En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 806.20 PTS
+1.35 %
4 787.0
+1.11 %
SBF 120 PTS
3 820.27
+1.34 %
DAX PTS
10 780.51
+1.49 %
Dowjones PTS
24 345.56
-0.32 %
6 701.63
+0.28 %
1.131
-0.32 %

Oxfam: l'ancien directeur en Haïti a reconnu avoir payé des prostituées

| AFP | 338 | Aucun vote sur cette news
Oxfam has faced a barrage of criticism since the allegations emerged
Oxfam has faced a barrage of criticism since the allegations emerged ( Justin TALLIS / AFP )

L'ancien directeur d'Oxfam en Haïti, au centre d'un scandale mondial d'abus sexuels, a reconnu qu'il avait eu des rapports tarifés avec des prostituées dans des locaux financés par l'organisation, selon un rapport établi en 2011 par l'ONG à l'issue d'une enquête interne et rendu public lundi.

Avec deux autres responsables de l'organisation, le Belge Roland van Hauwermeiren, 68 ans, avait dû démissionner à la suite d'allégations selon lesquelles les trois hommes avaient acheté les services de jeunes prostituées lors de leur mission en Haïti, après le séisme dévastateur de 2010.

M. van Hauwermeiren s'était défendu la semaine dernière en affirmant qu'il n'avait pas organisé d'orgies avec de jeunes prostituées et qu'il n'était "jamais entré dans un bordel" en Haïti. Dans une lettre publiée par des médias belges, il avait seulement reconnu avoir eu des rapports sexuels avec une "femme honorable et mature", et maintenu qu'il ne lui avait pas versé d'argent.

Or, selon le rapport interne de 2011, qu'Oxfam a rendu public lundi dans une version partiellement censurée, le responsable belge avait admis avoir eu des rapports avec des prostituées à son domicile haïtien, qui était financé par Oxfam.

L'ONG avait alors choisi de proposer à son responsable en Haïti un "départ digne, à condition qu'il coopère pleinement avec le reste de l'enquête".

Le rapport interne de 2011 avait conclu "qu'aucune des allégations initiales de fraude, népotisme ou recours à des prostituées mineures n'avait pu être étayée par l'enquête" mais qu'il ne "pouvait être exclu", cependant, que l'une au moins des prostituées fût mineure.

Le rapport établit par ailleurs que trois employés d'Oxfam ont "menacé physiquement" et "intimidé" un de leurs collègues qui était appelé à témoigner dans le cadre de l'enquête interne menée par l'ONG en 2011.

L'ONG dit avoir choisi de rendre public ce rapport pour "être aussi transparente que possible quant aux décisions prises durant l'enquête". Elle affirme avoir communiqué aux autorités compétentes les noms des personnes soupçonnées de comportements sexuels inappropriés, et a adressé une version intégrale du rapport aux autorités haïtiennes, qui ont annoncé jeudi vouloir mener leur propre enquête.

L'ONG a dévoilé vendredi un plan d'action pour empêcher de nouveaux abus sexuels et tenter ainsi d'apaiser la polémique d'ampleur mondiale.

Dans cette affaire, l'organisation s'est également vu reprocher d'avoir laissé les salariés incriminés rejoindre d'autres ONG, sans mise en garde. Après Oxfam, Roland van Hauwermeiren avait ainsi rejoint l'ONG française Action contre la faim au Bangladesh. Cette dernière a déploré de ne pas avoir été prévenue.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 11/12/2018

    Communiqué de presse Villepinte, le 11 décembre2018       DECLARATION RELATIVE AU NOMBRE DE DROITS DE VOTE ET D'ACTIONS COMPOSANT LE CAPITAL DE LA…

Publié le 11/12/2018

Les ambitions du plan de transformation et de croissance durable du Groupe Bel, engagé depuis 2015, et visant à soutenir la croissance de ses marques à l'international et son développement sur le…

Publié le 11/12/2018

GL Events a obtenu la gestion de l'activité événementielle de Saint-Etienne et Caen. Ainsi, dans l'agglomération de Saint-Etienne, le groupe devra gérer 3 sites événementiels à compter du 1er…

Publié le 11/12/2018

A périmètre comparable, la hausse du chiffre d'affaires 2017-2018 est de 5,1%

Publié le 11/12/2018

SII a enregistré au premier semestre un résultat net de 13,65 millions d'euros, en hausse de 25,6% à 13,65 millions d'euros et un résultat opérationnel en augmentation de 19,7% à 20,35 millions…