En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 363.79 PTS
+0.28 %
5 368.0
+0.37 %
SBF 120 PTS
4 309.93
+0.31 %
DAX PTS
12 157.67
+0.51 %
Dowjones PTS
26 246.96
+0.71 %
7 494.40
+0.80 %
1.167
-

"Où sont vos bonnes manières, M. Trump?", s'emportent les politiques britanniques

| AFP | 537 | 3 par 1 internautes
La Première ministre britannique Theresa May reçoit le président américain Donald Trump à Londres, le 12 juillet 2018
La Première ministre britannique Theresa May reçoit le président américain Donald Trump à Londres, le 12 juillet 2018 ( Niklas HALLE'N / AFP )

Les attaques du président américain Donald Trump contre la stratégie de la Première ministre Theresa May sur le Brexit ont provoqué des réactions outragées de la classe politique britannique qui a défendu en bloc sa dirigeante vendredi.

"Où sont vos bonnes manières, Monsieur le président ?", a tweeté le ministre de l’Éducation Sam Gyimah, résumant la stupéfaction générale.

Face aux déclarations du président américain, qui dans le tabloïd The Sun a affirmé que la position britannique sur le Brexit "tuera probablement l'accord" de libre-échange auquel souhaite parvenir Londres avec Washington après le Brexit, la députée conservatrice Sarah Wollaston a répondu: "Si adopter la vision du monde de Trump est le prix à payer pour un accord, cela n'en vaut pas le prix".

Sa collègue Anna Soubry a estimé que "plus Donald Trump insulte Theresa May, plus il renforce la crédibilité" de la Première ministre. "Une fois de plus, il porte atteinte à la réputation du grand pays qu'il est censé conduire".

Les propos du milliardaire américain, estimant que l'ex-ministre des Affaires étrangères Boris Johnson ferait "un grand Premier ministre", quelques jours seulement après sa démission sur fond de désaccord avec Mme May sur le Brexit, ont aussi provoqué la colère de certains. "Non Monsieur le président, Boris Johnson ferait un épouvantable Premier ministre", lui a répondu Margot James, secrétaire d’État au sein du ministère de la Culture et des Médias.

- 'Compassion' pour Theresa May -

Même la députée travailliste Emily Thorneberry, féroce critique du gouvernement, s'est rangée du côté de Theresa May et a condamné les propos du locataire de la Maison Blanche.

Il est "extraordinairement impoli de la part de Donald Trump de se comporter de cette manière", a-t-elle déclaré. "Elle est son hôte. Qu'est-ce que sa mère lui a appris ? Ce n'est pas une manière de se comporter".

La députée travailliste Yvette Cooper dans un débat télévisé à Londres, le 1er septembre 2015
La députée travailliste Yvette Cooper dans un débat télévisé à Londres, le 1er septembre 2015 ( LEON NEAL / AFP/Archives )

"Le comportement effroyable de Trump me fait compatir avec Theresa May", a abondé sa collègue travailliste Yvette Cooper. Les deux élues ont exhorté la Première ministre à "tenir tête" au président américain.

Le député travailliste David Lammy a pris la défense du maire de Londres, Sadiq Khan, une nouvelle fois visé par les attaques de Donald Trump, selon qui il a fait un "travail désastreux sur le terrorisme".

"La raison pour laquelle Trump attaque mon ami Sadiq Khan pour les attentats de l'an dernier est simple. Il déteste que Londres ait choisi un maire musulman. C'est un président raciste", a-t-il tweeté.

D'autres, comme le député travailliste Wes Streeting, ont plaidé pour l'annulation de la rencontre entre la reine et le président américain, qui doit avoir lieu vendredi après-midi autour d'un thé. "Il ne le mérite pas", a-t-il estimé, "et la reine ne mérite pas ça non plus".

- Baisse de la livre -

L'eurosceptique Jacob Rees Mogg, farouche partisan du Brexit et opposant à la ligne gouvernementale, a été l'un des rares à ne rien trouver à redire aux propos de Donald Trump.

Un ballon représentant Donald Trump en bébé orange survole Londres à l'occasion de la visite du président américain, le 13 juillet 2018
Un ballon représentant Donald Trump en bébé orange survole Londres à l'occasion de la visite du président américain, le 13 juillet 2018 ( Tolga AKMEN / AFP )

"C'est une affaire de politique étrangère américaine", a-t-il seulement commenté sur la BBC. "Ce que dit monsieur Trump est que si le Royaume-Uni persiste sur cette ligne, les chances d'obtenir un accord commercial avec les États-Unis sont très faibles".

Le secrétaire d’État britannique aux Affaires étrangères Alan Duncan a lui tenté de minimiser la portée des propos du président américain. "Donald Trump aime la controverse, c'est son style, sa couleur (...) Je ne pense pas que ce soit grossier", a-t-il affirmé sur la BBC.

Les saillies du président américain ont néanmoins eu un impact sur les marchés financiers. "Cela a fait baisser la livre pendant la nuit" a commenté Jasper Lawler, analyste chez London Capital Group, pour expliquer la perte de valeur de la monnaie britannique, qui reculait de 0,59% par rapport au dollar vendredi à 9h45 GMT.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/09/2018

Selon le 'Financial Times', l'investisseur activiste CIAM a écrit à la direction de Scor pour lui reprocher son rejet de l'offre de rachat soumise en août par l'assureur Covéa.

Publié le 18/09/2018

DÉCLARATION DE TRANSACTIONS SUR ACTIONS PROPRES RÉALISÉES DU 10 AU 14 SEPTEMBRE 2018   Présentation agrégée par jour et par…

Publié le 18/09/2018

Le projet de retrait de la cote de Tesla, finalement avorté fin août, a déclenché une enquête judiciaire aux Etats-Unis, selon l'agence 'Bloomberg'. En cause, la communication erratique d'Elon…

Publié le 18/09/2018

Vinci a annoncé le succès d’une émission obligataire de 1,750 milliard d’euros, répartis entre une souche de 0,75 milliard d’euros à échéance septembre 2025, assortie d’un coupon de…

Publié le 18/09/2018

PARIS-LA DEFENSE (FRANCE), 18 septembre 2018 - Le Conseil de surveillance de Tarkett a décidé de nommer Fabrice Barthélemy en qualité de Président du Directoire de Tarkett par…