En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 476.17 PTS
-
5 467.00
+0.04 %
SBF 120 PTS
4 384.35
+0.00 %
DAX PTS
12 350.82
-
Dowjones PTS
26 562.05
-0.68 %
7 548.75
+0.00 %
1.175
+0.06 %

Nouvelle ère pour le Pakistan avec Imran Khan Premier ministre

| AFP | 355 | Aucun vote sur cette news
Le nouveau Premier ministre pakistanais Imran Khan (à gauche) prête serment aux côtés du président du Pakistan, Mamnoon Hussain (au centre), à Islamabad, le 18 août 2018 (transmise par le service de presse du Pakistan PID)
Le nouveau Premier ministre pakistanais Imran Khan (à gauche) prête serment aux côtés du président du Pakistan, Mamnoon Hussain (au centre), à Islamabad, le 18 août 2018 (transmise par le service de presse du Pakistan PID) ( Handout / PID/AFP )

Le nouveau Premier ministre du Pakistan Imran Khan a prêté serment lors d’une cérémonie samedi à Islamabad, ouvrant une nouvelle ère politique pour le pays et promettant de lutter frontalement contre la corruption et la pauvreté.

L'ex-champion de cricket, visiblement ému et butant légèrement sur les mots, a solennellement pris l’engagement d'agir "toujours dans l’intérêt de la souveraineté, de l’intégrité" du pays.

M. Khan, 65 ans, avait été élu la veille chef du gouvernement par l’Assemblée nationale. Devenu ainsi le 22e Premier ministre du pays, il prendra la tête d’un gouvernement de coalition.

La cérémonie s’est déroulée au palais présidentiel devant un large parterre de dignitaires pakistanais et étrangers dont des diplomates, artistes et militaires.

Toute l'équipe de cricket pakistanaise championne du monde en 1992 sous le capitanat d'Imran Khan, ainsi que quelques joueurs indiens, y avaient été conviés.

La nouvelle Première dame du Pakistan, Bushra Bibi, couverte d'un niqab blanc ne laissant voir que ses yeux, a fait sa première apparition publique depuis leur mariage au début de l'année.

Le parti de M. Khan, le Pakistan Tehreek-e-Insaf (PTI), avait largement remporté les législatives du 25 juillet. Mais il n'avait pas obtenu assez de sièges pour pouvoir former à lui seul le gouvernement. Plusieurs semaines de négociations ont été nécessaires pour parvenir à bâtir une coalition.

Imran Khan
Imran Khan ( Gal ROMA / AFP )

La victoire de M. Khan ouvre une nouvelle ère politique pour le pays, interrompant des décennies d'alternance entre le PML-N et le Parti du peuple pakistanais (PPP), entrecoupée de périodes de pouvoir militaire.

Le Pakistan, né de la partition de l'Inde coloniale britannique et qui a soufflé cette semaine ses 71 bougies, a été dirigé par l'armée pendant près de la moitié de son histoire mouvementée.

L'ex-champion a promis l'avènement d'un "nouveau Pakistan" et s'est engagé à lutter contre la corruption et la pauvreté.

Le PTI a dévoilé samedi sur Twitter la composition du nouveau gouvernement, composé de 15 ministres.

Shah Mahmood Qureshi a été nommé aux Affaires étrangères, poste qu'il avait déjà occupé en 2008-2011. Pervez Khattak, ex-chef de la province de Khyber Pakhtunkhwa, se voit attribuer le portefeuille de la Défense. Asad Umer, pressenti de longue date aux Finances, est confirmé.

M. Khan a reçu les félicitations de la Première ministre britannique Theresa May, qui s'est dite impatiente de le rencontrer, selon Downing Street. Mme May a insisté au passage sur la nécessité de renforcer "l'Etat de droit" et les droits des femmes et des minorités au Pakistan.

- "Apporter le changement" -

Dans un discours prononcé vendredi peu après son élection, M. Khan avait promis, l'air combatif, "d'apporter le changement dont cette nation avait tant besoin".

"Pour commencer, nous allons rendre les gens strictement responsables de leurs actes. Je m'engage devant Dieu à ce que quiconque a pillé ce pays en soit tenu responsable", a-t-il lancé.

Il a aussi implicitement balayé les nombreuses accusations d'interférence de l'armée en sa faveur pendant la campagne électorale. "Je suis ici après 22 ans de combats, aucun dictateur ne m'a pris en charge", a-t-il affirmé.

Il a promis de "coopérer" face aux accusations de fraudes aux élections de juillet avancées par une grande partie de l'opposition, à commencer par l'ancien parti au pouvoir, le PML-N. Son ancien leader, l'ex-Premier ministre Nawaz Sharif, a été emprisonné pour corruption deux semaines avant les élections.

M. Khan est idolâtré par des millions de Pakistanais pour avoir mené l'équipe nationale de cricket, sport roi dans le pays, à sa seule victoire en Coupe du monde en 1992.

Connu en Occident comme un ancien sportif d'exception aux nombreuses conquêtes, il présente aujourd'hui un visage beaucoup plus conservateur au Pakistan, où il s'affiche souvent un chapelet à la main.

Parmi les principaux défis qui attendent le gouvernement Khan figurent la situation sécuritaire du pays et une population en plein boom alors que les ressources et les infrastructures du pays sont limitées.

Illustrant ces difficultés, une énorme coupure de courant a frappé dans la nuit de vendredi à samedi de vastes pans du sud du pays, affectant pendant plusieurs heures des millions de personnes. Elle a été mise sur le compte de la pluie.

M. Khan fera aussi face à une situation économique dégradée, qui pourrait le contraindre à requérir très rapidement un prêt du Fonds monétaire international (FMI).

Enfin, et bien que M. Khan semble actuellement entretenir de bonnes relations avec les généraux, il pourrait comme nombre de ses prédécesseurs se retrouver à terme en conflit avec eux sur les questions de défense et de politique étrangère, qu'ils sont réputés contrôler.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

NOUVEAUTÉ - Bourse Direct lance ses Webinaires

Trader sur Indices et Matières 1ères avec les CFD
Lundi 2 octobre de 12h00 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Jeudi 11 octobre de 12h30 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 25/09/2018

ABC arbitrage a bouclé le premier semestre sur des produits d'activité de 18,6 Millions d'Euros, en recul par rapport aux 21 Me réalisés un an plus...

Publié le 25/09/2018

Advicenne, société pharmaceutique spécialiste du développement de produits thérapeutiques adaptés à l'enfant et à l'adulte pour le traitement de...

Publié le 25/09/2018

La présentation de la société est programmée le mercredi 3 octobre à 16h ET

Publié le 25/09/2018

Après expertise, le patrimoine d'Acanthe Développement ressort à 144,2 ME, en progression de 2,4% par rapport à la clôture du 31 décembre 2017...

Publié le 25/09/2018

A la suite de son offre publique d’achat sur les actions Direct Énergie, Total 95,37 % du capital et 95,33 % des droits de vote de cette société. Le groupe pétrolier procédera, le 27 septembre…