5 503.35 PTS
+0.17 %
5 504.5
+0.19 %
SBF 120 PTS
4 401.93
+0.18 %
DAX PTS
13 235.39
+0.39 %
Dowjones PTS
26 115.65
+1.25 %
6 810.28
+0.00 %
Nikkei PTS
23 763.37
-0.44 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Kirghizstan: le candidat pro-gouvernement remporte la présidentielle, crainte de troubles

| AFP | 136 | Aucun vote sur cette news
Le candidat à la présidentielle kirghize Sooronbai Jeenbekov vote à Bichkek le 15,  octobre 2017
Le candidat à la présidentielle kirghize Sooronbai Jeenbekov vote à Bichkek le 15, octobre 2017 ( Vyacheslav OSELEDKO / AFP )

Le candidat pro-gouvernemental Sooronbaï Jeenbekov a remporté dès le premier tour l'élection présidentielle au Kirghizstan avec près de 55% des voix, un résultat allant à l'encontre des prédictions et faisant craindre des troubles dans ce pays d'Asie centrale.

Les sondages prévoyaient un deuxième tour entre M. Jeenbekov et son opposant le plus sérieux, l'homme d'affaires et député Omourbek Babanov, qui a selon la Commission électorale centrale (CEC) obtenu 33% des voix mais dont un porte-parole a assuré à l'AFP que son équipe menait un "décompte parallèle" des bulletins.

"Je remercie mes opposants, qui ont travaillé dur et on rendu cette élection compétitive", a de son côté déclaré le nouveau président kirghiz en fêtant sa victoire avec ses partisans.

"Le Kirghizstan a montré aujourd'hui a la terre entière que nous sommes un Etat démocratique et souverain. Seul le peuple du Kirghizstan décide du destin de ce pays", a-t-il ajouté, alors que M. Babanov avait été décrit au cours de la campagne électorale comme un candidat "antipatriotique" et à la solde du Kazakhstan voisin.

Les membres d'un bureau de vote dépouillent des bulletins à Bichkek, au Kirghizstan, le 15 octobre 2017
Les membres d'un bureau de vote dépouillent des bulletins à Bichkek, au Kirghizstan, le 15 octobre 2017 ( Vyacheslav OSELEDKO / AFP )

La présidente de la CEC, Nourjan Chaïldabekova, a indiqué que 97% des bulletins avaient été dépouillés.

"L'élection peut être considérée comme valide. Les 3% restant ne changeront pas l'image générale", a-t-elle ajouté. Trois millions d'électeurs étaient appelés à voter et le taux de participation a été de 56%, selon la CEC.

Le président en poste, Almazbek Atambaïev, s'était prononcé en faveur de son ex-Premier ministre Sooronbaï Jeenbekov, candidat du Parti social-démocrate du Kirghizstan.

Le candidat à la présidentielle kirghize Omourbek Babanov vote à Bichkek, le 15 octobre 2017
Le candidat à la présidentielle kirghize Omourbek Babanov vote à Bichkek, le 15 octobre 2017 ( Vyacheslav OSELEDKO / AFP )

La fin de la campagne a été marquée par une atmosphère de plus en plus tendue. M. Atambaïev a affirmé dimanche que les autorités "ont emprisonné et continueront d'emprisonner" les responsables politiques qui préparent des troubles, "pour qu'ils ne gâchent pas notre fête".

Omourbek Babanov, un homme d'affaires considéré comme un des hommes les plus riches du pays, lui aussi ex-Premier ministre, s'était pour sa part dit "totalement confiant" dans sa victoire mais avait accusé les services de sécurité de "préparer des provocations" pour influencer le résultat du scrutin.

Cette élection doit pourtant permettre la première passation de pouvoir pacifique entre deux présidents élus dans ce pays pauvre, considéré comme le plus démocratique d'Asie centrale, région où le règne à vie de présidents autoritaires est souvent la règle.

Secoué par plusieurs épisodes de violences ethniques et deux révolutions en 25 ans d'indépendance, qui ont vu la chute du chef de l'Etat en place en 2005 puis en 2010, le Kirghizstan est dirigé depuis 2011 par Almazbek Atambaïev qui, selon la Constitution, n'avait pas le droit de se représenter.

- 'Je ne vais pas voter' -

A Bichkek, des électeurs prenaient des selfies avec M. Jeenbekov et M. Babanov mais l'atmosphère, plutôt festive, a été plombée par l'annonce de l'arrestation d'un ancien député que les services de sécurité accusent d'avoir voulu provoquer des troubles après l'annonce des résultats.

La crainte d'incidents a dissuadé certains électeurs d'aller voter. "Je ne vais pas aller voter", expliquait à l'AFP Valeri Kirlilenko, chauffeur de taxi à Bichkek. "J'ai entendu dire qu'il y aurait des troubles en cas de défaite de tel ou tel candidat".

Bermet Ulanova, 39 ans, a assuré avoir voté pour M. Babanov "parce qu'il est riche, qu'il a du succès, qu'il est dynamique et qu'il est beau. Il avait un bon programme".

Sous la présidence de M. Atambaïev, le pays s'est rapproché de la Russie tout en cherchant auprès de la Chine un soutien économique vital pour son développement. Le mandat de M. Atambaïev a été épargné par la violence, mais n'a pas été exempt de mesures répressives et de tensions à l'approche de l'élection.

Les divisions régionales ont joué un rôle clé dans le scrutin. M. Babanov espérait remporter les voix de sa province natale de Talas, dans le nord-ouest, tandis que Sooronbaï Jeenbekov attendait un fort soutien des électeurs de sa région d'Och, dans le sud.

Le vote de la minorité ouzbèke, particulièrement visée lors des violences ethniques de 2010, était aussi crucial. Vendredi, le procureur général du pays a annoncé qu'il allait enquêter sur les propos tenus par M. Babanov lors d'un meeting dans une région à majorité ouzbèke, estimant qu'ils relevaient de l'incitation à la haine raciale.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/01/2018

Le titre voit rouge après le point annuel

Publié le 18/01/2018

L'analyste, neutre, vise 49 euros...

Publié le 18/01/2018

Zalando se replie de 0,19% à 46,61 euros après avoir dévoilé les résultats préliminaires de son quatrième trimestre. Son Ebit ajusté devrait ressortir entre 107 et 120 millions d'euros au…

Publié le 18/01/2018

Avec un retour des investisseurs sur le dossier

Publié le 18/01/2018

Oddo repasse à l'achat...

CONTENUS SPONSORISÉS