En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 896.92 PTS
-0.26 %
4 879.0
-0.46 %
SBF 120 PTS
3 892.27
-0.24 %
DAX PTS
10 924.70
-0.04 %
Dowjones PTS
24 534.14
+0.03 %
6 737.29
-0.39 %
1.135
-0.17 %

Parcoursup: après les résultats du bac, 89.000 jeunes en attente

| AFP | 204 | Aucun vote sur cette news
89.000 lycéens sont encore en attente d'une place sur la plate-forme Parcoursup, un chiffre comparable à l'an dernier avec APB.
89.000 lycéens sont encore en attente d'une place sur la plate-forme Parcoursup, un chiffre comparable à l'an dernier avec APB. ( DENIS CHARLET / AFP/Archives )

Les résultats du bac, après rattrapage, sont tombés vendredi et les lycéens recalés ont été désinscrits de Parcoursup : il reste donc 89.000 bacheliers en attente d'une place dans l'enseignement supérieur, un chiffre comparable à 2017. Mais à la différence d'APB, de nouvelles places sont libérées chaque jour.

Près de 75.000 candidats étaient en attente d'une proposition vendredi et quelque 13.900 ont demandé à être accompagnés par le recteur de leur académie, un dispositif nouveau entré en vigueur dès les premières réponses de Parcoursup. Au total, 89.000 jeunes sont donc toujours actifs sur la plateforme, sans proposition mi-juillet.

L'an dernier, le 14 juillet (l'ancien système APB dévoilait ses chiffres sur trois dates fixes, dont le 14 juillet), 87.000 candidats étaient en liste d'attente. Le nombre d'inscrits sur Parcoursup est à peu près similaire à 2017 (810.000).

Mais cette année, la plateforme continue de "mouliner" jour après jour et des places se libèrent chaque jour, jusqu'au 5 septembre, souligne le ministère de l'Enseignement supérieur.

Aaliyah, qui a eu son bac économique et social (ES) cette année, est toujours en liste d'attente. Elle avait demandé une place à l'université Paris-Dauphine, une filière sélective qui n'est pas sur Parcoursup et où elle n'a pas été acceptée, et huit licences non sélectives, mais hors de l'académie de Versailles, dont elle dépend. "Un choix risqué" reconnait-elle, mais qu'elle pensait raisonnable au vu de ses très bonnes notes en langues.

Elle est actuellement 50e en liste d'attente de la licence Langues étrangères appliquée (LEA) de la Sorbonne-Nouvelle, son choix préféré, contre 1.800e en début de procédure. Elle a bon espoir de décrocher cette place mais a aussi candidaté, pour plus de sûreté, en LEA à Dijon, Aix ou dans le Nord, sur la procédure complémentaire.

L'impression qu'elle gardera de ces semaines écoulées? "Du stress".

La procédure complémentaire a démarré le 26 juin et s'achève le 21 septembre. Elle permet aux bacheliers, même ceux qui ont reçu des propositions, de candidater sur des places encore disponibles. Un dispositif similaire à ce qui existait avec APB.

- "Des semaines d'incertitude" -

( CHARLY TRIBALLEAU / AFP/Archives )

Parcoursup a été conçu pour supprimer le tirage au sort dans les filières les plus demandées et a instauré un classement des dossiers dans toutes les licences générales, une mesure qualifiée de "sélection pour l'entrée en fac" par ses détracteurs.

Autre différence par rapport à APB, les candidats ne classent pas leurs voeux avec Parcoursup. Ce qui, selon les critiques, a ralenti le processus. "Ce qu'on a maintenant, on aurait pu l'avoir il y a plusieurs semaines", estime Vincent Iehlé, professeur d'économie à l'université de Rouen-Normandie, spécialiste des processus d'affectation dans l'enseignement supérieur.

"Ce qui me gène, c'est cette inégalité par rapport au temps. Des élèves vont aller, in fine, à l'université mais ils sont restés dans l'incertitude pendant des semaines, car ils étaient en liste d'attente" et parfois très bas sur ces listes, ajoute-t-il.

Des classes prépa se sont plaintes de n'avoir pas pu, dès les premiers résultats de Parcoursup fin mai, remplir leurs classes avec des voeux confirmés, ce qui perturbe l'organisation de la rentrée.

"Le processus est plus lent pour tout le monde, y compris les prépas", note Laurent Champaney, président de la commission "Amont" de la Conférence des grandes écoles (CGE). "L'intérêt de Parcoursup, c'est que les lycéens n'ont pas à se brider en classant leurs voeux. Mais il faut qu'ils se montrent ensuite raisonnables et se fixent sur un choix" pour libérer les places qu'ils occupent, ajoute-t-il.

Ces choix non classés sur la plateforme ont redonné la main aux bacheliers, selon le ministère. Avec APB, les jeunes recevaient une seule proposition. Avec Parcoursup, c'est à eux de choisir parmi leurs propositions, quand ils en ont. Seuls 64% des propositions faites par APB ont été définitivement acceptées en 2017, souligne la ministre Frédérique Vidal.

Pour faire face à la poussée démographique d'il y a quelque 20 ans et aux besoins de formation supérieure des jeunes dans l'économie de ce début de XXIe siècle, le ministère de l'Enseignement supérieur a créé quelque 30.000 places supplémentaires pour la rentrée 2018, dans les universités (en licence et en IUT) et en BTS.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/12/2018

Au premier semestre, clos fin septembre, EuropaCorp a essuyé une perte nette, part du groupe de 88,9 millions d’euros contre - 70,6 millions d’euros, un an plus tôt. Le groupe a enregistré des…

Publié le 13/12/2018

Depuis le dernier trimestre 2017, début du partenariat entre le spécialiste du marketing point de vente MEDIA 6 et Lucibel, la collaboration entre les...

Publié le 13/12/2018

Thales et Gemalto ont annoncé avoir obtenu l’Autorisation Règlementaire relative au contrôle des concentrations de la part de l’autorité de la concurrence (Commerce Commission) en…

Publié le 13/12/2018

Lumibird, spécialiste des technologies laser, a annoncé le succès de son augmentation de capital en numéraire avec maintien du droit préférentiel de souscription d’un montant de 7 828 812…

Publié le 13/12/2018

La livraison de ces navires devrait s'échelonner entre le premier et le troisième trimestre 2021.