En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 213.58 PTS
+0.34 %
5 211.50
+0.34 %
SBF 120 PTS
4 135.62
+0.36 %
DAX PTS
11 450.10
+0.23 %
Dowjones PTS
25 850.63
-0.40 %
7 035.16
+0.00 %
1.133
-0.02 %

Policiers tués à Magnanville en 2016: deux hommes en garde à vue

| AFP | 275 | Aucun vote sur cette news
Hommage rendu en juin 2016 à Mantes-la-Jolie au couple de policiers tués à Magnanville, dans les Yvelines, par le jihadiste Larossi Abballa
Hommage rendu en juin 2016 à Mantes-la-Jolie au couple de policiers tués à Magnanville, dans les Yvelines, par le jihadiste Larossi Abballa ( DOMINIQUE FAGET / AFP/Archives )

Deux personnes ont été placées en garde à vue mardi matin dans le cadre de l'enquête sur l'assassinat jihadiste d'un policier et de sa compagne à Magnanville (Yvelines) en 2016, a-t-on appris de sources concordantes.

Les enquêteurs de la sous-direction de l'antiterrorisme (Sdat) cherchent à vérifier si ces deux suspects âgés de 23 et 36 ans et résidant dans les environs des Mureaux (Yvelines), ont pu renseigner le tueur Larossi Abballa sur ses futures victimes, a indiqué une source proche de l'enquête, confirmant une information du Parisien.

"Il y a une connexion qui se fait", a commenté la source, tout en appelant à la prudence sur l'implication de ces deux hommes dans le meurtre du commandant de police Jean-Baptiste Salvaing et de sa compagne Jessica Schneider, le 13 juin 2016, à leur domicile de Magnanville.

L'officier de police, 42 ans, commandant adjoint du commissariat des Mureaux (Yvelines), et sa compagne, 36 ans, agent administratif du commissariat voisin de Mantes-la-Jolie, avaient été assassinés à coups de couteau par Larossi Abballa, 25 ans, qui sera tué dans l'assaut des forces de l'ordre après avoir revendiqué l'attaque au nom du groupe Etat islamique en direct sur les réseaux sociaux.

Depuis, magistrats et enquêteurs cherchent à comprendre pourquoi ce couple de policiers a été ciblé par Larossi Abballa et qui a pu lui fournir leur adresse.

Trois suspects ont déjà été mis en examen dans cette enquête.

Condamnés en 2013 aux côtés d'Abballa dans une filière afghano-pakistanaise de recrutement au jihad, Charaf Din Aberouz, 31 ans, et Saad Rajraji, 28 ans, sont soupçonnés d'avoir pu lui apporter un soutien logistique. Mais les enquêteurs n'ont pas retenu leur complicité directe dans l'attaque, et ils ont finalement été relâchés sous contrôle judiciaire.

En revanche, ils pensent avoir identifié un possible "deuxième homme": Mohamed Aberouz, 24 ans. Ce frère cadet de Charaf Din Aberouz a été mis en examen pour "complicité d'assassinats terroristes" et écroué.

En avril 2018, six personnes dont une policière avaient été placées en garde à vue dans ce dossier avant d'être relâchées "en l'absence d'éléments suffisamment incriminants à ce stade", avait indiqué une source judiciaire.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 22/02/2019

La commissaire européenne au Commerce Cecilia Malmström lors d'une conférence de presse à Bruxelles le 18 janvier 2019 ( EMMANUEL DUNAND / AFP/Archives )Paris et Berlin sont divisés sur…

Publié le 22/02/2019

Donald Trump et Kim Jong Un lors de leur première rencontre, le 12 juin 2018 à Singapour ( SAUL LOEB / AFP/Archives )"Il m'aime bien, je l'aime bien". A la moindre occasion, Donald Trump met en…

Publié le 22/02/2019

Décollage de la fusée SpaceX portant notamment la sonde israélienne Bereshit, le 21 février 2019 à Cap Canaveral en Floride ( HO / SPACEX/AFP )La première sonde israélienne à destination…

Publié le 22/02/2019

Thales annonce la signature d’un accord définitif avec Entrust Datacard, l'un des spécialistes des solutions d’identification et des transactions sécurisées, pour la cession de son activité…

Publié le 22/02/2019

La mauvaise passe se confirme pour Valeo, avec l'annonce hier soir de résultats mitigés et surtout de commentaires prudents concernant les...

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/02/2019

Par courrier reçu le 21 février 2019 par l'AMF, la société anonyme Crédit Foncier de France - détenue à 100% par la société anonyme BPCE - a déclaré à...

Publié le 22/02/2019

Par courrier reçu le 21 février 2019 par l'AMF, la société anonyme Crédit Foncier de France - détenue à 100% par la société anonyme BPCE - a déclaré à...

Publié le 22/02/2019

Résultats trimestriels...

Publié le 22/02/2019

Par courrier reçu le 21 février 2019 par l'AMF, la société Morgan Stanley plc (Wilmington, Delaware, Etats-Unis) a déclaré à l'Autorité des marchés...

Publié le 22/02/2019

Mauna Kea Technologies perd 2,3% à 1,978 euro après l'annonce de la fin de son partenariat commercial avec le spécialiste américain des dispositifs médicaux Cook Medical. A l'automne 2015…