En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 636.25 PTS
-0.65 %
5 636.50
+0.06 %
SBF 120 PTS
4 447.36
-0.59 %
DAX PTS
12 633.60
-
Dow Jones PTS
26 770.20
-0.95 %
7 868.49
+0. %
1.116
-0.1 %

Séisme politique en Tunisie, où les "anti-système" revendiquent la victoire

| AFP | 823 | Aucun vote sur cette news
Le partisans de Nabil Karoui (portrait) célèbrent les résultats du premier tour, à Tunis le 15 septembre 2019
Le partisans de Nabil Karoui (portrait) célèbrent les résultats du premier tour, à Tunis le 15 septembre 2019 ( Fethi Belaid / AFP )

Deux candidats "anti-système", dont un en prison, ont revendiqué dimanche soir leur qualification au 2e tour de la présidentielle en Tunisie, à l'issue d'un scrutin riche en suspense et marqué par une faible participation.

Selon les instituts de sondage privés tunisiens Sigma Conseil et Emrhod, l'universitaire indépendant Kais Saied est arrivé en tête avec environ 19% des voix devant le publicitaire en prison Nabil Karoui, crédité de quelque 15% des suffrages.

S'ils se confirment, ces résultats sont un véritable coup de tonnerre qui balaye la classe politique tunisienne au pouvoir depuis la révolution de 2011, et ouvrent une période d'immense incertitude dans le pays pionnier du printemps arabe.

Les résultats officiels préliminaires ne seront annoncés que mardi par l'Isie.

"C'est un jour exceptionnel pour la démocratie et pour l'histoire du pays (…) Aujourd'hui le peuple tunisien a choisi deux candidats pour le 2e tour", a déclaré M. Karoui dans une lettre lue par sa femme Salwa Smaoui, au QG de son parti Qalb Tounes.

"Nous espérons qu'il sera libéré demain et qu'il pourra mener campagne de façon équitable", a ajouté l'épouse de M. Karoui, devant une foule de partisans en liesse. M. Karoui, 56 ans, est derrière les barreaux depuis le 23 août, sous le coup d'une enquête pour blanchiment et fraude fiscale. Si sa qualification au 2e tour se confirme, il s'agira d'une situation sans précédent dans le monde.

Fondateur de la chaîne privée Nessma, il s'est construit une forte popularité en organisant des opérations caritatives dans les régions défavorisées du pays.

Kais Saied arrive pour voter à Tunis, le 15 septembre  2019
Kais Saied arrive pour voter à Tunis, le 15 septembre 2019 ( HASNA / AFP )

De son côté, l'universitaire indépendant Kais Saied, 61 ans, surnommé "Robocop" en raison de sa diction rigide et de son visage impassible, s'est dit conscient d'avoir "une grande responsabilité". "Je suis le premier du premier tour , et si je suis élu président j'appliquerai mon programme", a-t-il déclaré à l'AFP, dans un petit appartement délabré du centre de Tunis, entouré d'une quinzaine de personnes de sa campagne.

M. Saied, connu des Tunisiens pour avoir commenté la scène politique sur les plateaux de télévision depuis la révolution de 2011, n'a aucun parti pour le soutenir et n'avait jamais disputé de campagne électorale.

Abdelfattah Mourou arrive dans un bureau de vote, à Tunis le 15 septembre 2019
Abdelfattah Mourou arrive dans un bureau de vote, à Tunis le 15 septembre 2019 ( Fethi Belaid / AFP )

Selon les sondages, à prendre avec précaution, le candidat du parti d'inspiration islamiste Abdelfattah Mourou, arrive troisième avec 11 à 12%, loin devant le Premier ministre Youssef Chahed, situé entre 7 et 8%.

Désaffection

Sept millions de Tunisiens étaient appelés aux urnes pour le premier tour de ce scrutin, la deuxième élection présidentielle libre depuis la révolution de 2011. La participation a été de 45,02%, a indiqué l'Isie, l'instance d'organisation des élections, qui a qualifié ce taux d'"acceptable".

En 2014, pour la première élection présidentielle libre en Tunisie, le taux de participation avait atteint 64% au premier tour.

Une Tunisienne dépose son bulletin dans l'urne, à Sousse (est), lors du premier tour de la présidentielle, le 15 septembre 2019
Une Tunisienne dépose son bulletin dans l'urne, à Sousse (est), lors du premier tour de la présidentielle, le 15 septembre 2019 ( ANIS MILI / AFP )

Mais le scrutin semble avoir été marqué par une désaffection des jeunes, un électorat crucial que le président de l'Isie, Nabil Baffoun, avait exhorté à se rendre aux urnes, dans une déclaration véhémente une heure avant la fin des opérations.

"C'est le signe d'une désaffection très profonde, le ras-le-bol d'une classe politique qui n'a pas répondu aux attentes économiques et sociales", a déclaré à l'AFP le politologue Hamza Meddeb. "Le dégoût de la classe politique semble se traduire par un vote pour des outsiders", a-t-il ajouté.

Après une campagne marquée par un regain apparent d'intérêt dans l'unique pays rescapé des printemps arabes de 2011, les électeurs devaient trancher entre 26 candidats.

Le nombre de concurrents, la fragmentation de la scène politique, et un sentiment croissant de rejet des "élites" ont accru l'incertitude entourant le scrutin.

Et nombre d'électeurs ont admis ne pas savoir pour qui voter jusqu'au dernier moment.

Test

Les Tunisiens sont avant tout préoccupés par la crise sociale dans un pays sous perfusion du Fonds monétaire international (FMI), où le chômage ronge les rêves de nombreux jeunes, et où le coût de la vie a nettement augmenté ces dernières années, alimenté par une inflation frôlant les 7%.

Le scrutin est un "test" pour la jeune démocratie tunisienne car il "pourrait nécessiter d'accepter la victoire d'un candidat clivant", soulignait la chercheuse Isabelle Werenfels avant le début de l'élection.

Les opérations se sont déroulées dans le calme. Environ 70.000 membres des forces de sécurité étaient mobilisés, et des milliers d'observateurs ont été déployés par les partis et des institutions internationales dans les bureaux de vote.

Les partis vont désormais être placés face au défi de préparer simultanément les législatives du 6 octobre et le second tour de la présidentielle, qui devrait se tenir d'ici le 23 octobre.

Le calendrier a été chamboulé par la mort, le 25 juillet, du chef de l'Etat Béji Caïd Essebsi, 92 ans, qui a contraint à anticiper un scrutin présidentiel initialement programmé en fin d'année.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/10/2019

Clasquin, spécialiste de l'ingénierie en transport aérien et maritime et en logistique overseas, annonce l'intégration à compter du 1er octobre 2019...

Publié le 18/10/2019

Le chiffre d'affaires de Pharmasimple ressort à 14,3 millions d'euros en forte hausse de 64,4% par rapport à la même période de l'année dernière...

Publié le 18/10/2019

L'agence fédérale de l'aviation (FAA) américaine a accusé vendredi Boeing de lui avoir caché des documents importants liés à la certification du 737 MAX. Le titre Boeing chute à Wall Steet…

Publié le 18/10/2019

L'Assemblée Générale Extraordinaire de Dalet qui devait se tenir le 23 octobre 2019 à 14 heures a été reportée pour des raisons techniques...

Publié le 18/10/2019

Pharmasimple a récolté sur ce début d’année 2019 les premiers fruits de son plan de transformation entamée l’année dernière. Au premier semestre 2019, le chiffre d’affaires ressort ainsi…