En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 622.73 PTS
-0.58 %
5 621.50
-0.58 %
SBF 120 PTS
4 434.93
-0.60 %
DAX PTS
12 405.05
-0.51 %
Dowjones PTS
27 219.52
+0.14 %
7 892.95
+0.00 %
1.103
-0.38 %

Nucléaire : Macron a reçu le chef de la diplomatie iranienne avant le sommet du G7

| AFP | 382 | 2.33 par 3 internautes
Le président français Emmanuel Macron s'adresse à la presse devant l'Elysée, le 22 août 2019.
Le président français Emmanuel Macron s'adresse à la presse devant l'Elysée, le 22 août 2019. ( GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP )

Le président français Emmanuel Macron a reçu vendredi le chef de la diplomatie iranienne, avant des discussions au sommet ce week-end avec Donald Trump, pour tenter de sauver l'accord sur le nucléaire iranien.

La rencontre est "terminée", a indiqué en début d'après-midi la présidence française, sans plus de précisions.

Emmanuel Macron a expliqué mercredi vouloir "proposer des choses" afin de tenter de ramener Téhéran au respect de l'accord, déjà fragilisé par le retrait américain.

Ce dossier explosif qui menace d'enflammer le Moyen-Orient sera ensuite sur la table des dirigeants du G7, le club des sept pays les plus industrialisés, qui s'ouvre samedi à Biarritz dans le sud-ouest de la France.

"On doit avoir une discussion au sommet sur comment on gère le dossier iranien, on a des vrais désaccords au sein du G7", souligne le président Macron, en référence à la politique de pression maximale exercée par le président américain sur Téhéran.

Le nouveau Premier ministre britannique Boris Johnson, réputé plus proche de Donald Trump que ses homologues sur nombre de sujets, a confirmé que Londres ne changerait pas de position et continuerait de "soutenir fortement" l'accord, selon une source diplomatique à Biarriz.

Conclu en 2015 entre l'Iran et le groupe 5+1 (États-Unis, Chine, Russie, Royaume-Uni, France et Allemagne), l'accord avait permis la levée d'une partie des sanctions en échange de l'engagement iranien de ne pas se doter de l'arme nucléaire.

Mais Donald Trump en est sorti avec fracas en mai 2018 et a depuis rétabli de lourdes sanctions qui étranglent l'économie iranienne.

En réponse au retrait américain et à l'incapacité des Européens à l'aider à contourner les sanctions, Téhéran a arrêté en juillet de respecter certains de ses engagements pris aux termes de l'accord.

Les Européens tentent de convaincre Washington de desserrer l'étau des sanctions sur le pétrole iranien afin de pousser Téhéran à revenir au respect de l'accord.

"Trouver un terrain d'entente"

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a fait état jeudi, à la veille de son entretien, de "points d'accord" avec Emmanuel Macron.

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif s'exprime devant les journalistes lors d'une conférence de presse, le 5 août 2019 à Téhéran.
Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif s'exprime devant les journalistes lors d'une conférence de presse, le 5 août 2019 à Téhéran. ( - / afp/AFP/Archives )

"Le président Macron a contacté le président (iranien Hassan) Rohani avec diverses propositions et le président Rohani m'a chargé d'aller rencontrer le président Macron pour savoir si nous pourrons finaliser certaines de ces propositions, afin de permettre à chacun de s'acquitter de ses obligations en vertu du JCPOA" (l'accord sur le nucléaire), a déclaré Mohammad Javad Zarif, en visite à Oslo.

"C'est l'occasion d'examiner la proposition du président Macron et de présenter le point de vue du président Rohani, et de voir si nous pouvons trouver un terrain d'entente. Nous avons déjà des points d'accord", a-t-il ajouté.

Le président français, qui mène les efforts européens pour préserver l'accord, a multiplié les échanges avec Hassan Rohani et Donald Trump et dépêché en juillet son conseiller diplomatique Emmanuel Bonne à Téhéran.

Au point de s'attirer les foudres du président américain. "Je sais qu'Emmanuel veut bien faire, comme tous les autres, mais personne ne parle pour les États-Unis à part les États-Unis eux-mêmes", a tweeté le locataire de la Maison Blanche le 8 août.

"Moment fatidique"

Tout en durcissant toujours plus la pression diplomatique, économique et militaire sur Téhéran, Donald Trump a aussi multiplié les appels au dialogue, y compris durant l'escalade des tensions dans le Golfe, où plusieurs pétroliers ont été arraisonnés et un drone américain abattu par l'Iran.

Le chef de la diplomatie iranienne a confirmé avoir été récemment invité à rencontrer le président américain à la Maison Blanche, ce qu'il dit avoir refusé.

Le président américain Donald Trump parle aux médias devant la Maison Blanche, le 21 août 2019 à Washington.
Le président américain Donald Trump parle aux médias devant la Maison Blanche, le 21 août 2019 à Washington. ( Jim WATSON / AFP )

Mais les États-Unis ont aussi décrété des sanctions le 1er août contre M. Zarif, accentuant encore leur campagne de "pression maximale" sur le régime iranien qu'ils accusent de déstabiliser le Moyen-Orient.

"On est à un moment fatidique", met en garde Emmanuel Macron, notant que les Iraniens sont "en train de construire une stratégie de sortie du JCPOA" néfaste pour la région et jugeant la stratégie américaine tout aussi risquée.

L'Iran a menacé de s'affranchir d'autres obligations si les États parties à l'accord ne parviennent toujours pas à l'aider à contourner les sanctions, notamment pour vendre son pétrole.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
3 avis
Note moyenne : 2.33
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE DE BOURSE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 23 septembre 2019

CODE OFFRE : RENTREE19

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE19 lors de votre ouverture de compte.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/09/2019

Ça chauffe entre le patron de la SSII et la présidente de l'ADAM...

Publié le 16/09/2019

Alors que la météo boursière se dégrade

Publié le 16/09/2019

General Motors devrait être pénalisé à l’ouverture des marchés américains, dans le sillage de l'appel à la grève massif lancé dimanche par le puissant syndicat automobile United Auto…

Publié le 16/09/2019

Par courrier reçu le 13 septembre 2019 par l'AMF, la Caisse des Dépôts et Consignations a déclaré à l'Autorité des marchés financiers avoir franchi en...

Publié le 16/09/2019

Par courrier reçu le 13 septembre 2019 par l'AMF, FIL Limited (Pembroke, Iles des Bermudes) a déclaré à l'Autorité française des marchés financiers...