En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 304.88 PTS
-1.07 %
4 330.50
-0.3 %
SBF 120 PTS
3 395.83
-0.56 %
DAX PTS
9 633.19
+0.01 %
Dow Jones PTS
21 636.78
-4.06 %
7 588.37
+0. %

Platini débouté par la CEDH qui juge sa suspension "justifiée"

| AFP | 374 | 3.33 par 3 internautes
Michel Platini lors d'une conférence le 22 novembre 2019 au Théâtre National de Nice (France)
Michel Platini lors d'une conférence le 22 novembre 2019 au Théâtre National de Nice (France) ( VALERY HACHE / AFP/Archives )

La Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) a débouté jeudi l'ancien patron de l'UEFA Michel Platini, estimant que sa suspension fin 2015 de toute activité liée au football pendant quatre ans était "justifiée".

La CEDH juge "qu'au regard de la gravité des infractions commises, de la position élevée que M. Platini occupait au sein des instances de football et de la nécessité de rétablir la réputation de ce sport comme celle de la Fifa, la sanction infligée ne paraît ni excessive, ni arbitraire", selon un communiqué diffusé par l'institution.

La Cour relève également que Michel Platini "a bénéficié des garanties institutionnelles et procédurales internes lui permettant de contester la décision de la Fifa et de faire valoir ses griefs".

L'ancien maître à jouer des Bleus, aujourd'hui âgé de 64 ans, avait été suspendu fin 2015 de toute activité liée au football après avoir reçu 2 millions de francs suisses (1,8 million d'euros) de Sepp Blatter, l'ex-président de la Fifa lui aussi suspendu.

L'ancien président de la Fifa Sepp Blatter lors d'une conférence de presse à Zurich (Suisse) le 8 mars 2018
L'ancien président de la Fifa Sepp Blatter lors d'une conférence de presse à Zurich (Suisse) le 8 mars 2018 ( Fabrice COFFRINI / AFP/Archives )

Cette somme lui avait été versée en 2011 pour des activités de conseiller exercées de 1998 à 2002. Mais il n'y a jamais eu de contrat écrit et ce versement tardif n'avait fait l'objet que d'un accord oral avec Sepp Blatter.

La suspension, qui a empêché Michel Platini de briguer la succession de Sepp Blatter à la Fédération internationale, était d'abord de huit ans. Elle a ensuite été réduite à 6 ans en appel, puis à 4 ans par le Tribunal arbitral du sport (TAS), la plus haute juridiction sportive, basée à Lausanne.

Devant la CEDH, qui siège à Strasbourg, Michel Platini invoquait la violation de trois articles de la Convention européenne des droits de l'Homme pour obtenir son annulation pure et simple.

Il estimait que les procédures disciplinaires devant la Fifa et le TAS ne lui avaient pas permis de bénéficier d'un procès équitable, que les textes en vigueur au moment des faits, de 2007 à 2011, n'avaient pas été appliqués et que sa suspension était contraire à la liberté d'exercer une activité professionnelle et violait donc son droit au respect de la vie privée et familiale.

La CEDH a jugé, à l'unanimité, sa requête "irrecevable", tout en reconnaissant que cette suspension avait eu des "répercussions négatives" sur sa vie privée.

Michel Platini avait "librement consenti à la renonciation à certains droits en signant des clauses d'arbitrages obligatoires excluant les voies de droit des tribunaux ordinaires", relève-t-elle.

Il a "pu exercer un recours contre la mesure infligée par la Fifa devant le TAS", qui a "dûment motivé sa décision de réduire mais de confirmer la sanction", conclut-elle.

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
3 avis
Note moyenne : 3.33
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON FÊTE SA 1ÈRE ANNÉE

Découvrez le contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2020 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 30/03/2020

Compte tenu des nouvelles mesures prises par l’Espagne dans sa lutte contre la propagation de la pandémie de coronavirus, Airbus annonce lundi la suspension de l’essentiel de ses activités de…

Publié le 30/03/2020

Spie chute de 6% ce lundi à 9,20 euros...

Publié le 30/03/2020

ABN Amro a annoncé avoir pris note de la recommandation de la Banque centrale européenne aux établissements de crédit sous sa surveillance de conserver leur capital, de s'abstenir de verser des…

Publié le 30/03/2020

LVMH abandonne 0,35% à 340,45 euros contre un CAC 40 en en baisse de près de 2%. Le numéro un mondial du luxe a annoncé dans la soirée de vendredi s'attendre à un repli de 10% à 20% de ses…

Publié le 30/03/2020

Compte tenu des difficultés de tenue des Assemblées générales dans le contexte actuel lié à la pandémie du Covid-19, le Conseil d’administration de SCOR SE, réuni le 27 mars 2020, a…