En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 580.38 PTS
+0.31 %
5 528.00
-
SBF 120 PTS
4 415.60
+0.30 %
DAX PTS
12 222.39
+0.57 %
Dowjones PTS
26 559.54
+0.42 %
7 689.72
+0.00 %
1.124
+0.13 %

Pete Buttigieg, star montante des démocrates, sur la route de la Maison Blanche

| AFP | 288 | Aucun vote sur cette news
Pete Buttigieg, à South Bend, dans l'Indiana, le 13 février 2019
Pete Buttigieg, à South Bend, dans l'Indiana, le 13 février 2019 ( Joshua Lott / AFP/Archives )

Pete Buttigieg, le jeune maire ouvertement gay d'une ville moyenne des bassins industriels américains, devenu un phénomène de ce début de campagne présidentielle, doit lancer officiellement dimanche sa candidature à l'investiture démocrate pour 2020.

A 37 ans, ce millennial diplômé d'Harvard, aux positions progressistes, qui a servi en Afghanistan, ne cache désormais plus ses ambitions: déloger Donald Trump de la Maison Blanche.

"On ne peut pas rechercher la grandeur dans le passé", lance le maire de South Bend au début de sa vidéo de campagne. Un tacle évident au slogan de Donald Trump martelé depuis des années: "Rendre sa grandeur à l'Amérique".

"Ici c'est le moment, probablement l'unique moment dans l'histoire américaine, où il pourrait être logique que quelqu'un de mon âge, ayant l'expérience du Midwest industriel (...) apporte quelque chose qui aidera réellement les Américains", a-t-il dit sur NBC dimanche dernier.

Car Pete Buttigieg, né dans cette ville de l'Indiana, vient de ces territoires qui ont fait basculer l'élection en faveur de Donald Trump, la "Rust Belt", cette ceinture de la rouille située au nord-est des Etats-Unis et abimée par le déclin des industries.

Une longue file d'attente s'était formée dimanche dans une ancienne usine automobile de la ville où Pete Buttigieg devait sonner le début officiel de la mobilisation derrière son nom pour l'investiture démocrate.

"Il représente une nouvelle génération de leadership démocrate. Nous adorons sa vision", s'est réjouie Jenn Watts, 35 ans, avec sa fille de trois ans perchée sur ses épaules.

Il y avait plus de monde que de places disponibles dimanche alors une partie de la foule est restée à l'extérieur, sous la pluie, et devait regarder le discours sur grand écran.

Un soutien de Peter Buttigieg porte une affiche montrant la manière de prononcer le nom du candidat, le 8 avril 2019 à Las Vegas
Un soutien de Peter Buttigieg porte une affiche montrant la manière de prononcer le nom du candidat, le 8 avril 2019 à Las Vegas ( Ethan Miller / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives )

Près de trois mois après le lancement de son comité exploratoire pour une candidature, les résultats sont au-dessus de ses espérances: Pete Buttigieg est bien l'étoile montante de cette course démocrate vers la Maison Blanche.

Ce polyglotte --il a appris sept langues-- a récolté 7 millions de dollars de contributions, davantage que la plupart de ses concurrents, et figure à la troisième place dans les derniers sondages pour les primaires de l'Iowa et du New Hampshire, les premiers Etats à voter.

Malgré un patronyme difficilement prononçable - "BOOT-edge-edge", conseille la bio de son compte Twitter - "Mayor Pete" (Pete le Maire) s'est donc fait un nom dans cette campagne.

Favorable à l'abolition de la peine de mort, il est pour que la couverture santé soit étendue à tous les Américains et pro-syndicats.

Buttigieg versus Pence

Ce joueur de piano classique attire l'attention médiatique.

La fascination est en partie liée à ce que signifierait son entrée à la Maison Blanche. Pete Buttigieg deviendrait alors le plus jeune et premier président ouvertement homosexuel des Etats-Unis.

Le vice-président américain Mike Pence, le 10 avril 2019 au Conseil de sécurité des Nations unies, à New York
Le vice-président américain Mike Pence, le 10 avril 2019 au Conseil de sécurité des Nations unies, à New York ( Johannes EISELE / AFP/Archives )

Charismatique, il n'hésite pas non plus à croiser le fer avec le vice-président Mike Pence, sur les questions de foi et d'homosexualité.

Chrétien, marié à l'église à son compagnon en 2018, Pete Buttigieg a plusieurs fois critiqué M. Pence, proche de la droite évangéliste, dans de récents discours.

"Je peux vous dire que si le fait que je sois homosexuel était un choix, c'est un choix qui a été fait haut, très haut", a-t-il dit.

"Et c'est ce que je voudrais que les Mike Pence du monde comprennent: si vous avez un problème avec ce que je suis, votre problème n'est pas avec moi. Votre problème, monsieur, est avec mon créateur", a-t-il poursuivi.

Ce n'était pas la première querelle sur les droits LGBT entre les deux hommes de l'Indiana.

En 2015, Mike Pence, alors gouverneur de cet Etat conservateur, avait été très critiqué pour avoir défendu une loi sur la "liberté religieuse", vue par ses détracteurs, dont M. Buttigieg, comme une façon de discriminer la communauté homosexuelle.

Inconnu il y a encore quelques semaines, ce maire populaire, réélu en 2015 avec 80% des voix, espère bien compter dans le marathon vers le 1600 Pennsylvania Avenue.

"Son charme, pour beaucoup de gens à South Bend, tient à sa capacité à aller de l'avant et se focaliser sur les jours meilleurs à venir",

"Une fois que les gens ont jeté un oeil à son CV et l'ont écouté parler, beaucoup vont commencer à comprendre qu'il était destiné à la politique nationale",estime Elizabeth Bennion, professeure de Sciences politiques à l'Indiana University.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/04/2019

Pour l'exercice 2018, Wedia affiche un chiffre d'affaires consolidé de 10,8 ME, en hausse de 16% par rapport à l'exercice 2017, soit 9,3 ME...

Publié le 18/04/2019

Les revenus locatifs de Carmila pour les 3 premiers mois de l'année 2019 s'élèvent à 89,2 millions d'euros, contre 82,1 millions d'euros en 2018 sur...

Publié le 18/04/2019

Implanet affiche pour l'exercice 2018 une perte nette de 5,55 ME, contre 6,61 ME un an auparavant...

Publié le 18/04/2019

L'assemblée générale des actionnaires de CNP Assurances qui s'est réunie le 18 avril 2019 à Paris a approuvé les comptes sociaux et consolidés de...

Publié le 18/04/2019

Accor a fait le point sur son activité du premier trimestre 2019. Ainsi, le groupe hôtelier a réalisé un chiffre d'affaires de 987 millions d’euros sur la période, en progression de 34,2% en…