5 319.17 PTS
-0.32 %
5 307.50
-0.41 %
SBF 120 PTS
4 234.88
-0.39 %
DAX PTS
12 993.73
-0.41 %
Dowjones PTS
23 358.24
-0.43 %
6 314.51
-0.39 %
Nikkei PTS
22 396.80
+0.20 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Philippines: fin de la bataille contre les jihadistes à Marawi

| AFP | 164 | Aucun vote sur cette news
Des soldats philippins quittent à bord de camions la zone de combats de Marawi, le 19 octobre 2017
Des soldats philippins quittent à bord de camions la zone de combats de Marawi, le 19 octobre 2017 ( Ted ALJIBE / AFP/Archives )

La bataille engagée il y a cinq mois contre les jihadistes affiliés au groupe Etat islamique qui avaient pris le contrôle de quartiers entiers de Marawi est terminée, a affirmé lundi le gouvernement philippin.

Cette fin des combats vient apaiser les craintes de l'établissement d'une base durable de l'EI dans la plus grande ville musulmane de l'archipel à majorité catholique. Mais les inquiétudes demeurent quant à la menace que constitue toujours ce groupe dans le sud du pays.

"Nous annonçons la fin de toutes les opérations de combat à Marawi", a annoncé à la presse le ministre philippin de la Défense Delfin Lorenzana en marge d'une rencontre sur les questions régionales de sécurité à Clark, dans le nord des Philippines.

"Il n'y a plus de combattants dans Marawi", a-t-il assuré.

Philippines-jihadistes : la bataille est finie
Philippines-jihadistes : la bataille est finie ( Gal ROMA / AFP )

Des centaines de jihadistes ayant prêté allégeance au groupe EI avaient pris le 23 mai le contrôle de secteurs entiers de Marawi, utilisant des civils comme boucliers humains.

En cinq mois, 920 combattants jihadistes ont été tués, ainsi que 165 militaires et 47 civils, selon le gouvernement.

Plus de 400.000 personnes ont fui la ville dont certains quartiers ne sont plus qu'un champ de ruines après avoir été pilonnés quasi quotidiennement par des frappes aériennes.

Le président Rodrigo Duterte avait proclamé mardi dernier que Marawi avait été "libérée de l'influence des terroristes". Cette annonce était intervenue au lendemain de la mort du chef de l'EI pour le Sud-Est asiatique, le Philippin Isnilon Hapilon.

- Retranchés dans une mosquée -

Des soldats philippins à bord d'un camion passent devant des immeubles détruits, le 19 octobre 2017 à Marawi
Des soldats philippins à bord d'un camion passent devant des immeubles détruits, le 19 octobre 2017 à Marawi ( TED ALJIBE / AFP )

Mais en dépit de l'annonce présidentielle, des combats faisaient toujours rage à Marawi.

Le chef de l'armée Eduardo Ano a expliqué lundi aux journalistes que des jihadistes étaient alors encore retranchés dans "deux bâtiments dont une mosquée".

"C'est là que les derniers combats ont eu lieu, là que nous avons libéré 20 otages", a dit le général. "Nous avons donné aux militants et terroristes la possibilité de se rendre, mais ils ont choisi de se battre jusqu'à leur dernier souffle."

Les corps de 42 insurgés ont été récupérés à l'issue de l'ultime bataille. Deux femmes et cinq étrangers figuraient parmi eux, a déclaré M. Ano.

Isnilon Hapilon, qui figurait sur la liste américaine des "terroristes les plus recherchés", avait été tué en même temps qu'Omarkhayam Maute, chef du groupe islamiste Maute, selon l'armée.

M. Duterte, comme les analystes, présentaient Hapilon comme "l'émir" régional de l'EI et le principal artisan de son projet d'y décréter un califat, alors que le groupe subit des revers en Irak et en Syrie.

Les affrontements avaient éclaté le 23 mai après une opération pour capturer Hapilon, lequel était recherché depuis des années, d'abord en tant que chef d'Abou Sayyaf, groupe extrémiste spécialisé dans les enlèvements crapuleux, puis comme chef régional de l'EI.

Des soldats philippins passent devant des immeubles détruits, le 17 octobre 2017 à Marawi
Des soldats philippins passent devant des immeubles détruits, le 17 octobre 2017 à Marawi ( Ted ALJIBE / AFP/Archives )

L'armée philippine avait été clairement prise par surprise.

Apparemment à l'insu de l'état-major, Hapilon avait forgé une alliance avec le groupe des deux frères Maute, à la tête d'un réseau islamiste local, et peaufinait depuis des mois la prise de Marawi.

La tentative de capturer Isnilon Hapilon s'était soldée par un échec mais elle avait incité les jihadistes à précipiter leur attaque contre Marawi.

Le groupe Maute est apparu vers 2012 après plusieurs décennies de rébellion séparatiste musulmane à Mindanao.

Il a été formé par des dissidents du Front Moro islamique de libération (Milf), principal mouvement de la rébellion engagé dans des négociations de paix avec Manille.

M. Duterte avait imposé la loi martiale à l'essentiel du sud de l'archipel après le début du soulèvement de Marawi afin d'éviter une contagion jihadiste.

Interrogé à ce sujet, M. Lorenzana a dit qu'aucune décision n'avait été prise sur une éventuelle levée de la loi martiale.

De son côté, le secrétaire à la Défense américain James Mattis a salué la fin des combats à Marawi.

"Une des premières choses que je ferai là-bas sera de féliciter l'armée philippine pour la libération de Marawi", a déclaré aux journalistes le chef du Pentagone à bord du vol qui l'emmenait à Clark.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/11/2017

Affine a acquis auprès de la société belge Banimmo (dont elle détient 49,5 %), le marché Vaugirard, situé à Paris 15ème face à la gare Montparnasse. Cette galerie commerciale, ouverte sur le…

Publié le 17/11/2017

Gaussin Manugistique, spécialisée dans l'audit des process de manutention, a annoncé la réception usine par son distributeur Blyyd de 2 véhicules ATM (Automotive Trailer Mover) Full Elec. Les ATM…

Publié le 17/11/2017

Résultats trimestriels...

Publié le 17/11/2017

Article L. 233-8-II du Code de commerce et article 223-16 du Règlement général de l'AMF Dénomination sociale de l'émetteur :             Atos SE Name and…

Publié le 17/11/2017

Conformément à la réglementation relative aux rachats d'actions, Atos SE déclare ci-après les opérations d'achats d'actions propres pour un montant de 13,8 millions…

CONTENUS SPONSORISÉS