5 241.66 PTS
-0.22 %
5 261.00
+0.58 %
SBF 120 PTS
4 192.26
-0.24 %
DAX PTS
12 569.17
+0.00 %
Dowjones PTS
22 412.59
+0.21 %
5 973.60
+0.00 %
Nikkei PTS
19 909.50
+0.52 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Un policier abat sa femme et deux de ses enfants avant de se suicider en gare de Noyon

| AFP | 259 | Aucun vote sur cette news
Un policier devant la gare de Noyon, près de Paris le 10 septembre 2017
Un policier devant la gare de Noyon, près de Paris le 10 septembre 2017 ( FRANCOIS GUILLOT / AFP )

Un fonctionnaire de police a abattu dimanche matin en pleine gare de Noyon (Oise) deux de ses enfants et sa femme, qui venait de lui annoncer qu'elle le quittait, avant de retourner l'arme contre lui.

Les faits, tels que relatés par la procureure de Compiègne Virginie Girard, se sont produits à 11H30, sur le quai de la gare de cette ville de 13.000 habitants, située à environ 60 km au sud-est d'Amiens.

A ce moment-là, la mère allait prendre le train avec trois de ces cinq enfants, deux jumeaux de 5 ans, et un autre de trois ans. Elle arrivait de Guiscard, à une dizaine de kilomètres de Noyon, où résidait le couple. Un voisin qu'elle avait sollicité pour ce trajet l'avait conduite.

Quatre personnes d'une même famille tuées par balle
Quatre personnes d'une même famille tuées par balle ( Sabrina BLANCHARD / AFP )

C'est à cet instant que "l'auteur des faits, né en 1979, a surgi et a tiré plusieurs coups de feu sur son épouse, née en 1983, puis sur deux des enfants, les atteignant mortellement". Le troisième enfant, une fillette jumelle d'une des deux autres victimes, a pu s'échapper et "l'auteur des faits s'est ensuite donné la mort en retournant l'arme contre lui", a détaillé Mme Girard lors d'une conférence de presse.

De source proche de l'enquête, le quai de la gare était relativement fréquenté en cette fin de matinée.

"Cette scène s'est déroulée sous les yeux d'un témoin qui a pris la fuite", recherché par les enquêteurs, a souligné la magistrate.

- "Quatre corps par terre" -

Interrogé par le Courrier Picard, un autre témoin a livré ce récit: "Je montais les marches qui mènent aux quais quand j’ai entendu des coups de feu. J’ai vu quatre corps par terre, sur le quai. J’ai alors pris une petite fille avec moi pour la mettre en sécurité. Il y avait par terre un pistolet automatique noir. Avec une passante, nous avons couru : j’avais peur que l’homme à terre se ranime et tire à nouveau".

Ce triple homicide "s'inscrit dans le contexte d'une séparation conjugale", a expliqué la procureure, selon laquelle ce fonctionnaire "affecté à la préfecture de police de Paris n'aurait pas supporté l'annonce par son épouse de son intention de le quitter".

Un cordon établi par des gendarmes après un triple assassinat commis à la gare de Noyon (Oise), le 10 septembre 2017
Un cordon établi par des gendarmes après un triple assassinat commis à la gare de Noyon (Oise), le 10 septembre 2017 ( FRANCOIS GUILLOT / AFP )

C'est cette dernière qui, après avoir annoncé à son mari son intention de le quitter, a alerté les gendarmes.

Arrivés au domicile familial, ils y ont trouvé la femme seule, avec les cinq enfants, tous mineurs, leur expliquant qu'une "dispute avait éclaté". Le mari est alors revenu au domicile, alors que les gendarmes étaient encore présents. "Son attitude était parfaitement calme" et "la situation apparaissant normalisée, les militaires ont quitté les lieux et se sont assurés que la victime conduisait ses enfants au domicile de voisins sans que son mari ne s'y oppose".

Il était prévu que la femme du voisin conduise également à la gare les deux autres enfants du couple.

L'accès à la gare de Noyon, à proximité de laquelle se tenait une fête foraine, a été bouclé dans l'après-midi par les gendarmes et les policiers municipaux, a constaté un photographe de l'AFP. Le quai a également été bâché. La circulation des trains a été interrompue, puis a repris, mais sans arrêt à Noyon.

L'enquête a été confiée à la SR de la gendarmerie d'Amiens, qui devra notamment vérifier si ce policier a fait usage de son arme de service.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 15 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/09/2017

La banque italienne aurait sondé l'Allemagne...

Publié le 21/09/2017

L'opération devrait aboutir dans les prochaines semaines...

Publié le 21/09/2017

Un rapport du SNDJ semble accabler le cimentier pour son comportement en Syrie...

Publié le 21/09/2017

Le haut fonctionnaire remplace Christian Masset...

Publié le 21/09/2017

Un plan démarre dès aujourd'hui...

CONTENUS SPONSORISÉS