En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 363.79 PTS
+0.28 %
5 368.0
+0.37 %
SBF 120 PTS
4 309.93
+0.31 %
DAX PTS
12 157.67
+0.51 %
Dowjones PTS
26 246.96
+0.71 %
7 494.40
+0.80 %
1.168
+0.07 %

Opération antiterroriste franco-suisse: huit hommes mis en examen en France

| AFP | 352 | Aucun vote sur cette news
Des policiers et soldats de l'opération Sentinelle, le 12 septembre 2017, place du Trocadéro à Paris
Des policiers et soldats de l'opération Sentinelle, le 12 septembre 2017, place du Trocadéro à Paris ( LUDOVIC MARIN / AFP )

Ils projetaient un attentat en France, même si leur cible n'était pas encore précisément déterminée: huit hommes tenant des propos violents sur la messagerie cryptée Telegram, prisée des jihadistes, ont été mis en examen et sept d'entre eux placés en détention provisoire.

Présentés vendredi à un juge antiterroriste, ils ont été mis en examen pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle", a indiqué samedi une source judiciaire. Le huitième mis en examen a été placé sous contrôle judiciaire, conformément aux réquisitions du parquet.

Au total, dix personnes, âgées de 18 à 65 ans, avaient été arrêtées mardi lors d'une opération antiterroriste franco-suisse, dont neuf en France. L'une d'elles a été remise en liberté. La dixième, une Colombienne de 23 ans interpellée en Suisse, a été placée en détention provisoire pour trois mois, à la demande du ministère public du pays.

Parmi les personnes arrêtées figurent un Suisse de 27 ans, décrit par le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, comme un "prétendu imam" qui aurait endoctriné les autres, un ancien militaire de 65 ans converti à l'islam et deux frères suivis pour radicalisation.

Il s'agissait "d'un groupe d'individus qui correspondent sur des réseaux sécurisés (...) et qui tenaient des propos extrêmement violents", a indiqué vendredi sur franceinfo le procureur de Paris, François Molins, évoquant "un passage à l'acte dans les mois (à venir) en France avec des cibles, par contre, qui étaient plutôt indéterminées".

Selon une source judiciaire, certains se disent "explicitement partisans" de l'organisation jihadiste Etat islamique (EI).

D'après les premiers éléments de l'enquête, aucune arme n'a été retrouvée au cours des perquisitions en France, dans le Sud-Est et en région parisienne, mais du matériel informatique a été saisi.

- Menace constante -

Cette opération, menée en France par la Sous-direction antiterroriste (SDAT) en cosaisine avec la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), est intervenue dans le cadre d'une information judiciaire ouverte en France le 19 juillet et d'une procédure pénale lancée en Suisse en juin 2016.

Le procureur de Paris François Molins le 22 juin 2017
Le procureur de Paris François Molins le 22 juin 2017 ( Thomas SAMSON / AFP/Archives )

Le Suisse de 27 ans était également "en lien" sur les réseaux sociaux avec un adolescent de 13 ans, soupçonné de préparer une attaque jihadiste au couteau. Ce jeune Français avait été arrêté en région parisienne la nuit précédant la fête de la musique le 21 juin, selon des sources proches du dossier. "Sur le point de passer à l'acte", selon l'une de ces sources, il avait été mis en examen et écroué.

Il s'agit du plus jeune suspect connu poursuivi en France pour un projet d'attentat.

L'opération franco-suisse a eu lieu moins d'une semaine après la sortie de la France de l'état d'urgence, un régime d'exception instauré après les attaques jihadistes qui avaient fait 130 morts le 13 novembre 2015 à Paris et à Saint-Denis. Ce dispositif a été remplacé par une nouvelle loi antiterroriste qui renforce les pouvoirs de l'exécutif.

Depuis le début de l'année 2017, deux attentats ont été commis en France, le 20 avril sur les Champs-Élysées à Paris et le 1er octobre à la gare Saint-Charles à Marseille (sud-est). Ils ont fait trois morts.

La France vit sous une constante menace terroriste, avec une vague d'attentats jihadistes qui ont fait 241 morts depuis 2015.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/09/2018

Selon le 'Financial Times', l'investisseur activiste CIAM a écrit à la direction de Scor pour lui reprocher son rejet de l'offre de rachat soumise en août par l'assureur Covéa.

Publié le 18/09/2018

DÉCLARATION DE TRANSACTIONS SUR ACTIONS PROPRES RÉALISÉES DU 10 AU 14 SEPTEMBRE 2018   Présentation agrégée par jour et par…

Publié le 18/09/2018

Le projet de retrait de la cote de Tesla, finalement avorté fin août, a déclenché une enquête judiciaire aux Etats-Unis, selon l'agence 'Bloomberg'. En cause, la communication erratique d'Elon…

Publié le 18/09/2018

Vinci a annoncé le succès d’une émission obligataire de 1,750 milliard d’euros, répartis entre une souche de 0,75 milliard d’euros à échéance septembre 2025, assortie d’un coupon de…

Publié le 18/09/2018

PARIS-LA DEFENSE (FRANCE), 18 septembre 2018 - Le Conseil de surveillance de Tarkett a décidé de nommer Fabrice Barthélemy en qualité de Président du Directoire de Tarkett par…