En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 924.89 PTS
-
4 905.5
-
SBF 120 PTS
3 923.96
-
DAX PTS
11 066.41
-1.58 %
Dowjones PTS
24 465.64
-2.21 %
6 526.96
-1.75 %
1.137
+0.05 %

La chrétienne Asia Bibi libérée mais toujours au Pakistan

| AFP | 524 | 5 par 1 internautes
Des partisans du groupe islamiste Mutahida Majlis-e-Amal (MMA) lors d'une manifestation à Karachi le 8 novembre 2018, contre l'acquittement d'Asia Bibi, une chrétienne condamnée à mort pour blasphème
Des partisans du groupe islamiste Mutahida Majlis-e-Amal (MMA) lors d'une manifestation à Karachi le 8 novembre 2018, contre l'acquittement d'Asia Bibi, une chrétienne condamnée à mort pour blasphème ( ASIF HASSAN / AFP )

La Pakistanaise Asia Bibi, libérée de prison dans la nuit de mercredi à jeudi suite à son acquittement par la Cour suprême, se trouve désormais dans un "endroit sûr", mais toujours dans le pays.

"Elle se trouve dans un endroit sécurisé au Pakistan", a déclaré un porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Muhammad Faisal, alors que certains médias avaient fait état d'un départ dans la nuit pour l'étranger.

"#AsiaBibi a quitté la prison et a été transférée dans un endroit sûr! Je remercie les autorités pakistanaises", avait auparavant tweeté le président du Parlement européen, Antonio Tajani, ajoutant l'attendre "dès que possible avec son mari et sa famille" à Bruxelles.

La vie de Mme Bibi, condamnée à mort pour blasphème en 2010 et acquittée la semaine dernière, est considérée comme en grave danger dans le pays du fait des extrémistes islamistes qui rejettent le verdict de la Cour suprême.

La Pakistanaise Asia Bibi, chrétienne condamnée à mort pour blasphème en 2010 après une dispute avec des femmes de son village, puis acquittée en 2018, sur une photo non datée fournie le 1er novembre par l'ONG association britannique des chrétiens du Pakistan
La Pakistanaise Asia Bibi, chrétienne condamnée à mort pour blasphème en 2010 après une dispute avec des femmes de son village, puis acquittée en 2018, sur une photo non datée fournie le 1er novembre par l'ONG association britannique des chrétiens du Pakistan ( Handout / British Pakistani Christian Association/AFP/Archives )

Sa famille a sollicité ces derniers jours l'aide de plusieurs pays occidentaux pour les accueillir. Son sort a suscité une grande mobilisation dans les pays occidentaux ces dernières années.

- Fureur des islamistes -

L'annonce de sa libération a d'ores et déjà provoqué la fureur des milieux islamistes radicaux qui appellent de longue date à son exécution.

Quelque 10.000 protestataires ont défilé jeudi à Karachi, la grande ville du sud du Pakistan, criant des slogans comme "Pendez Asia". "Nous pouvons sacrifier nos vies mais nous ne ferons jamais de compromis sur l'honneur du prophète", a lancé un orateur à la tribune. D'autres manifestations pourraient suivre vendredi.

Le Tehreek-e-Labaik Pakistan (TLP), un parti religieux connu pour sa ligne particulièrement dure en matière de blasphème, a indiqué qu'il suivait de très près la situation même s'il n'appelait pas ses partisans à la mobilisation dans l'immédiat.

Le TLP est au coeur de la vague de protestation qui a suivi l'acquittement de Mme Bibi, paralysant le pays pendant trois jours la semaine dernière et poussant le gouvernement à signer un accord controversé avec ses chefs de file. L'exécutif s'était ainsi engagé à lancer une procédure visant à interdire à Asia Bibi de quitter le territoire et à ne pas s'opposer à un recours contre le verdict déposé par un religieux.

Des partisans du groupe islamiste Mutahida Majlis-e-Amal (MMA) lors d'une manifestation à Karachi le 8 novembre 2018, contre l'acquittement d'Asia Bibi, une chrétienne condamnée à mort pour blasphème
Des partisans du groupe islamiste Mutahida Majlis-e-Amal (MMA) lors d'une manifestation à Karachi le 8 novembre 2018, contre l'acquittement d'Asia Bibi, une chrétienne condamnée à mort pour blasphème ( ASIF HASSAN / AFP )

"Je vais dire à tous ceux qui aiment le prophète qu'ils doivent rester en alerte. Si la promesse n'est pas tenue et qu'(Asia Bibi) est envoyée à l'étranger, alors si Allah le veut, un mouvement commencera qui sera décisif", a mis en garde jeudi l'un de ses chefs de file, Pir Muhammad Afzal Qadri dans une vidéo, laissant entendre que ses membres pourraient redescendre dans la rue.

Le compromis passé avec le TLP a valu au gouvernement de vives accusations de "reddition" face aux extrémistes. De nombreux observateurs ont comparé l'épisode à un autre bras-de-fer sur le blasphème en novembre 2017 entre le même parti et le gouvernement précédent, qui s'était soldé par la démission forcée d'un ministre et par plusieurs morts lors d'affrontements de manifestants avec la police.

"Pas une seule goutte de sang n'a été versée pendant ces trois jours et le sit-in s'est achevé par des négociations pacifiques", a justifié jeudi le secrétaire d'Etat à l'Intérieur Shehryar Khan Afridi devant le Parlement.

- Demandes d'asile -

Le calvaire de Mme Bibi, ouvrière agricole chrétienne âgée d'une cinquantaine d'années et mère de famille, remonte à une dispute avec des villageoises musulmanes au sujet d'un verre d'eau en 2009. Elle avait été condamnée l'année suivante à mort pour blasphème et ses recours tous rejetés.

Son cas avait ému la communauté internationale, attirant l'attention des papes Benoît XVI et François. L'une de ses filles a rencontré ce dernier à deux reprises.

La Pakistanaise chrétienne Asia Bibi à la prison de Sheikhupura, le 20 novembre 2010 au Pakistan
La Pakistanaise chrétienne Asia Bibi à la prison de Sheikhupura, le 20 novembre 2010 au Pakistan ( HANDOUT / PUNJAB GOVERNOR'S HOUSE/AFP/Archives )

Le mari d'Asia Bibi a réclamé samedi l'asile pour sa famille aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne ou au Canada, arguant d'un trop grand danger s'ils restaient au Pakistan.

"Je demande au président Donald Trump de nous aider à partir. Après cela, je demande à la Première ministre britannique (Theresa May) de faire de son mieux pour nous aider", a déclaré Ashiq Masih dans un message vidéo. Le mari d'Asia Bibi a également sollicité l'"aide" du Premier ministre canadien Justin Trudeau.

Mercredi, une autre vidéo de M. Masih a été mise en ligne par l'association italienne catholique Aiuto alla chiesa che soffre (Aide à l'Eglise qui souffre), dans laquelle il appelle le gouvernement italien à l'aide pour les faire sortir du Pakistan, où les conditions de vie deviennent selon lui très difficiles.

Après ce message, le ministre italien de l'Intérieur Matteo Salvini a tweeté qu'il ferait "tout ce qu'il est humainement possible pour garantir un avenir à cette femme".

La France "étudie" de son côté sous quelle forme elle pourrait l'aider ou l'accueillir "avec (ses) partenaires européens et internationaux", a déclaré sa secrétaire d'Etat en charge de l'Egalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa.

ga-sjd-jf-ahe/mct

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/11/2018

A l'issue de cette cession, la participation d'Axa au capital d'EQH diminue, passant de 72,2% des actions ordinaires d'EQH en circulation à 59,3%...

Publié le 20/11/2018

Son appareil est un dispositif d'épuration d'air dédié aux grands volumes intérieurs...

Publié le 20/11/2018

Statum, co-dirigée notamment par Brice Aquilina (ex I-prospect) vient renforcer l'offre Média du Groupe...

Publié le 20/11/2018

Lagardère acquiert un leader de la Restauration sur le marché du Travel Retail en Amérique du Nord...