En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 655.46 PTS
+0.22 %
5 645.50
+0.07 %
SBF 120 PTS
4 461.53
+0.24 %
DAX PTS
12 468.53
+0.47 %
Dowjones PTS
27 219.52
+0.14 %
7 892.95
-0.31 %
1.107
+0.03 %

Forte poussée de l'extrême droite en ex-RDA

| AFP | 803 | 3 par 4 internautes
Andreas Kalbitz, candidat du parti AfD dans le Brandebourg, réagit aux premiers résultats des élections, le 1er septembre 2019 à Werder an der Hava, près de Potsdam, en Allemagne
Andreas Kalbitz, candidat du parti AfD dans le Brandebourg, réagit aux premiers résultats des élections, le 1er septembre 2019 à Werder an der Hava, près de Potsdam, en Allemagne ( Odd ANDERSEN / AFP )

L'extrême droite allemande a enregistré une forte poussée dimanche, 30 ans après la chute du Mur de Berlin, lors de deux élections régionales en ex-RDA en forme d'avertissement pour la fragile coalition d'Angela Merkel.

L'Alternative pour l'Allemagne (AfD), qui pourfend la politique d'accueil de centaines de milliers de migrants par la chancelière ces dernières années, obtient 22,5% dans le Brandebourg, le Land qui entoure Berlin, contre 12,2% en 2014, et 27,5% en Saxe, dans le sud-est (9,7% en 2014), selon des estimations des médias allemands.

L'Est de l'Allemagne confirme son statut de bastion électoral de l'AfD, nettement plus faible à l'Ouest du pays. Une illustration de la césure persistante en Allemagne trois décennies après sa réunification.

"L'AfD fait désormais partie du paysage quotidien à l'Est", jugeait le politologue Karl-Rudolf Korte. L'Est subit "un spectaculaire glissement vers la droite", abondait un autre politologue, Wolfgang Schröder.

Alexander Gauland, co-leader du parti AfD, le 1er septembre 2019 à Werder an der Havel, près de Potsdam
Alexander Gauland, co-leader du parti AfD, le 1er septembre 2019 à Werder an der Havel, près de Potsdam ( Gregor Fischer / dpa/AFP )

Sans décrocher de première place ni être en mesure de gouverner ces deux Länder, ce qui constitue pour elle une déception, l'extrême droite a ainsi revendiqué dimanche un "grand succès". "Nous ne sommes pas encore la force la plus puissante, il manque encore quelque chose. Le travail commence", a toutefois concédé un responsable du mouvement, Alexander Gauland.

"Citoyens de seconde zone"

Montée de l'AfD aux élections régionales allemandes
Montée de l'AfD aux élections régionales allemandes ( Jean-Michel CORNU / AFP )

Quelque 5,5 millions de personnes étaient appelées aux urnes pour élire leurs nouveaux parlements régionaux.

S'il ne s'agit que d'environ 12% du corps électoral allemand, ces scrutins, complétés par un troisième en Thuringe, autre région de l'ex-RDA, le 27 octobre, sont scrutés à la loupe.

Dans le Brandebourg, le parti social-démocrate, partenaire minoritaire de la coalition gouvernementale de Mme Merkel à Berlin, parvient à sauver sa première place avec 27,5%, selon les estimations.

En Saxe voisine, les conservateurs d'Angela Merkel, dont ce Land constitue un fief, arrive certes en tête avec plus de 32%, devançant l'AfD de 5 points environ dans cette région berceau du mouvement islamophobe Pegida. Mais avec un net repli depuis 2014 (39,4%).

La chancelière allemande Angela Merkel lors d'une conférence de presse à Sopron, à la frontière austro-hongroise, le 19 août 2019
La chancelière allemande Angela Merkel lors d'une conférence de presse à Sopron, à la frontière austro-hongroise, le 19 août 2019 ( ATTILA KISBENEDEK / AFP/Archives )

Les partis établis, en particulier la CDU, ont d'ores et déjà prévenu qu'ils ne formeraient pas de coalition avec l'AfD, qui présentaient de surcroît dans ces régions des figures issues de sa frange la plus radicale.

Ces Länder pourraient ainsi se trouver gouvernés par de larges alliances hétéroclites associant droite et gauche, au risque d'attiser un peu plus les mécontentements.

Dans des régions où nombre de jeunes continuent d'émigrer chaque année vers l'Ouest de l'Allemagne et ses salaires plus alléchants, les Allemands de l'ex-RDA souffrent d'un sentiment de déclassement, malgré une forte baisse du chômage depuis 10 ans.

Plus d'un électeur sur deux (54% en Saxe, 51% dans le Brandebourg) juge ainsi que les habitants de l'Est sont traités comme des "citoyens de seconde zone", selon un sondage diffusé dimanche par la première chaîne de ARD.

Pas de percée verte

La politique d'accueil des réfugiés menée depuis 2015 par Angela Merkel a ainsi heurté une partie de la population qui a eu le sentiment que l'Etat s'occupait davantage des migrants que de leur sort.

Le candidat du parti AfD pour la Saxe, Joerg Urban, réagit aux premiers résulats des élections, le 1er septembre 2019 à Dresde, en Allemagne
Le candidat du parti AfD pour la Saxe, Joerg Urban, réagit aux premiers résulats des élections, le 1er septembre 2019 à Dresde, en Allemagne ( Michael Kappeler / DPA/AFP )

L'AfD a surfé sur ces peurs en faisant campagne contre des formations traditionnelles qu'elle assimile à l'ancien parti communiste de la RDA, tout en défendant un credo climato-sceptique.

Ces scrutins régionaux constituent une nouvelle claque pour la chancelière, à la tête depuis l'an dernier d'une coalition fragile avec le SPD, et qui a déjà annoncé qu'elle quitterait le pouvoir à l'automne 2021.

La coalition ne devrait toutefois pas encore imploser, puisque les deux partenaires ont conservé leur Land, la CDU la Saxe et le SPD le Brandebourg.

Le SPD, sans leader depuis quatre mois et en chute dans les sondages, va ainsi pouvoir se consacrer à l'élection de nouveaux dirigeants, avant de décider d'ici la fin de l'année de rester ou pas dans la coalition.

Devenu le deuxième parti à l'échelon fédéral, selon les sondages, les Verts ratent eux en partie le coche dans ces deux Länder industriels. Avec un score autour de 9% dans chacun des scrutins, ils sont en deçà des 14% promis par d'ultimes sondages.

Avec 10% dans les deux Länder, le parti de gauche radicale Die Linke perd lui autour de 8 points par rapport à 2014.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
4 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE DE BOURSE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 23 septembre 2019

CODE OFFRE : RENTREE19

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE19 lors de votre ouverture de compte.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/09/2019

REOF Holding détient plus de plus de 60% du capital...

Publié le 13/09/2019

Orby TV s'appuie sur la couverture en bande Ku d'Eutelsat 117 West A sur les Etats-Unis pour la diffusion de son service de télévision par satellite...

Publié le 13/09/2019

Immobilière Dassault a publié au titre de son premier semestre un résultat net de 11,85 millions d’euros contre 10,68 millions un an plus tôt. Le cash-flow courant (hors variation du BFR)…

Publié le 13/09/2019

Les revenus locatifs du 1er semestre 2019 d'Immobilière Dassault se sont élevés à 10,3 ME, en hausse de 55,2% parrapport au 1er semestre 2018...

Publié le 13/09/2019

Alstom se redresse de 2,2% à 38,29 euros ce vendredi dans un marché actif, après avoir trébuché hier de 4,9% à 37,45 euros à l'annonce des conditions...