En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 215.85 PTS
+0.38 %
5 204.00
+0.19 %
SBF 120 PTS
4 136.68
+0.39 %
DAX PTS
11 457.70
+0.30 %
Dowjones PTS
25 948.30
+0.38 %
7 063.42
+0.40 %
1.133
-0.01 %

Obésité, sous-alimentation, climat: trois maux pour une même menace

| AFP | 310 | Aucun vote sur cette news
Obésité, sous-alimentation et changement climatique sont les trois facettes d'une même menace pour l'humanité, selon des spécialistes
Obésité, sous-alimentation et changement climatique sont les trois facettes d'une même menace pour l'humanité, selon des spécialistes ( PAUL ELLIS / AFP/Archives )

Obésité, sous-alimentation et changement climatique sont les trois facettes d'une même menace pour l'humanité et il faut les combattre globalement, assurent lundi des spécialistes, selon qui les multinationales de l'alimentaire doivent être encadrées comme l'ont été celles du tabac.

Ces trois maux "ont des moteurs communs", selon ces experts : "de puissants intérêts commerciaux, une réponse politique insuffisante et un manque de mobilisation de la société civile".

Par conséquent, les solutions doivent elles aussi être communes, estiment ces spécialistes, réunis en collectif par The Lancet.

La prestigieuse revue médicale britannique a publié lundi le rapport de ces experts, venus de l'université d'Auckland (Nouvelle-Zélande), de l'université George Washington (Etats-Unis) et de l'ONG World Obesity Federation.

Ce document au ton engagé est la suite d'une première étude consacrée au lien entre alimentation et environnement, parue le 17 janvier dans The Lancet. Elle préconisait de diviser par deux la consommation mondiale de viande rouge et de sucre et de doubler celle de fruits, légumes et noix.

Issus des travaux de 43 experts de 14 pays, le nouveau rapport enfonce le clou : "Ces 20 dernières années, obésité, dénutrition et changement climatique ont été considérés séparément et la lenteur des réponses politiques est inacceptable".

"Ces trois phénomènes interagissent : le système alimentaire est non seulement responsable des pandémies d'obésité et de dénutrition, mais génère aussi 25 à 30% des émissions de gaz à effet de serre", assurent les spécialistes, qui pointent en particulier "l'élevage de bétail".

Obésité, sous-alimentation et changement climatique sont les trois facettes d'une même menace pour l'humanité, selon des spécialistes
Obésité, sous-alimentation et changement climatique sont les trois facettes d'une même menace pour l'humanité, selon des spécialistes ( TIM SLOAN / AFP/Archives )

Autre interaction : "Nos systèmes de transport dominés par la voiture favorisent un mode de vie sédentaire (avec trop peu d'activité physique, ndlr) tout en générant de 14 à 25% des émissions de gaz à effet de serre".

Selon ce rapport, le système de production alimentaire (basé sur des "multinationales de la nourriture et de la boisson focalisées sur les profits"), les politiques agricoles, les modes de transport et l'urbanisation sont donc les différents maillons d'une même chaîne, qui étrangle l'humanité et la planète.

"Big Food"

"Sous-alimentation et obésité vont sans doute être considérablement aggravés par le changement climatique", prédisent les experts.

Un régime sain pour vous et pour la planète
Un régime sain pour vous et pour la planète ( Jonathan WALTER / AFP )

Les phénomènes climatiques extrêmes, comme les sécheresses, pourraient à la fois priver certaines populations de nourriture et faire monter le prix des fruits et légumes, ce qui augmenterait la consommation d'aliments industriels.

"Il faut prendre conscience de ces connexions", plaide l'une des auteurs du rapport, le professeur Corinna Hawkes, en prônant une réponse globale.

Cette réponse combinerait politiques de santé publique (recommandations en faveur de régimes alimentaires sains, promotion de l'activité physique...) et des politiques budgétaires et fiscales (financement de modes de production durables, taxes pour faire baisser la consommation de viande rouge ou favoriser le transport non-motorisé...).

Pour les auteurs du rapport, les multinationales de l'alimentaire (désignées sous le nom de "Big Food") doivent être encadrées de la même manière que celles du tabac.

Ils proposent la création d'une "Convention-cadre sur les systèmes alimentaires", calquée sur la Convention-cadre pour la lutte antitabac (CCLA). Ce texte, adopté en 2003 par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), vise à réduire la consommation de tabac mais aussi à lutter contre le lobbying de cette industrie pour limiter son influence sur les politiques publiques.

"En 2016-17, le secteur des boissons sucrées aux Etats-Unis a dépensé 50 millions de dollars en lobbying pour contrer des mesures destinées à diminuer la consommation de soda", selon le rapport.

"La nourriture est évidemment différente du tabac, puisqu'elle est indispensable à la vie, mais ce n'est pas le cas des aliments mauvais pour la santé", fait valoir l'un des auteurs, le professeur William H. Dietz.

"Les points communs (entre l'industrie de la malbouffe et celle du tabac) sont les dégâts qu'elles provoquent et le comportement des entreprises qui en tirent profit", ajoute-t-il.

Selon l'OMS, 1,9 milliard d'adultes dans le monde sont en surpoids, dont 650 millions sont obèses, ce qui est un facteur de risque pour le diabète, les maladies cardio-vasculaires et le cancer. Dans le même temps, 462 millions d'adultes souffrent de maigreur.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/02/2019

Mise à disposition du Document de Référence 2018 (Rapport financier 2018 inclus)       Bezons, 22 février 2019 - Atos, un leader international de la transformation numérique, a…

Publié le 22/02/2019

Balyo annonce que son Conseil d’Administration, réuni ce jour, a décidé de procéder à l’émission d’environ 11,75 millions de Bons de Souscription d’Actions (« BSA ») attribués…

Publié le 22/02/2019

Vallourec annonce la création d'un nouveau Comité spécialisé, chargé d'assister le Conseil de Surveillance dans le suivi des questions de responsabilité sociale, environnementale et sociétale…

Publié le 22/02/2019

Touax a enregistré en 2018 un chiffre d'affaires de 154,5 millions d'euros, en repli de près de 9%. A périmètre et devises constants, il recule de 6,6%. Le chiffre d’affaires locatif annuel…

Publié le 22/02/2019

Au cours de 2018, les produits des activités de Touax s'établissent à 154,5 ME et 158,4 ME à périmètre et devises constants contre 169,7 ME en 2017,...