En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 864.70 PTS
-0.23 %
4 862.50
-0.23 %
SBF 120 PTS
3 880.14
-0.22 %
DAX PTS
11 142.54
-0.56 %
Dowjones PTS
24 706.35
+1.38 %
6 784.61
+0.00 %
1.136
-0.02 %

"On les aura pas, les 100 euros": Philippe face aux doutes sur les mesures

| AFP | 656 | Aucun vote sur cette news
Le Premier ministre Edouard Philippe s'adresse à la presse à la mairie de  Saint-Yrieix-la-Perche, le 21 décembre 2018 après avoir rencontré des élus locaux
Le Premier ministre Edouard Philippe s'adresse à la presse à la mairie de Saint-Yrieix-la-Perche, le 21 décembre 2018 après avoir rencontré des élus locaux ( Thomas SAMSON / AFP )

"On les aura pas, les 100 euros!" : Edouard Philippe s'est confronté vendredi en Haute-Vienne aux questions, aux doutes, voire à la colère sur les mesures promises par l'exécutif, entre ouvrières d'une coopérative de pommes et "gilets jaunes" assurant que "le mouvement n'est pas mort".

"La prime d'activité, c'est une belle baise", peste Thomas, la quarantaine, "venu lui râler dessus pour lui expliquer tout ça". "Je travaille à mi-temps, je fais du ramassage scolaire, on me dit : vous avez plus le droit au RSA, vous touchez la prime d'activité, et par derrière, mon APL a été diminuée de 130 euros. Je vis avec 700 euros par mois, vous voulez que je fasse quoi?", raconte-t-il.

Avec une cinquantaine d'autres "gilets jaunes", tenus à l'écart par un important dispositif de gendarmes, il est venu manifester devant la mairie de Saint-Yrieix, petite ville rurale de 6.000 habitants du Limousin. "Macron, démission ! Ordure!", ont-ils crié de loin à la sortie du chef du gouvernement, qui effectuait son premier déplacement en province depuis le début du mouvement.

Dans la mairie, le Premier ministre a rencontré une quarantaine de maires des communes alentour, ainsi que cinq gilets jaunes choisis par le maire, en vue du "grand débat national" qui doit faire remonter les revendications d'un peu partout en France.

"Ils laissent pas rentrer les gilets jaunes", s'indigne un de ceux qu isont bloqués dehors, un garagiste qui refuse de donner son prénom.

Le Premier ministre  Edouard Philippe s'adresse aux employés d'une coopérative, à Saint-Yrieix-la-Perche, le 21 décembre 2018
Le Premier ministre Edouard Philippe s'adresse aux employés d'une coopérative, à Saint-Yrieix-la-Perche, le 21 décembre 2018 ( Thomas SAMSON / AFP )

"On les aura pas, nous, les 100 euros! Et on a droit à rien!", s'époumone sa femme derrière lui. "Parce qu'on va gagner deux euros de trop", complète son mari. Tous deux demandent "100 euros de plus", sur leur salaire et "pour tout le monde".

Elle "fait de l'intérim et parfois elle fait 15 heures par jour pour y arriver" ; lui "ne se verse pas de salaire en ce moment, j'ai un employé à payer". Et leurs "trois enfants galèrent au Smic".

Pour la visite, le maire Daniel Boisserie a offert au Premier ministre une petite Marianne en porcelaine de Limoges... avec un gilet jaune.

La question des 100 euros a été posée au chef du gouvernement. "Elle est complexe. Et la réponse a été tout aussi complexe", ironise-t-il.

Pourquoi avoir "supprimé l'ISF" ?

Dans la matinée, Edouard Philippe s'était rendu à Primvor, une coopérative de pommes de la commune, qui expédie 100 tonnes de fruits par jour.

Le Premier ministre Edouard Philippe croque dans une pomme lors de sa visite dans une coopérative, le 21 décembre 2018 à  Saint-Yrieix-la-Perche
Le Premier ministre Edouard Philippe croque dans une pomme lors de sa visite dans une coopérative, le 21 décembre 2018 à Saint-Yrieix-la-Perche ( Thomas SAMSON / AFP )

Une centaine de salariés, dont 70 femmes pour la plupart payées autour du Smic, ouvrières de conditionnement en charlottes et uniformes bleus ou verts.

Vont-elles toucher les 100 euros, via la hausse de la prime d'activité ? Pourquoi le gouvernement a-t-il supprimé l'ISF ? Ce sont les deux questions qui reviennent le plus. L'écoute est ici polie et attentive, mais les doutes dominent.

Plusieurs salariées, dont Florence, 21 ans de maison, s'inquiètent de ne pas toucher la prime d'activité : leurs fils aînés travaillent comme apprentis, ils gagnent 900 euros, "c'est leur argent", et sont encore rattachés au foyer fiscal. Avec le petit salaire du mari, le foyer dépasse les plafonds. "C'est injuste, la prime devrait être individuelle, et mise sur la fiche de salaire", propose Florence.

"On a décidé d'élargir le nombre de personnes qui bénéficient de la prime d'activité", défend Edouard Philippe, citant les revenus jusqu'à "1,2 ou 1,3 fois le Smic" ou les couples avec deux petits salaires.

C'est le cas de Sylvie, 1.280 euros par mois, mariée avec deux enfants, et dont le mari gagne 1.180 euros dans le bâtiment : "Avant, il est possible que vous n'ayiez pas eu droit à la prime d'activité. Mais compte tenu de ce que vous m'avez dit (...) je pense que vous basculez dans le champ de ceux qui peuvent bénéficier de la prime", a assuré le Premier ministre, en appelant à aller s'inscrire dans les Caisses d'allocations familiales (Caf) pour la toucher.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/01/2019

Paris, le 21 janvier, 2019 - Atos, leader international de la transformation digitale, lance aujourd'hui sa nouvelle solution Evidian SafeKit 100% logicielle, qui assure aux…

Publié le 21/01/2019

A la suite du départ en retraite de Xavier Viollet, Directeur Général Délégué, Charlotte Dennery, CEO de BNP Paribas Leasing Solutions, fait évoluer son comité de direction générale. Pascal…

Publié le 21/01/2019

Henkel (-6,49% à 90,72 euros) affiche de loin la plus forte baisse de l’indice Dax après avoir averti que la hausse des investissements pèsera sur ses profits en 2019. Le bénéfice par action du…

Publié le 21/01/2019

Franchissement de seuil passif

Publié le 21/01/2019

Casino (+0,54 à 39,40 euros ) annonce avoir atteint son objectif de cessions d'actifs non stratégiques pour un montant de 1,5 milliard d'euros. Et ce, grâce un accord avec des fonds gérés par…