d'avoir caché ce que vous m'avez révélé ce jour-là, mais devais-je en parler ? Ce n'est pas ce que j'avais compris", lui dit-il.

Philippe Barbarin
Philippe Barbarin ( Laurence SAUBADU, Paul DEFOSSEUX / AFP )

"Pourquoi ne pas évoquer la possibilité d'aller en justice ?", poursuit la présidente. "On était sur un autre registre, ça ne m'a même pas traversé l'esprit", répond l'ancien bras droit de Mgr Barbarin.

M. Duverger estime, lui, avoir été "endormi" à l'époque car M. Brac de la Perrière lui aurait dit que le diocèse avait le père Preynat "à l’œil".

"À un moment donné, il va falloir que quelqu'un endosse le fardeau d'avoir maintenu pendant 25 ans un homme dangereux au contact d'enfants", a dit l'ancien scout en marge de l'audience, qui se tient jusqu'à mercredi.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 21/01/2019

L'éclipse de lune avec en arrière-plan la cathédrale de Tours, le 21 janvier 2019 ( GUILLAUME SOUVANT / AFP )A l'heure dite dans la nuit de dimanche à lundi, la Lune s'est éteinte avant de se…

Publié le 21/01/2019

Le groupe Casino a annoncé avoir conclu des promesses en vue de la cession de 6 hypermarchés à des adhérents Leclerc, pour une valorisation des murs et fonds totale de 100,5 millions d’euros.…

Publié le 21/01/2019

Wall Street a signé une 4ème séance de hausse consécutive ainsi qu’une quatrième semaine de rebond d'affilée alors que la Chine serait prête à augmenter ses importations sur 5 ans afin de…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/01/2019

Le Conseil d’administration de Renault devrait choisir cette semaine une nouvelle direction, l’incarcération au Japon de son PDG Carlos Ghosn ayant été prolongée, indique Reuters citant des…

Publié le 21/01/2019

Bruxelles va bloquer le projet de rapprochement entre Alstom et Siemens Mobility, qui aurait créé un champion européen du ferroviaire, a appris Reuters auprès de sources proches du dossier. Les…

Publié le 21/01/2019

Le groupe Casino a annoncé avoir conclu des promesses en vue de la cession de 6 hypermarchés à des adhérents Leclerc, pour une valorisation des murs et fonds totale de 100,5 millions d’euros.…

Publié le 21/01/2019

A la suite du communiqué du 7 décembre 2018, Philippe Houdouin, Silvère Baudouin, Christophe Sollet, Michel Picot, Éric Saiz, Dominique Roche, HIFIC ainsi que FinancièreArbevel ont annoncé…

Publié le 21/01/2019

Drone Volt, constructeur français aéronautique spécialisé en drones civils professionnels, annonce la nouvelle livraison d’un drone Hercules 10 aux Etats-Unis, à un groupement de producteurs…