En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 968.11 PTS
+0.88 %
4 950.5
+0.84 %
SBF 120 PTS
3 957.62
+0.86 %
DAX PTS
11 225.16
+1.43 %
Dowjones PTS
24 613.58
+0.60 %
6 622.25
+1.46 %
1.141
+0.36 %

Pakistan: l'avocat d'Asia Bibi a quitté le pays, craignant pour sa vie

| AFP | 279 | Aucun vote sur cette news
L'avocat Saif-ul-Mulook qui a sauvé la Pakistanaise chrétienne Asia Bibi d'une pendaison pour blasphème, lors d'une interview avec l'AFP, le 9 octobre 2018 à Islamabad, au Pakistan
L'avocat Saif-ul-Mulook qui a sauvé la Pakistanaise chrétienne Asia Bibi d'une pendaison pour blasphème, lors d'une interview avec l'AFP, le 9 octobre 2018 à Islamabad, au Pakistan ( FAROOQ NAEEM / AFP/Archives )

L'avocat qui a sauvé la Pakistanaise chrétienne Asia Bibi d'une pendaison pour blasphème, Saif-ul-Mulook, a quitté le pays samedi, déclarant craindre pour sa vie après des menaces d'islamistes radicaux.

M. Mulook était le défenseur de Mme Bibi dans l'affaire qui lui a valu de passer près de dix ans dans le couloir de la mort avant d'être acquittée mercredi par un verdict de la Cour suprême qui a provoqué la fureur des milieux extrémistes musulmans.

Ceux-ci sont descendus dans les rues, paralysant une grande partie du pays pendant trois jours, avant qu'un accord y mettant fin ne soit conclu dans la nuit de vendredi à samedi entre les autorités et les manifestants.

La Pakistanaise chrétienne Asia Bibi à la prison de Sheikhupura, le 20 novembre 2010 au Pakistan
La Pakistanaise chrétienne Asia Bibi à la prison de Sheikhupura, le 20 novembre 2010 au Pakistan ( Handout / DGPR Punjab/AFP/Archives )

"Dans le scénario actuel, il ne m'est pas possible de vivre au Pakistan", a déclaré l'avocat à l'AFP avant d'embarquer à bord d'un avion tôt samedi.

"J'ai besoin de rester en vie car je dois poursuivre la bataille judiciaire pour Asia Bibi", a expliqué le sexagénaire, qui ne s'est vu accorder aucune protection rapprochée après le verdict en faveur de sa cliente.

La réaction violente des extrémistes au jugement était selon lui "malheureuse mais pas inattendue".

"Je m'y attendais mais ce qui est douloureux, c'est la réponse du gouvernement. Ils ne peuvent même pas (faire) appliquer un jugement de la plus haute cour du pays", a-t-il déploré.

Un partisan du parti musulman extrémiste ASWJ (Ahle Sunnat Wal Jamaat) proteste contre l'acquittement de la chrétienne Asia Bibi dont il brandit le portrait barré de rouge, le 2 novembre 2018 à Islamabad
Un partisan du parti musulman extrémiste ASWJ (Ahle Sunnat Wal Jamaat) proteste contre l'acquittement de la chrétienne Asia Bibi dont il brandit le portrait barré de rouge, le 2 novembre 2018 à Islamabad ( AAMIR QURESHI / AFP )

Après trois jours de chaos dans le pays, les manifestants et le gouvernement ont indiqué être parvenus à un accord tard vendredi.

Le texte en cinq points prévoit notamment que le gouvernement ne s'oppose pas au dépôt d'une requête en révision du jugement de la Cour suprême et qu'il lancera une procédure visant à interdire à Mme Bibi de quitter le territoire.

Selon M. Mulook, cela signifie que Mme Bibi devra demeurer en prison ou dans un autre endroit sûr en attendant que la requête soit examinée. "Sa vie serait plus ou moins la même, que ce soit à l'intérieur d'une prison ou à l'extérieur à l'isolement en raison de craintes sécuritaires", a-t-il noté.

Le gouvernement était vivement critiqué samedi pour cet accord, qualifié de "nouvelle reddition".

"Un gouvernement de plus a capitulé face à des extrémistes religieux violents qui ne croient ni en la démocratie, ni en la Constitution", déplore le quotidien Dawn dans son éditorial samedi.

Il semble que le discours de fermeté à l'égard des islamistes prononcé mercredi soir par le Premier ministre Imran Khan "soit déjà condamné à la poubelle de l'Histoire", conclut le journal.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/11/2018

Le monde de l'aéronautique est en perpétuelle évolution...

Publié le 21/11/2018

Bernin, le 21 novembre 2018       INFORMATION RELATIVE AU NOMBRE TOTAL DE DROITS DE VOTE ET D'ACTIONS COMPOSANT LE CAPITAL SOCIAL       (Article L. 233-8 II du Code…

Publié le 21/11/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 21/11/2018

Par courrier reçu le 21 novembre 2018 par l'AMF, la société de droit canadien Canada Pension Plan Investment Board (CPPIB) a déclaré à l'Autorité...

Publié le 21/11/2018

A moins de 24 heures d'une réunion extraordinaire du conseil d'administration du constructeur japonais, certains membres refuseraient de se prononcer sur l'éviction de son Président...