5 427.19 PTS
+0.75 %
5 424.0
+0.70 %
SBF 120 PTS
4 324.77
+0.69 %
DAX PTS
13 183.53
+0.46 %
Dowjones PTS
24 535.86
+0.61 %
6 387.72
-0.10 %
Nikkei PTS
22 866.17
-0.32 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Porto Rico: Trump tente de redorer son image

| AFP | 203 | Aucun vote sur cette news
Donald Trump rencontre des sinistrés de l'ouragan Maria à Guaynabo, le 3 octobre 2017 à Porto Rico
Donald Trump rencontre des sinistrés de l'ouragan Maria à Guaynabo, le 3 octobre 2017 à Porto Rico ( MANDEL NGAN / AFP )

Donald Trump a rencontré mardi à Porto Rico des sinistrés de l'ouragan Maria, serrant des mains, posant sur les photos et distribuant du riz, dans une tentative d'étouffer les critiques sur la lenteur de l'aide fédérale au territoire américain dévasté.

A peine le président américain reparti en direction de Washington, le gouverneur Ricardo Rossello a annoncé dans la soirée que le nombre de morts directement ou indirectement liées au passage de l'ouragan sur l'île était dorénavant de 34, plus du double du précédent bilan.

Portant une parka sombre sur une chemise blanche, le président et la Première dame Melania Trump, casquette sur la tête, ont parcouru dans la journée les rues de la petite ville de Guaynabo, au sud de la capitale San Juan.

Le milliardaire a demandé aux habitants de cette petite ville plutôt aisée dans quel état était leur maison, a posé avec eux sur les photos, distribué du riz et lancé des rouleaux de papier essuie-tout à des habitants réunis dans une église, comme il l'aurait fait avec un ballon de basket pour marquer un panier.

Deux semaines après le passage dévastateur de cet ouragan de catégorie 4, Porto Rico panse toujours ses plaies: seuls 7% de l'île dispose de courant, plus de 9.000 personnes vivent dans des refuges et seuls 40% des moyens de communication ont été rétablis, selon le l'Agence fédérale des situations d'urgence (Fema). Une grande partie des habitants ne dispose en outre toujours pas d'eau potable ni de carburant.

Des membres de la garde nationale évacuent des gravats après le passage de l'ouragan Maria, le 2 octobre 2017 à Humacao, à Porto Rico
Des membres de la garde nationale évacuent des gravats après le passage de l'ouragan Maria, le 2 octobre 2017 à Humacao, à Porto Rico ( Ricardo ARDUENGO / AFP )

Le gouverneur de ce territoire a annoncé que le nouveau bilan du passage de Maria, de 34 morts, incluait des décès causés par des noyades ou des maisons qui se sont écroulées. Des personnes placées sous assistance respiratoire sont mortes, leur appareil ne pouvant plus marcher faute de courant sur l'île, a-t-il précisé.

- "Tu déstabilises notre budget" -

Arrivée de Donald Trump à Puerto Rico, le 3 octobre 2017 sur la base militaire Luis Muñiz, à une quinzaine de kilomètres à l'est de San Juan
Arrivée de Donald Trump à Puerto Rico, le 3 octobre 2017 sur la base militaire Luis Muñiz, à une quinzaine de kilomètres à l'est de San Juan ( HECTOR RETAMAL / AFP )

Pourtant, Donald Trump a minimisé lors d'une rencontre avec des responsables de la gestion de la crise la situation sur l'île, en faisant un parallèle avec l'ouragan Katrina, une "vraie catastrophe", selon lui.

Porto Rico dans l'obscurité
Porto Rico dans l'obscurité ( Nicolas RAMALLO / AFP )

"Chaque mort est une horreur, mais si vous regardez une vraie catastrophe comme Katrina et vous regardez les énormes centaines et centaines de personnes qui sont mortes et ce qui s'est passé ici (...)", a-t-il déclaré. L'ouragan Katrina a fait en 2005 plus de 1.800 morts dans la région de La Nouvelle-Orléans.

"Nous avons sauvé beaucoup de vies", s'est ainsi félicité Donald Trump.

Il a en outre souligné que la gestion de la crise avait entamé le budget du pays. "Je déteste te dire ça Porto Rico mais tu déstabilises notre budget", a-t-il lancé.

"Je ne me souviens pas du président disant au Texas qu'ils avaient déstabilisé le budget après Harvey ou en Floride après Irma", a réagi le leader de la majorité démocrate au Sénat Chuck Schumer.

Si la mobilisation de M. Trump après le passage des ouragans Harvey et Irma au Texas et en Floride a été globalement plutôt bien accueillie, celle concernant Porto Rico a été beaucoup moins consensuelle.

"Nous sommes scandalisés par la lenteur et l'inadéquation de la réponse du gouvernement américain à Porto Rico", a lancé Abby Maxman, présidente de l'organisation Oxfam America.

Nombre de Portoricains ont ainsi le sentiment d'avoir été traités comme des citoyens de seconde zone.

- "Faire tout pour eux" -

Une maison détruite après le passage de l'ouragan Maria, le 2 octobre 2017 à Naguabo, à Porto Rico
Une maison détruite après le passage de l'ouragan Maria, le 2 octobre 2017 à Naguabo, à Porto Rico ( Ricardo ARDUENGO / AFP )

Une dizaine de manifestants anti-Trump s'est d'ailleurs rassemblée dans la matinée devant le quartier général des autorités portoricaines. "Il vient pour un show médiatique, pour du spectacle. Il vient deux semaines après", a relevé Sonia Santiago, retraitée de 62 ans.

Au-delà des actes et des réels défis logistiques auxquels l'administration est confrontée dans ce territoire asphyxié par la dette et aux infrastructures chancelantes, ce sont les mots et le style du président américain qui ont surpris.

Et la première a en avoir fait les frais est la maire de la capitale Carmen Yulin Cruz, qui a osé exprimer son désarroi face à une réponse fédérale jugée lente. L'occupant de la Maison Blanche lui a répondu par un tweet cinglant en l'accusant de faire preuve "d'un leadership médiocre".

Donald Trump lui a serré la main mardi, mais n'a pas eu un mot pour celle qui a pourtant été l'une des premières à remonter ses manches pour venir en aide à la population sinistrée.

Après avoir passé quelques heures sur l'île, M. Trump s'est rendu à bord de l'USS Kearsarge pour y rencontrer son équipage. Il est ensuite reparti à bord de l'avion présidentiel Air Force One pour Washington. Le président américain doit se rendre mercredi à Las Vegas après la fusillade qui a ensanglanté cette ville du Nevada.

Ces déplacements constituent de véritables tests de leadership pour Donald Trump, huit mois après son arrivée au pouvoir.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 12/12/2017

ESI France assurera depuis ce site la démonstration et la commercialisation des produits du groupe et notamment de sa solution de Réalité Virtuelle, ESI IC.IDO...

Publié le 12/12/2017

Au titre du contrat de liquidité confié par Figeac Aéro à Louis Capital Market, il a été procédé...

Publié le 12/12/2017

La société Derichebourg annonce avoir déposé son document de référence 2016-2017 auprès de l'Autorité des Marchés Financiers (AMF) le 12 décembre 2017.   Le document de…

Publié le 12/12/2017

Depuis le début de 2017, le volume quotidien moyen échangé sur le titre Fermentalg s'élève à plus de 117 kE...

Publié le 12/12/2017

Le Conseil d'administration d'Essilor, a décidé une augmentation de capital par émission d'un nombre maximal de 350 000 actions ordinaires dont la souscription est réservée aux salariés…

CONTENUS SPONSORISÉS