En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 655.38 PTS
+0.62 %
5 652.50
+0.56 %
SBF 120 PTS
4 460.16
+0.58 %
DAX PTS
12 446.24
+0.46 %
Dowjones PTS
27 241.69
+0.35 %
7 942.73
+0.69 %
1.105
+0.19 %

Nucléaire: l'Iran a mis en route des centrifugeuses avancées

| AFP | 355 | Aucun vote sur cette news
Photo fournie par l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA) montrant son porte-parole Behrouz Kamalvandi annoncer le 7 septembre 2019 devant la presse à Téhéran de nouvelles mesures dans le cadre d'une réduction des engagements de l'Iran en matière de nucléaire
Photo fournie par l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA) montrant son porte-parole Behrouz Kamalvandi annoncer le 7 septembre 2019 devant la presse à Téhéran de nouvelles mesures dans le cadre d'une réduction des engagements de l'Iran en matière de nucléaire ( - / Atomic Energy Organization of Iran/AFP )

L'Iran a annoncé samedi avoir mis en route des centrifugeuses avancées devant augmenter son stock d'uranium enrichi, faisant fi des appels européens l'enjoignant à cesser de réduire ses engagements en matière nucléaire.

La République islamique a néanmoins souligné qu'elle continuerait d'autoriser le même accès aux inspecteurs onusiens chargés de surveiller son programme nucléaire, avant une visite à Téhéran du directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Cornel Feruta.

Le porte-parole de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA), Behrouz Kamalvandi, a détaillé samedi les mesures de la nouvelle phase du plan de réduction des engagements pris par Téhéran en vertu de l'accord international sur le nucléaire iranien conclu à Vienne en 2015.

Cette nouvelle étape est la troisième de la stratégie mise en oeuvre par l'Iran depuis mai en représailles au retrait unilatéral de Washington du pacte en 2018.

Le président iranien Hassan Rohani avait lancé mercredi la nouvelle phase en ordonnant de faire sauter toute limite à la recherche et au développement dans le domaine nucléaire.

Selon M. Kamalvandi, 20 centrifugeuses de type IR-4 et 20 autres de type IR-6 ont été actionnées vendredi. L'accord de Vienne n'autorise Téhéran à produire de l'uranium enrichi qu'avec des centrifugeuses de première génération (IR-1).

"Surveillance et accès"

L'accord a été conclu entre Téhéran et le groupe 5+1 (Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie et Allemagne). Selon l'AIEA, il soumet l'Iran au régime d'inspection le plus strict jamais conçu par cette agence onusienne.

"En ce qui concerne la surveillance et l'accès de l'AIEA [...] les engagements [de l'Iran] seront honorés comme avant", a déclaré M. Kamalvandi.

Les nouvelles centrifugeuses, a-t-il indiqué, doivent accélérer la production d'uranium enrichi et augmenter les stocks du pays, qui depuis juillet dépassent la limite (300 kg) fixée par l'accord.

Ce pacte est menacé depuis le retrait américain en mai 2018. Washington a depuis rétabli des sanctions économiques contre Téhéran et les a intensifiées au nom d'une politique de "pression maximale", destinée à contraindre Téhéran à négocier un nouvel accord, qui, selon le président Donald Trump, offrirait de meilleurs garanties.

L'enrichissement de l'uranium
L'enrichissement de l'uranium ( / AFP )

Le rétablissement des sanctions prive l'Iran des retombées économiques qu'il attendait de l'accord.

Le texte prévoit la levée d'une partie des sanctions internationales qui isolaient l'Iran depuis des années, en échange d'une limitation drastique de son programme nucléaire devant garantir que le pays ne se dote pas de l'arme atomique.

En réduisant ses engagements, Téhéran --qui a toujours nié vouloir la bombe nucléaire-- entend faire pression sur les Etats parties à l'accord pour qu'ils l'aident à contourner les sanctions et, en premier lieu, à exporter son pétrole.

Depuis mai, Téhéran a augmenté ses stocks d'uranium enrichi au-delà de la limite fixée par l'accord, et enrichit ce minerai à 4,5%, niveau supérieur au plafond fixé (3,67%), mais très loin du seuil requis pour une utilisation militaire.

M. Kamalvandi a indiqué samedi que l'Iran n'avait pas pour l'instant l'intention de porter ses activités d'enrichissement à un taux supérieur à 4,5%.

"Rapport complet"

"Actuellement, nous n'avons pas besoin d'enrichir à 20%, et si le besoin se présente à un moment donné, nous commencerons par augmenter notre stock [d'uranium enrichi à] 4,5%", a-t-il dit.

Jeudi, l'UE avait appelé Téhéran à "faire machine arrière". Londres a jugé samedi "particulièrement décevante" la mise en route des nouvelles centrifugeuses alors que l'Europe travaille "à une désescalade des tensions avec l'Iran".

En visite à Paris, le ministre de la Défense américain Mark Esper a déclaré ne "pas [être] surpris" par la décision de l'Iran, qu'il accuse de "violer" l'accord de 2015.

Téhéran affirme au contraire que toutes les mesures prises depuis mai sont "conformes" à ce texte.

Emmenés par la France, les trois pays européens parties à l'accord redoublent d'efforts diplomatiques pour sauver ce texte d'une désintégration complète et désamorcer la tension entre Iran et Etats-Unis.

Photo prise le 30 mars 2005 montrant une vue générale du site nucléaire de Natanz, au sud de Téhéran
Photo prise le 30 mars 2005 montrant une vue générale du site nucléaire de Natanz, au sud de Téhéran ( HENGHAMEH FAHIMI / AFP/Archives )

Il s'agit de "ramener l'Iran au respect de l'accord de Vienne", a déclaré Florence Parly, la ministre française des Armées.

Mais le projet discuté ces derniers jours d'une ligne de crédit de 13,5 milliards d'euros qui serait accordée à l'Iran pour permettre son retour à une pleine application de l'accord, bute sur le refus de Washington d'alléger les sanctions.

Le patron par intérim de l'AIEA, Cornel Feruta, doit rencontrer dimanche le président de l'OIEA, Ali Akbar Salehi, et le ministre des Affaires étrangères iranien, Mohammad Javad Zarif.

Dans un communiqué, l'agence onusienne indique être "au courant" de l'annonce iranienne et que ses inspecteurs "sur le terrain [...] rendront compte" prochainement de la situation.

"Nous nous joignons aux autres Etats membres du conseil de l'AIEA désireux d'obtenir un rapport complet dès que possible", a tweeté samedi le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, John Bolton.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE DE BOURSE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 23 septembre 2019

CODE OFFRE : RENTREE19

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE19 lors de votre ouverture de compte.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/09/2019

La chaîne va diffuser l'intégralité de la compétition...

Publié le 19/09/2019

EasyVista reste très entouré en Bourse de Paris...

Publié le 19/09/2019

Atos renforce sa position de leader européen du calcul haute performance...

Publié le 19/09/2019

De beaux atouts peu valorisés...

Publié le 19/09/2019

Carrefour a été inclus dans le Dow Jones Sustainability Index pour la troisième année consécutive, se plaçant une nouvelle fois dans le top 5 mondial...