En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 305.22 PTS
-
5 304.50
-1.82 %
SBF 120 PTS
4 258.26
-
DAX PTS
12 163.01
-1.58 %
Dowjones PTS
25 162.41
-0.54 %
7 354.66
-1.24 %
1.134
-0.06 %

Petit à petit, la méthode Montessori fait son nid dans des écoles publiques

| AFP | 304 | Aucun vote sur cette news
De plus en plus d'écoles publiques se convertissent à la méthode Montessori
De plus en plus d'écoles publiques se convertissent à la méthode Montessori ( ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP/Archives )

Un enfant s'exerce à verser de l'eau dans un verre, un autre essaye d'empiler des cylindres: cette école maternelle publique à Paris s'est convertie aux "ateliers autonomes", inspirés de la méthode Montessori, qui semble faire de plus en plus d'adeptes.

Longtemps réservée en France aux écoles hors contrat, très onéreuses, cette méthode suscite désormais aussi l'intérêt d'écoles publiques.

Créée au début du XXe siècle par Maria Montessori, médecin italienne, elle consiste à placer l'enfant au centre des apprentissages et se fonde notamment sur l'éducation sensorielle, via des manipulations, tout en encourageant l'autonomie dès le plus jeune âge.

Depuis la rentrée, l'école Christine-de-Pisan, dans le XVIIe arrondissement de Paris, fonctionne par "triple niveau": les enfants de 3 à 6 ans sont mélangés dans les six classes maternelles; "Nous avions un vrai désir de changement pédagogique", explique sa directrice, Isabelle Dequesne.

Mêler les niveaux permet, selon elle, de "créer des interactions". Les plus petits apprennent des plus grands, qui prennent confiance en eux en expliquant ce qu'ils ont compris. Cela évite aussi la compétition et favorise l'entraide, selon l'équipe pédagogique.

Les salles sont aménagées par "pôle": un coin langage, un coin géométrie, un autre pour le classement... Les enfants s'approprient l'espace, volontairement libéré de tables et chaises, en choisissant eux-mêmes leurs activités. Ces "ateliers autonomes" doivent les faire progresser à leur rythme.

"Nous pouvons les accompagner individuellement", se réjouit Pauline Raillon, professeur des écoles, une des premières convertie dans l'école à cette pédagogie inspirée de la méthode Montessori.

Mme Raillon explique avoir eu le "déclic" en lisant le livre de Céline Alvarez, "Les lois naturelles de l'enfant", très médiatisé l'an dernier. L'auteur y présentait son expérience pilote menée dans une école maternelle en s'appuyant sur les travaux de Maria Montessori et sur des apports des sciences cognitives.

Sa collègue, Dany Bourriaud, près de 40 ans de métier, se dit également séduite par ces nouvelles façons d'enseigner: "J'étais habituée à des cours à l'ancienne, un peu magistraux, où je n'arrivais pas à capter l'attention des élèves. Je faisais le constat en fin d'année que je n'avais pas atteint mes objectifs". Désormais elle dit avoir le temps de suivre les enfants "pas à pas".

- Bricolage -

Mais ces enseignants se heurtent encore à des freins, notamment financiers. Pour équiper une classe avec le matériel Montessori, il faut compter environ 5.000 euros. Du coup, les professeurs bricolent. Pauline Raillon a passé "tout un week-end" à fabriquer des lettres rugueuses, bases de l'entrée dans l'écrit selon la méthode.

Pour lever ces obstacles, l'association Public Montessori s'est créée il y a deux ans. "Nous mettons gratuitement du matériel à disposition" de professeurs volontaires, après une sélection sur dossier, explique son président, Yaneck Husianycia. La première année, il a reçu 45 demandes. L'an dernier, 115, preuve d'un enthousiasme "croissant".

La façade d'une école Montessori à Paris
La façade d'une école Montessori à Paris ( LOIC VENANCE / AFP/Archives )

Combien de profs du public utilisent aujourd'hui cette pédagogie ? "Difficile à dire, car tous ne se signalent pas", répond M. Husianycia. "Et certains enseignants n'utilisent que des bouts de la méthode, tout en s'en revendiquant". Selon lui, entre 500 et 1.000 classes pourraient être concernées.

L'association veut aussi répondre au problème des formations. Actuellement en France, seul l'Institut supérieur Maria Montessori (ISMM) est agréé pour les dispenser. Or il faut débourser environ 8.000 euros pour les suivre, pendant les deux mois d'été et les vacances scolaires.

Une poignée d'enseignants du public font ce sacrifice. "Nous allons bientôt proposer des formations plus courtes, moins chères", promet la directrice de l'ISMM, Patricia Spinelli.

Pour Francette Popineau, secrétaire générale du premier syndicat des enseignants en école primaire (le SNUipp-FSU), "l'engouement actuel s'explique par le fait que les enseignants se sentent un peu isolés. Du coup, quand ils trouvent des pistes semblant aller dans le bon sens, ils les exploitent". "Mais il n'y a pas une seule bonne méthode", prévient-elle.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 07/08/2018

Celyad, une société biopharmaceutique de stade clinique spécialisée dans le développement des thérapies cellulaires CAR-T, a annoncé aujourd'hui la...

Publié le 05/08/2018

Des cannettes de bière dans un magasin d'Ottawa le 2 août 2018 ( Michel COMTE / AFP )Les brasseurs artisanaux canadiens s'inquiètent d'un début de pénurie de canettes en aluminium,…

Publié le 30/07/2018

L'île des Faisans, photo du 10 juillet 2018 ( IROZ GAIZKA / AFP )François 1er, prisonnier de Charles Quint, y fut échangé, moult princesses à marier y ont transité : au milieu du fleuve…

Publié le 25/07/2018

Le chiffre d'affaires du 1er semestre 2018 est de 19,69 ME...

Publié le 19/07/2018

Le Monténégro est un Etat des Balkans comptant moins de 2.000 soldats pour une population de plus de 600.000 habitants. ( DIMITAR DILKOFF / AFP/Archives )Le Monténégro, qualifié par Donald…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/08/2018

                                                          INSTITUT REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DE LA REGION NORD…

Publié le 15/08/2018

WISeKey Cybersécurité enregistre une croissance de plus de 60 % par rapport à la même période l'année dernière en raison d'un nombre croissant d'entreprises…

Publié le 15/08/2018

Intel perd 1,82% à Wall Street après avoir révélé que de nouvelles failles de sécurité ont été découvertes qui pourraient toucher ses processeurs. Sous le nom de code de L1 Terminal Fault…

Publié le 15/08/2018

En outre, le FCP renforce la position sur Econocom