En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 378.85 PTS
-0.07 %
5 382.50
+0.20 %
SBF 120 PTS
4 257.86
-0.08 %
DAX PTS
11 549.96
-0.46 %
Dowjones PTS
25 961.00
+0.84 %
7 473.18
+1.25 %
1.135
-0.63 %

ONU: accord sur une réduction "significative" du plastique à usage unique

| AFP | 241 | 5 par 1 internautes
Des déchets de plastique dans la baie de Lampung, en Indonésie, le 21 février 2019
Des déchets de plastique dans la baie de Lampung, en Indonésie, le 21 février 2019 ( PERDIANSYAH / AFP )

La communauté internationale s'est engagée vendredi à "réduire significativement" les plastiques à usage unique d'ici à 2030, une promesse que les défenseurs de l'environnement jugent toutefois insuffisante pour résoudre le problème de la pollution dans le monde.

A l'issue de longues discussions à Nairobi, les 170 pays membres de l'Assemblée de l'ONU pour l'environnement ont conclu un accord en vue de réduire la consommation de sachets, gobelets ou couverts en plastique, qui figurent en bonne place parmi les huit millions de tonnes de plastiques qui se retrouvent chaque année dans les océans.

Mais le communiqué final ne fait que deux références au réchauffement climatique et aucune aux énergies fossiles qui l'alimentent, alors que la journée de vendredi est marquée par une mobilisation de dizaines de milliers de jeunes à travers le monde pour agir contre le dérèglement du climat.

Selon ce document, les pays se sont engagés à "s'attaquer aux dégâts provoqués sur nos écosystèmes par l'usage et l'élimination non durables de produits en plastique, notamment en réduisant significativement les produits en plastique à usage unique d'ici à 2030".

Des sources proches des discussions ont indiqué à l'AFP que plusieurs pays développés, dont les États-Unis, ont fait pression pour que l'engagement soit moins ambitieux qu'initialement prévu. Au début de la semaine, un communiqué soumis à l'assemblée proposait "de prendre des mesures progressives afin de se débarrasser du plastique à usage unique (...) d'ici à 2025".

Les zones de déchets plastique dans les océans
Les zones de déchets plastique dans les océans ( Sabrina BLANCHARD / AFP )

"C'est difficile de trouver une solution pour tous les pays membres", a souligné devant la presse Siim Kiisler, président de l'Assemblée de l'ONU pour l'environnement, avant la publication du communiqué final. "L'environnement se trouve à un tournant. Nous n'avons pas besoin de documents verbeux, nous avons besoin d'engagements concrets".

M. Kiisler a toutefois exprimé sa satisfaction avec la signature du "premier (accord) universel" sur la réduction de l'usage du plastique, dont plus de 300 millions de tonnes sont produites annuellement.

Géo-ingénierie

Dans un rapport sur l'état de la planète publié mercredi, l'ONU a estimé qu'un quart des morts prématurées et des maladies à travers le monde sont liées aux pollutions et aux atteintes à l'environnement causées par l'Homme.

Vendredi, la directrice par intérim du Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE) Joyce Msuya a soutenu que les Etats membres étaient parvenus à un consensus sur des "questions vitales pour la santé de l'Homme et de la planète".

Mais contrairement à un processus mené en parallèle par l'ONU pour lutter contre le changement climatique, l'Assemblée de l'ONU pour l'environnement n'a aucun moyen d'obliger les Etats à respecter leurs engagements.

( MENAHEM KAHANA / AFP )

Un autre point de désaccord lors des négociations de cette semaine a été la géo-ingénierie, à savoir des projets à très grande échelle visant à manipuler artificiellement le climat et lutter contre le réchauffement de la planète.

Une proposition suisse visant à un plus grand contrôle de ces projets potentiellement risqués a rencontré une "vive opposition" de la part des États-Unis et de l'Arabie saoudite, a indiqué une source proche des discussions à l'AFP.

Les groupes de défense de l'environnement craignent que de tels projets, prévoyant notamment l'injection de milliards de particules réfléchissantes dans la stratosphère pour contribuer à refroidir la terre en surchauffe, ne permettent à des nations plus riches de continuer à utiliser des énergies fossiles tout en donnant l'impression de s'engager pour l'environnement.

Car même si ces projets sont couronnés de succès, ils ne résolvent pas par exemple le problème de l’acidification des océans en raison des émissions de dioxyde de carbone, selon des experts.

Des bouteilles en plastique échouées sur la rive du fleuve Tiete, à Sao Paulo, au Brésil, le 30 janvier 2008
Des bouteilles en plastique échouées sur la rive du fleuve Tiete, à Sao Paulo, au Brésil, le 30 janvier 2008 ( MAURICIO LIMA / AFP )

"Les dirigeants du monde se sont mis d'accord sur des mesures importantes pour protéger l'environnement", a salué Harjeet Singh, de l'ONG ActionAid. "Mais nous ne pouvons pas continuer à ignorer les questions plus larges, comme la hausse des inégalités dans le monde, qui entraînent des niveaux de consommation qui ne sont pas durables".

Pour Mohamed Adow, de Christian Aid, "on attendait plus de cette réunion pour s'attaquer au principal problème environnemental et existentiel de notre époque: le changement climatique".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 15 avril 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/03/2019

La période d'observation en cours se poursuit jusqu'au 18 mai 2019...

Publié le 21/03/2019

Paris, 21 mars 2019, 18h30   AB Science annonce que de nouvelles données dans la SLA ont été sélectionnées pour une présentation orale à la conférence 2019 de la Muscular…

Publié le 21/03/2019

Poxel a généré en 2018 un bénéfice net de 13,5 millions d’euros, contre une perte nette de 22,3 millions d’euros en 2017. Dans le même temps, le chiffre d’affaires de la société…

Publié le 21/03/2019

Année solide malgré une provision pour prime...

Publié le 21/03/2019

Eiffage a décroché un contrat de plus de 250 millions d'euros pour la construction du parc éolien offshore Moray East au Royaume-Uni...