5 266.16 PTS
-0.02 %
5 260.50
-0.06 %
SBF 120 PTS
4 208.73
-0.07 %
DAX PTS
12 606.84
+0.10 %
Dowjones PTS
22 296.09
+0.00 %
5 867.35
+0.00 %
Nikkei PTS
20 330.19
-0.33 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Plage de La Baule: Nicolas Hulot opposé à une remise en cause de la concession à Veolia

| AFP | 246 | 4 par 2 internautes
Le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot le 26 juillet 2017 à l'Assemblée nationale
Le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot le 26 juillet 2017 à l'Assemblée nationale ( JACQUES DEMARTHON / AFP/Archives )

Le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot s'est dit opposé à la remise en cause de la concession de la plage de La Baule (Loire-Atlantique) à Veolia, en raison notamment des pénalités financières que cela impliquerait, a-t-on appris mercredi.

L'attribution par l’État en décembre 2016 de la concession de la plage, l'une des plus grandes d'Europe, au géant de l'eau et des déchets et non à la mairie provoque depuis mai une fronde des exploitants (écoles de voile, restaurants, clubs de loisirs).

Ils dénoncent une augmentation de la surface des lots dans les appels d'offres lancés par Veolia et un doublement de la redevance annuelle, à quoi s'ajoutent les frais de démontage des structures en application du décret Plage de 2006.

Seul candidat après le refus en 2014 de la mairie de reprendre la gestion à son compte, Veolia avait remporté le contrat pour douze ans.

Dans un courrier daté du 10 août, Nicolas Hulot conforte la position de l’État, rendue publique fin juillet par la sous-préfète de Saint-Nazaire, et répond au maire de La Baule qui souhaitait reprendre la gestion de la plage compte-tenu de la polémique. Le ministre juge que cette option "ne peut être envisagée au regard des conséquences financières à laquelle elle aboutirait", avec notamment "le versement d'indemnités importantes" à Veolia.

Il se prononce pour "la mise en oeuvre du décret Plage dans une perspective d'adaptation des territoires au changement climatique", faisant référence à la tempête hivernale qui avait endommagé les établissements côtiers de La Baule fin 2013, donnant lieu à la publication d'un arrêté de catastrophe naturelle.

"Il est de la responsabilité des autorités publiques de promouvoir le principe de démontabilité des installations pour la sécurité des usagers de la plage et le respect des seuils d'occupation maximale pour y garantir un accès libre et gratuit", souligne-t-il.

En vertu du décret Plage, un minimum de 80% de la longueur du rivage, par plage, et de 80% de la surface de la plage, dans les limites communales, doit rester libre de tout équipement. Le décret exige aussi que les installations soient démontables, sauf "autorisation annuelle spéciale".

Dans sa lettre, Nicolas Hulot insiste également sur la nécessité d'une égalité de traitement des exploitants de La Baule avec ceux de Pornichet, qui occupent l'autre partie de la baie, "afin d'atteindre une redevance moyenne de 5,5% du chiffre d'affaires". Une condition déjà acceptée par Veolia fin juillet après que l’État lui a demandé de revoir sa copie.

Dans un courriel, la mairie estime que "même si cette lettre ne répond pas à toutes les attentes de la municipalité, elle a le mérite de clarifier nettement la position du gouvernement sur les modalités d'application du décret plage à La Baule".

La date limite de réponse aux appels d'offres était le 21 août pour les restaurateurs. Une nouvelle réunion est prévue en septembre avec la mairie, les exploitants, Veolia et les services de l’État.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 15 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

SUR LE MÊME SUJET
Publié le 23/08/2017

La plage de La Baule le 14 mai 2017 ( FRED TANNEAU / AFP/Archives )Le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot s'est dit opposé à la remise en cause de la concession de la plage de La…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 26/09/2017

FORD MOTOR constituera ce jour le sous-jacent de notre conseil sur le produit dérivé à destination des investisseurs les plus actifs. L’outil sélectionné est le warrant Call A224S émis par…

Publié le 26/09/2017

Vivendi a franchi en hausse, le 21 septembre 2017, les seuils de 2/3 du capital et des droits de vote de la société Havas, indique un avis de l'AMF, et en détient 302 250 065 actions soit 71,44% du…

Publié le 26/09/2017

La société Otus Capital Management Limited, agissant pour le compte de fonds dont elle assure la gestion, a déclaré avoir franchi en baisse, le 25...

Publié le 26/09/2017

SQLI grimpe de 0,6% à 46,1 euros au lendemain de l'acquisition d'Osudio...

Publié le 26/09/2017

L'EMA devrait soumettre ses propositions rapidement...

CONTENUS SPONSORISÉS