En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 896.92 PTS
-
4 879.5
-
SBF 120 PTS
3 892.27
-
DAX PTS
10 924.70
-0.04 %
Dowjones PTS
24 597.38
+0.29 %
6 767.97
+0.06 %
1.136
+0.00 %

Présidence bosnienne: vers une victoire du nationaliste serbe Dodik

| AFP | 241 | Aucun vote sur cette news
Le nationaliste serbe Milorad Dodik, co-président de la Bosnie-Herzégovine, le 7 octobre 2018 à Banja Luka
Le nationaliste serbe Milorad Dodik, co-président de la Bosnie-Herzégovine, le 7 octobre 2018 à Banja Luka ( Milan RADULOVIC / AFP )

Le nationaliste Milorad Dodik s'orientait vers une victoire pour le siège réservé aux Serbes dans la présidence collégiale de Bosnie, charge qu'il partagera avec un Bosniaque et un Croate, selon des résultats préliminaires officiels.

Après une campagne menée sur une ligne communautaire, Milorad Dodik devrait coprésider un pays divisé, qu'il a qualifié par le passé de "pays raté" et qui n'est, à ses yeux, "pas un Etat". Avec 55,15% des voix, il devance son adversaire centriste Mladen Ivanic (41,98%), selon la commission électorale qui a annoncé ces résultats préliminaires sur la foi du dépouillement de 43% des suffrages.

Le candidat du principal parti bosniaque (musulman), le SDA (conservateur), Sefik Dzaferovic, a également revendiqué la victoire chez les Bosniaques, et est crédité de 37,9% des voix par la commission, après une campagne également menée sur une ligne identitaire.

En revanche, chez les Croates, le candidat de la droite nationaliste, Dragan Covic (38,66%), termine derrière le social-démocrate Zeljko Komsic (49,47%).

La présidence collégiale est notamment en charge des politiques étrangère et de défense, l'essentiel du pouvoir, notamment la police, l'éducation ou la politique économique, étant entre les mains des deux entités qui forment le pays, la République des Serbes de Bosnie (Republika Srpska) et la Fédération croato-musulmane.

Mais Milorad Dodik, qui dirige la Republika Srpska depuis 2006, pourrait désormais utiliser sa nouvelle position pour "oeuvrer à la décomposition de la Bosnie", redoute l'analyste Tanja Topic.

Le candidat du principal parti bosniaque (musulman) à la présidence collégiale de Bosnie-Herzégovine, le SDA Sefik Dzaferovic (g), le 7 octobre 2018 à Sarajevo
Le candidat du principal parti bosniaque (musulman) à la présidence collégiale de Bosnie-Herzégovine, le SDA Sefik Dzaferovic (g), le 7 octobre 2018 à Sarajevo ( Andrej ISAKOVIC / AFP )

Dotées d'une grande autonomie, les deux entités sont reliées par un faible Etat central, incarné par la présidence collégiale tripartite.

Les Bosniaques (musulmans) représentent plus de la moitié des 3,5 millions d'habitants, pour un tiers de Serbes (orthodoxes) et 15% de Croates (catholiques).

Le vote de dimanche, qui s'est déroulé sans incident notable selon la commission électorale, était donc aussi complexe que des institutions dessinées selon des lignes identitaires après la guerre intercommunautaire de 1992-95.

- Tractations compliquées en vue -

Et il pourrait être suivi par des mois de tractations tout aussi compliquées, pour former un gouvernement central qui doit comporter des représentants des trois "peuples constitutifs".

D'autant que plusieurs forces politiques, pourraient choisir de bloquer le processus.

C'est notamment le cas de la droite nationaliste croate, autour de Dragan Covic, qui réclame une entité propre pour les Croates. S'ils ont été battus pour la présidence, elle pourra s'appuyer sur ses députés.

Parmi les électeurs, beaucoup se sont rendus aux urnes en exprimant une forte lassitude envers leur classe politique.

Le candidat de la droite nationaliste croate à la présidence collégiale de la Bosnie-Herzégovine, Dragan Covic, le 7 octobre 2018 à Mostar
Le candidat de la droite nationaliste croate à la présidence collégiale de la Bosnie-Herzégovine, Dragan Covic, le 7 octobre 2018 à Mostar ( ELVIS BARUKCIC / AFP )

"Ces gens sont depuis très longtemps au pouvoir. Certains pensent qu'ils sont des Dieux", dit Vesna Paul, employée de banque d'une cinquantaine d'années de Banja Luka (nord), capitale des Serbes de Bosnie.

Vingt-cinq ans après le conflit qui a fait 100.000 morts, plusieurs ont encore joué sur la corde nationaliste, Milorad Dodik, Dragan Covic, mais aussi les prétendants bosniaques.

Votant dans son village de Laktasi (nord), Milorad Dodik a expliqué dès dimanche qu'il exercerait sa charge "uniquement dans l'intérêt ou au profit de la Republika Srpska".

Une de ses supportrices de Laktasi, Jadranka Pavic, expliquait attendre de lui qu'il aille "à Sarajevo pour lutter contre eux là-bas".

- Listes sujettes à caution -

Selon l'analyste politique Zoran Kresic, lassés "des mêmes histoires, des messages guerriers et de l'impossibilité à vivre ensemble, (...) la plupart des jeunes voient leur avenir en dehors de la Bosnie".

Le revenu moyen du pays est de 430 euros, le chômage touche de 20% à un tiers des habitants, selon les critères retenus.

La veille du scrutin, le groupe hip-hop de Sarajevo "Helem Nejse" a sorti un clip : un père couche ses enfants avant de prendre un bus pour l'Allemagne. Les paroles résument l'état d'esprit de beaucoup : "Vous avez mené les guerres, maintenant vous menez la paix", "Depuis plus de vingt ans vous œuvrez pour diviser", "Vous m’écœurez dans les trois langues", le bosniaque, le croate et le serbe.

Bosnie-Herzégovine
Bosnie-Herzégovine ( Thomas SAINT-CRICQ / AFP )

Dans un rapport récent, l'ONG Transparency International détaillait les irrégularités électorales lors des élections locales de 2016, notamment la promesse d'embauche aux électeurs dans les entreprises publiques, tenues par les partis. Avec l'administration, elles pèsent pour 25% des emplois du pays.

Les listes électorales sont notamment sujettes à caution : elles comptent 3,3 millions d'électeurs, soit à peine moins que le nombre d'habitants, et un million de plus qu'en 2004. "Est-ce qu'on meurt dans ce pays?", ironise Amer Bekan, président d'un petit parti.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/12/2018

Onxeo examine toutes les voies de recours et de négociation possibles...

Publié le 13/12/2018

Le Conseil d'administration d'ARTEA (Code ISIN : FR0012185536/ Mnémonique : ARTE), réuni le 20 novembre 2018, a décidé la mise en oeuvre du programme de rachat…

Publié le 13/12/2018

Ivry, 13 décembre 2018   Information réglementée PUBLICATION DU NOMBRE D'ACTIONS COMPOSANT LE CAPITAL ET DU NOMBRE TOTAL DE DROITS DE…

Publié le 13/12/2018

Au premier semestre, clos fin septembre, EuropaCorp a essuyé une perte nette, part du groupe de 88,9 millions d’euros contre - 70,6 millions d’euros, un an plus tôt. Le groupe a enregistré des…

Publié le 13/12/2018

Depuis le dernier trimestre 2017, début du partenariat entre le spécialiste du marketing point de vente MEDIA 6 et Lucibel, la collaboration entre les...