En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 821.50 PTS
-0.54 %
4 822.00
-0.47 %
SBF 120 PTS
3 868.16
+0.00 %
DAX PTS
11 090.11
-
Dowjones PTS
24 404.48
-1.22 %
6 646.81
+0.00 %
1.135
-0.07 %

Nouvelle mission au Yémen de l'émissaire de l'ONU

| AFP | 243 | Aucun vote sur cette news
L'émissaire de l'ONU au Yémen, Martin Griffiths (C), arrive à l'aéroport de Sanaa, la capitale du Yémen, le 5 janvier 2019
L'émissaire de l'ONU au Yémen, Martin Griffiths (C), arrive à l'aéroport de Sanaa, la capitale du Yémen, le 5 janvier 2019 ( MOHAMMED HUWAIS / AFP )

L'émissaire de l'ONU Martin Griffiths a entamé samedi une nouvelle mission au Yémen axée principalement sur une consolidation de la trêve dans la ville clé de Hodeida, avant d'éventuels nouveaux pourparlers entre les protagonistes du conflit qui déchire le pays depuis quatre ans.

Selon un correspondant de l'AFP sur place, M. Griffiths est arrivé à Sanaa, la capitale yéménite aux mains des rebelles Houthis, avant de se rendre à Ryad pour rencontrer le président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi, en exil en Arabie saoudite voisine, et d'autres responsables.

Dimanche, il fera le déplacement à Hodeida (ouest) pour des entretiens, selon des sources rebelles. Cette cité aux mains des Houthis depuis 2014 a constitué ces derniers mois le principal front du conflit avec une offensive d'envergure des forces progouvernementales qui cherchaient à la reprendre.

Le 13 décembre, à l'issue de consultations de paix en Suède sous l'égide de l'ONU, un accord a été conclu sur une trêve à Hodeida, entrée en vigueur le 18 décembre. Les combats ont quasiment cessé mais les deux camps continuent de s'accuser de violer le cessez-le-feu.

C'est par le port de Hodeida que transitent l'essentiel de l'aide humanitaire au Yémen et la majeure partie des importations de ce pays pauvre de la péninsule arabique, où l'Arabie saoudite est intervenue militairement en 2015 pour aider le pouvoir face aux rebelles.

Enfants malades

L'émissaire de l'ONU, dont la précédente mission remonte à novembre dernier, n'a pas fait de déclarations à son arrivée à Sanaa.

Une Yéménite, assise près de son fils malade dans une ambulance, tient une pancarte appelant à lever le blocus à l'aéroport de Sanaa, en attendant l'arrivée de l'émissaire de l'ONU Martin Griffiths, le 5 janvier 2019
Une Yéménite, assise près de son fils malade dans une ambulance, tient une pancarte appelant à lever le blocus à l'aéroport de Sanaa, en attendant l'arrivée de l'émissaire de l'ONU Martin Griffiths, le 5 janvier 2019 ( Mohammed HUWAIS / AFP )

Mais il est allé à la rencontre de cinq enfants souffrant de maladies chroniques qui l'attendaient dans des ambulances pour demander la levée du blocus imposé depuis près de quatre ans à l'aéroport de Sanaa, par la coalition militaire dirigée par l’Arabie saoudite, selon le correspondant de l'AFP sur place.

D'après les Houthis, le blocus empêche des milliers de Yéménites malades de se rendre à l’étranger pour des soins.

M. Griffiths doit également avoir à Sanaa des discussions avec Patrick Cammaert, chef des observateurs de l'ONU au Yémen, qui préside le comité mixte (rebelles-gouvernement) chargé notamment de mettre en oeuvre la trêve à Hodeida.

Carte du Yémen
Carte du Yémen ( AFP / AFP )

Alors que les Nations unies affirment que la trêve résiste, des centaines de partisans des rebelles ont manifesté vendredi à Hodeida pour exhorter l'ONU à faire respecter la trêve.

Selon l'accord de Suède, la remise du port de Hodeida et le retrait des troupes auraient du être achevés deux semaines après l'entrée en vigueur de la trêve. Ce délai est passé sans que cela n'ait eu lieu.

Divergences

Le chef des observateurs de l'ONU, le général à la retraite Patrick Cammaert, en visite au port de Hodeida (Yémen), le 24 décembre 2018
Le chef des observateurs de l'ONU, le général à la retraite Patrick Cammaert, en visite au port de Hodeida (Yémen), le 24 décembre 2018 ( STR / AFP/Archives )

Selon un membre gouvernemental du comité mixte, il n'y a toujours pas d'accord sur la partie qui sera en charge du port et il existe des divergences sur le redéploiement des forces.

Un responsable de l'ONU a fait état il y a une semaine du début du retrait des rebelles de Hodeida, mais aucune autre annonce n'a été faite depuis.

Après l'accord en Suède, le Conseil de sécurité a voté une résolution prévoyant l'envoi d'observateurs civils pour superviser l'évacuation des combattants de Hodeida et pour sécuriser le fonctionnement du port de Hodeida et de deux autres ports de la province du même nom.

L'ONU espère réunir toutes les parties d'ici la fin du mois de janvier, peut-être au Koweït, pour un suivi des avancées obtenues en Suède, selon des diplomates à l'ONU.

Le Conseil de sécurité de l'ONU devrait entendre un rapport de M. Griffiths la semaine prochaine.

Le conflit au Yémen a fait au moins 10.000 morts depuis mars 2015 et provoqué la pire crise humanitaire au monde avec jusqu'à 20 millions de personnes "en situation d'insécurité alimentaire" selon l'ONU. Mais des ONG affirment que le bilan des morts est plus lourd.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/01/2019

L'USD/JPY rebondit et approche de 109.90.

Publié le 23/01/2019

Dans le cadre d’une publication préliminaire Ingenico, a indiqué anticiper un Ebitda 2018 à 485 millions d’euros, contre 510 millions d’euros. Et ce, en raison de la contre-performance de sa…

Publié le 23/01/2019

NEOPOSTLe spécialiste du traitement du courrier tiendra une journée investisseurs, et présentera sa nouvelle stratégieSEBLe fabricant d'électroménager publiera (après Bourse) son chiffre…

Publié le 23/01/2019

L'EUR/USD approche de son support à 1.1300