5 513.82 PTS
+0.08 %
5 480.0
-0.52 %
SBF 120 PTS
4 405.94
+0.16 %
DAX PTS
13 246.33
+0.35 %
Dowjones PTS
25 792.86
-0.04 %
6 737.14
-0.32 %
Nikkei PTS
23 951.81
-
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Prison de Meaux: garde à vue pour 3 surveillants accusés de viol par un détenu

| AFP | 193 | Aucun vote sur cette news
Trois surveillants, accusés de viol par un détenu du centre pénitentiaire de Meaux-Chauconin (Seine-et-Marne), ont été placés en garde à vue
Trois surveillants, accusés de viol par un détenu du centre pénitentiaire de Meaux-Chauconin (Seine-et-Marne), ont été placés en garde à vue ( FRED TANNEAU / AFP/Archives )

Trois surveillants, accusés de viol par un détenu du centre pénitentiaire de Meaux-Chauconin (Seine-et-Marne), ont été placés en garde à vue lundi, a appris l'AFP de sources proches de l'enquête.

Les surveillants avaient été convoqués dans la matinée dans les locaux de la police judiciaire de Meaux, selon l'une de ces sources.

Une enquête a été ouverte après la plainte d'un détenu qui les accuse de viol avec une matraque. Les faits allégués remontent à fin septembre, ont indiqué à l'AFP des sources proches de l'affaire.

Ces trois surveillants, dont un gradé, nient les faits qui leur sont reprochés, avait rapporté la semaine dernière une source proche du dossier.

Le parquet de Meaux et la Direction de l'administration pénitentiaire n'ont pas souhaité s'exprimer lundi sur le sujet.

L'administration pénitentiaire avait déclaré le 11 octobre qu'une "demande d'explication" avait "été adressée aux agents concernés afin de prendre les mesures adaptées".

Elle précisait que la direction de l'établissement avait elle-même "avisé" le parquet.

"N'ayant pas accès au dossier médical, nous ne pouvons pas donner d'indications sur l'état de santé de la personne détenue", avait-elle ajouté.

Selon M6 qui a révélé l'affaire, "après une tentative de rébellion" le détenu "aurait été immobilisé par trois surveillants" et "l'un des surveillants l'aurait alors violé à l'aide d'une matraque".

L'objet incriminé serait en fait une barre de sondage, servant à tester l'intégrité des barreaux, avait précisé à l'AFP la source proche du dossier.

"Ces allégations sont infondées et impossibles", avait réagi un représentant syndical.

pta-tll-sb-myl/mig/jcc

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/01/2018

Il s'agit d'une émission obligataire à taux fixe de 500 ME à 7 ans assortie d'un coupon de 0,75%...

Publié le 16/01/2018

Selon le quotidien 'Les Echos', le groupe de BTP Eiffage a décroché le plus gros contrat du futur réseau de métros automatiques Grand Paris Express.

Publié le 16/01/2018

"Nos résultats semestriels s'inscrivent dans la trajectoire présentée lors de notre introduction en Bourse"...

Publié le 16/01/2018

Le Groupe M6 et le Groupe Canal+ passent un accord de partenariat global pour les contenus du groupe M6 destinés aux offres Canal...

Publié le 16/01/2018

Rendez-vous le 22 février...

CONTENUS SPONSORISÉS