En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 871.91 PTS
+1.21 %
5 870.5
-
SBF 120 PTS
4 623.22
+1.1 %
DAX PTS
13 166.58
+0.86 %
Dow Jones PTS
28 015.06
+1.22 %
8 397.37
+1.07 %
1.106
+0. %

Pendus, assommés, noyés: au Cambodge, le commerce brutal de la viande de chien reste juteux

| AFP | 506 | 1 par 1 internautes
Une membre de l'ONG
Une membre de l'ONG "Quatre Pattes" avec des chiens qui vont être sauvés d'un abattoir de la région de Siem Reap, au Cambodge, le 25 octobre 2019 ( TANG CHHIN Sothy / AFP )

Ils attendent leur tour, à l’étroit, dans une cage, avant d'être tués, dépecés, cuisinés et mangés. Malgré les tabous, le commerce de viande de chien reste très répandu au Cambodge, un business florissant, à l'abri des regards.

Entre deux et trois millions sont abattus sans respect des règles d'hygiène et sans souci du bien-être animal chaque année dans le royaume, d'après l'association de protection des animaux "Quatre pattes".

Un homme observe un chien en train de rôtir dans un restaurant de la région de Kampong Cham, au Cambodge, le 26 octobre 2019
Un homme observe un chien en train de rôtir dans un restaurant de la région de Kampong Cham, au Cambodge, le 26 octobre 2019 ( TANG CHHIN Sothy / AFP )

"Je vous demande pardon", dit Khieu Chan, qui en égorge jusqu'à six par jour avant de les servir à ses clients dans son restaurant à quelques heures au sud de Phnom Penh. "Si je ne vous tue pas, je ne peux pas nourrir les miens", ajoute ce père de famille de 41 ans.

Manger de la viande canine n’est pas prohibé au Cambodge et cette industrie lucrative s'étend traditionnellement sur toute l'Asie, de la Chine à la Corée du Sud.

"Commerce gigantesque"

Un homme transporte à l'arrière de sa moto des chiens dans une cage placée sous des ustensiles de cuisine, qu'il va aller vendre aux abattoirs fournissant les restaurants, le 25 octobre 2019 dans la province de Siem Reap, au Cambodge
Un homme transporte à l'arrière de sa moto des chiens dans une cage placée sous des ustensiles de cuisine, qu'il va aller vendre aux abattoirs fournissant les restaurants, le 25 octobre 2019 dans la province de Siem Reap, au Cambodge ( TANG CHHIN Sothy / AFP )

L'ONG "Quatre pattes", qui a récemment mené une enquête dans le royaume, a recensé une centaine de restaurants servant de la viande canine à Phnom Penh, et une vingtaine à Siem Reap, près du célèbre temple d'Angkor.

"C'est un commerce gigantesque", relève à l'AFP Katherine Polak, vétérinaire de l'association, venue présenter les résultats de l'étude aux autorités cambodgiennes. Elles ont été "choquées" de l'ampleur du phénomène encore aujourd'hui, ajoute-t-elle.

Des chiens dans un cage à l'arrière d'une moto, destinés à l'abattoir, le 25 octobre 2019 dans la province de Siem Reap, au Cambodge
Des chiens dans un cage à l'arrière d'une moto, destinés à l'abattoir, le 25 octobre 2019 dans la province de Siem Reap, au Cambodge ( TANG CHHIN Sothy / AFP )

Tout commence dans le nord du pays. Des chasseurs traquent les chiens errants ou passent de famille en famille, proposant des ustensiles de cuisine en échange de leur animal domestique. Ils les embarquent dans des cages à l'arrière de leur moto et les revendent à des intermédiaires entre 2 et 3 dollars le kilo.

Les animaux sont ensuite conduits dans des abattoirs ruraux où les employés opèrent sans aucun contrôle et sans aucune protection alors que la rage est encore très répandue par endroits.

Des chiens attendent d'être tués, dans un abattoir de la province de Siem Reap, au Cambodge, le 25 octobre 2019
Des chiens attendent d'être tués, dans un abattoir de la province de Siem Reap, au Cambodge, le 25 octobre 2019 ( TANG CHHIN Sothy / AFP )

"Une fois un chien m'a mordu, mais il était tard quand je suis rentré chez moi alors je ne suis pas allé me faire soigner", raconte à l'AFP Pring That, un villageois de 33 ans, en faisant mijoter un ragoût à base de viande de chien et de sauce au poisson fermentée.

Il s'est contenté de nettoyer la plaie avec un mélange de savon et de citron.

Lucratif

Un homme trempe un chien mort dans l'eau bouillante pour en oter la peau, dans un abattoir, le 25 octobre 2019 dans la province de Siem Reap, au Cambodge
Un homme trempe un chien mort dans l'eau bouillante pour en oter la peau, dans un abattoir, le 25 octobre 2019 dans la province de Siem Reap, au Cambodge ( TANG CHHIN Sothy / AFP )

L'abattage des bêtes est brutal: pendues à un arbres, assommées ou parfois noyées dans une bassine d'eau putréfiée.

"En les noyant, cela permet de ne pas entendre les cris", raconte une femme de la province de Kampong Chamn, au nord-est de la capitale.

Le pelage est ensuite retiré en faisant bouillir la carcasse, et l'animal découpé en morceaux.

"Dans les bons jours, j'en tue entre 10 et 12", raconte Hun Hoy, un employé de 59 ans.

Une femme prépare de la viande de chien pour la vendre, dans un abattoir de la province de Siem Reap, le 25 octobre 2019
Une femme prépare de la viande de chien pour la vendre, dans un abattoir de la province de Siem Reap, le 25 octobre 2019 ( TANG CHHIN Sothy / AFP )

"J'ai de la peine pour eux, mais c'est mon boulot de faire ça", ajoute-t-il, alors que la nuit tombe sur l'abattoir rudimentaire dans lequel il travaille près de Siem Reap.

Son activité peut lui rapporter entre 750 et 1.000 dollars par mois, contre 200 s'il travaillait, par exemple, dans l'industrie du textile.

Ses clients sont des restaurants en ville ou de simples échoppes en bord de route, où le chien est vendu en barbecue ou dans une soupe, pour 1,25 dollar.

Khieu Chan, propriétaire d'un restaurant de viande de chien qui vient d'accepter de se reconvertir, pleure d'émotion en décrivant comme il doit lui-même égorger les chiens, le 27 octobre 2019, dans la province de Takeo, au Cambodge
Khieu Chan, propriétaire d'un restaurant de viande de chien qui vient d'accepter de se reconvertir, pleure d'émotion en décrivant comme il doit lui-même égorger les chiens, le 27 octobre 2019, dans la province de Takeo, au Cambodge ( TANG CHHIN Sothy / AFP )

Mais ce commerce engendre aussi des traumatismes.

Le restaurateur Khieu Chan explose ainsi en sanglots lorsqu'il décrit comment il égorge lui-même les bêtes, un travail qui le hante lorsqu'il va se coucher.

Pour lui permettre de se réorienter, l'association "Quatre pattes" lui a acheté un terrain et il va fermer son restaurant et se lancer dans l'agriculture.

Un membre de l'ONG
Un membre de l'ONG "Quatre Pattes" avec des chiens qui vont être sauvés d'un abattoir de la région de Siem Reap, au Cambodge, le 25 octobre 2019 ( TANG CHHIN Sothy / AFP )

Ses chiens sont emportés par les bénévoles, direction une clinique vétérinaire de Phnom Penh.

"Vous êtes libres", leur lance-t-il. "Vous échappez à la mort".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 1
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 06/12/2019

Le groupe chinois Dongfgeng pourrait réduire sa part de façon à abaisser sa présence dans la future entité PSA-Fiat Chrysler, selon des sources citées par 'Reuters'.

Publié le 06/12/2019

Le chiffre d'affaires de Moulinvest s'établit à 64 ME au titre de l'exercice 2018-2019 contre 61,3 ME sur l'exercice précédent...

Publié le 06/12/2019

Tessi, spécialiste français des Business Process Services, a annoncé vendredi avoir achevé une augmentation de capital avec suppression du droit préférentiel de souscription. Le montant brut de…

Publié le 06/12/2019

"Ces opérations contribueront à renforcer à la fois le potentiel de croissance du résultat par action", assure le management d'Elior...

Publié le 06/12/2019

Elior Group a annoncé avoir procédé à l’annulation de près de 4,27 millions de ses propres actions, représentant 2,39% de son capital social. La décision d’annulation des titres…