5 256.18 PTS
-0.48 %
5 247.0
-0.59 %
SBF 120 PTS
4 213.66
-0.43 %
DAX PTS
12 385.60
-0.53 %
Dowjones PTS
25 219.38
+0.08 %
6 770.66
+0.00 %
Nikkei PTS
22 149.21
+1.97 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Opération antiterroriste: dix personnes interpellées en France et en Suisse

| AFP | 407 | Aucun vote sur cette news
Dix personnes ont été interpellées mardi matin, en région parisienne, dans le sud de la France et en Suisse, dans le cadre d'une opération antiterroriste
Dix personnes ont été interpellées mardi matin, en région parisienne, dans le sud de la France et en Suisse, dans le cadre d'une opération antiterroriste ( BORIS HORVAT / AFP/Archives )

Dix personnes, qui tenaient des propos islamistes "inquiétants" sur les réseaux sociaux, ont été arrêtées mardi en France et en Suisse, une opération en lien avec l'arrestation cet été d'un adolescent qui voulait mener un attentat au couteau en France.

Ces suspects, neuf hommes et une femme âgés de 18 à 65 ans, participaient à un groupe de discussion de la messagerie cryptée Telegram, prisée des jihadistes, dans lequel ils "tenaient des propos inquiétants", ont indiqué des sources proches de l'enquête.

Cette opération antiterroriste, menée en France par la Sous-direction antiterroriste (SDAT) en cosaisine avec la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), "vise à permettre de préciser les contours des projets qu'ils nourrissaient", a ajouté une source judiciaire française.

Ces interpellations et des perquisitions ont été menées en France dans les Bouches-du-Rhône, les Alpes-Maritimes, la Seine-Saint-Denis et le Val-de-Marne et en Suisse dans les cantons de Neuchâtel et de Vaud. D'après les premiers éléments de l'enquête, aucune arme n'a été retrouvée au cours des perquisitions en France, mais du matériel informatique a été saisi.

Cette opération franco-suisse est menée dans le cadre d'une information judiciaire ouverte en France le 19 juillet pour des faits susceptibles d'être qualifiés d'"association de malfaiteurs terroriste criminelle et provocation directe à la commission d'un acte de terrorisme par un moyen de communication au public en ligne" et d'une procédure pénale ouverte en Suisse en juin 2016 pour soupçon de violation de la loi fédérale interdisant notamment Al-Qaïda et l'Etat islamique et pour soupçon de soutien.

"Les investigations (françaises) ont permis d'identifier un individu en Suisse qui avait une activité particulièrement soutenue sur les réseaux sociaux (Telegram) et ont mis en évidence qu'il avait dans ce cadre des contacts avec des individus demeurant en France avec qui il évoquait notamment des projets d'actions violentes aux contours mal définis à ce stade", a expliqué la source judiciaire.

- Attentat déjà déjoué -

Ce suspect - un Suisse de 27 ans arrêté en France ce mardi - était aussi "en lien" sur les réseaux sociaux avec un adolescent de 13 ans, soupçonné de préparer une attaque jihadiste au couteau. Ce jeune Français avait été arrêté en région parisienne la nuit précédant la fête de la musique le 21 juin, ont précisé des sources proches du dossier, et il avait été mis en examen par un juge antiterroriste et écroué.

Né en septembre 2003 et originaire de Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne), il "était sur le point de passer à l'acte", a indiqué l'une des sources. "Une photo de lui avait été trouvée sur les réseaux sociaux, tenant une feuille proclamant son allégeance" au groupe Etat Islamique (EI), ont-elles précisé.

C'est le plus jeune suspect connu mis en examen pour un projet d'attentat terroriste en France.

Parmi les personnes arrêtées mardi, figurent notamment des personnes connues des services de renseignement dont deux frères, interpellés dans les Alpes-Maritimes, "suivis pour radicalisation" et une Colombienne de 23 ans, arrêtée en Suisse. Le Ministère public de la Confédération suisse a déclaré dans un communiqué qu'il allait "demander le placement en détention préventive" de la Colombienne.

Cette opération antiterroriste franco-suisse intervient moins d'une semaine après la sortie de la France de l'état d'urgence, un régime d'exception instauré après les attaques jihadistes de novembre 2015, qui ont fait 130 morts. L'état d'urgence a été remplacé par une nouvelle loi antiterroriste qui renforce les pouvoirs de l'exécutif pour assigner une personne (non plus à résidence, mais dans un périmètre au minimum égal à la commune) et réaliser des perquisitions à domicile.

Depuis le début de l'année 2017, deux attentats ont été commis le 20 avril sur les Champs-Elysées à Paris et le 1er octobre à la gare Saint-Charles à Marseille, faisant trois morts. Le ministère de l'Intérieur comptabilise depuis janvier huit tentatives d'attaque jihadiste (faisant 9 blessés) et 13 attentats déjoués, parmi lesquels figure celui que l'adolescent de 13 ans arrêté était soupçonné de préparer.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/02/2018

Rendez-vous le 26 février...

Publié le 19/02/2018

Alstom fournira à Île-de-France Mobilités et à la RATP 20 métros MP14 de 5 voitures, destinés à la ligne 11 du métro parisien pour un montant de 157 millions d’euros. Cette levée d’option…

Publié le 19/02/2018

D'une durée de 9 ans et 3 mois, ce bail prendra effet lors de la livraison finale de l'ensemble immobilier tertiaire Quai 8.2...

Publié le 19/02/2018

DBT a annoncé la signature d’un avenant au contrat de prêt obligataire d’un montant de 3 millions d’euros conclu avec Nice & Green en date du 29 Mars 2017, et désormais porté à 7 millions…

Publié le 19/02/2018

La SCPI Accimmo Pierre, gérée par BNP Paribas REIM France, a acquis auprès de Gecina l’ensemble immobilier « Dock-en-Seine » de près de 16 000 mètres carrés pour environ 130 millions…

CONTENUS SPONSORISÉS