En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 417.07 PTS
-
5 418.00
-0.54 %
SBF 120 PTS
4 335.14
-0.54 %
DAX PTS
12 686.29
-0.62 %
Dowjones PTS
25 064.50
-0.53 %
7 352.36
-0.51 %
1.165
+0.05 %

Présidentielle au Honduras : devancé, le candidat d'opposition dénonce une manipulation

| AFP | 273 | Aucun vote sur cette news
Salvador Nasralla, le candidat d'opposition le 29 novembre 2017, dénonce une manipulation
Salvador Nasralla, le candidat d'opposition le 29 novembre 2017, dénonce une manipulation ( ORLANDO SIERRA / AFP )

L'opposant de gauche Salvador Nasralla, désormais devancé par le président sortant après avoir été donné en tête de l'élection présidentielle au Honduras, a annoncé mercredi ne pas reconnaître les résultats encore partiels, accusant le tribunal électoral de manipulation.

Alors que les premiers chiffres publiés dans la nuit de dimanche à lundi le créditaient de cinq points d'avance, le candidat de l'Alliance de l'opposition contre la Dictature (gauche) est passé derrière le chef de l'Etat sortant Juan Orlando Hernandez (Parti national, droite), avec 42,11% des voix contre 42,21% pour son rival, après le dépouillement de 82,89% des bulletins de vote.

"Le tribunal manipule ouvertement les valises électorales (contenant les procès verbaux), et par conséquent nous ne reconnaissons pas le système du Tribunal suprême électoral (TSE)", a proclamé en conférence de presse, le présentateur TV vedette Salvador Nasralla, candidat de gauche novice en politique, entouré de ses partisans.

Sa décision intervient après une journée au cours de laquelle le système informatique du TSE a subi un interruption de cinq heures et plusieurs autres courts incidents.

"Nous ne reconnaissons pas les résultats parce qu'aujourd'hui (mercredi) le serveur (du TSE) est tombé en panne et ils ont commencé à entrer des choses que nous ne pouvons permettre, des procès verbaux qui ne sont pas signés et vous pouvez le vérifier. Ce sont des procès verbaux falsifiés. Ils ne sont pas signés des représentants" des bureaux de vote, a assuré le candidat de 64 ans.

Un magistrat du TSE, Marco Ramiro Lobo, a déclaré à Radio America que ces incidents étaient inexplicables car d'importants investissements avaient été faits dans le système informatique du tribunal. "J'ai des doutes parce que curieusement aujourd'hui, jour où la tendance s'inverse, le système informatique TSE a commencé à tomber en panne", a-t-il dit.

Interrogé par des journalistes sur les critiques de M. Nasralla, le président de TSE David Matamoros a défendu le travail de l'institution, disant refuser "d'entrer dans des querelles avec un candidat".

- Accord avec l'OEA -

Les sympathisants du président sortant, Juan Orlando Hernandez, croient de nouveau en la victoire de leur chef de file, le 28 novembre 2017 à Tegucigalpa
Les sympathisants du président sortant, Juan Orlando Hernandez, croient de nouveau en la victoire de leur chef de file, le 28 novembre 2017 à Tegucigalpa ( RODRIGO ARANGUA / AFP )

Le chef de la mission d'observation de l'Organisation des Etats américains (OEA), l'ancien président bolivien Jorge Quiroga, s'était pourtant peu auparavant félicité d'avoir obtenu l'engagement des deux principaux candidats d'appeler au calme et d'accepter le résultat des urnes.

Mais selon M. Nasralla, l'accord signé par lui et son rival "n'est pas valable car je ne peux accepter l'introduction de procès verbaux altérés".

La lenteur du décompte a crée incertitude, doutes et suspicion de fraudes dans le pays : beaucoup d'Honduriens se demandent pourquoi, trois jours après les élections, ils ne savent toujours pas qui gouvernera le pays pour les quatre prochaines années.

"Pour les autres élections, on savait déjà qui avait gagné. Cette fois non. Il se trame quelque chose?", s'interrogeait José Rosendo Rosales, dans le parc situé face au siège du Congrès, résumant le sentiment de nombre de Honduriens.

Marco Ramiro Lobo, un magistrat du TSE, avait assuré mardi que l'avance du candidat de l'opposition était "irréversible".

"La tendance était irréversible" en faveur de M. Nasralla, "mais cela a été changé", a affirmé mercredi à l'AFP l'ex-président de gauche Manuel Zelaya, accusant le pouvoir en place de manipulation.

- Discrédit -

De son côté, le président du Parti national, Reinaldo Sánchez, a demandé à ses partisans d'attendre les résultats dans le calme jusqu'au dépouillement "du dernier scrutin".

Le sociologue Eugenio Sosa, de l'Université nationale, a averti que le processus électoral avait jeté un discrédit sur les institutions qui avaient permis à M. Hernandez de se porter candidat.

Le président Hernandez brigue un nouveau mandat, normalement interdit par la Constitution, en s'appuyant sur une décision controversée de la Cour suprême.

"Dans ce pays, nous, les citoyens, nous cessons de croire aux institutions: un Tribunal électoral suprême accepte l'enregistrement d'un président quand c'est illégal et maintenant cette institution n'a plus de légitimité devant de nombreux citoyens parce qu'ils croient qu'il y a un complot de fraude électorale", a-t-il déclaré à l'AFP.

De même, Jorge Yllecas, militant du Front patriotique pour la défense de la Constitution, a souligné la perte de crédibilité du TSE.

"Aujourd'hui nous avons un tribunal électoral sans crédibilité, responsable de cette crise en agissant comme un subalterne du président. Il a créé une crise, une confrontation qui peut avoir des conséquences fatales", a-t-il prévenu.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/07/2018

Les actions nouvelles seront admises aux négociations sur le marché Euronext sur la même ligne de cotation que les actions SQLI existantes...

Publié le 19/07/2018

ALTUR Investissement publie son Actif Net Réévalué (ANR) au 30 juin...

Publié le 19/07/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 19/07/2018

Neopost intègre le palmarès Truffle 100 directement à la 7e place...

Publié le 19/07/2018

Une période d'observation arrivant à échéance en mi-janvier 2019 devrait être ouverte aux fins de trouver les solutions pour assurer la pérennité de ses activités....