En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 884.26 PTS
-
5 903.0
-
SBF 120 PTS
4 629.46
-
DAX PTS
13 221.64
+0.57 %
Dow Jones PTS
28 132.05
+0.79 %
8 466.89
+0.77 %
1.118
-0.04 %

Hong Kong paralysé par des actions tous azimuts des manifestants

| AFP | 1612 | 4.60 par 5 internautes
Des manifestants pro-démocratie dans le quartier de Central, à Hong Kong le 13 novembre 2019
Des manifestants pro-démocratie dans le quartier de Central, à Hong Kong le 13 novembre 2019 ( DALE DE LA REY / AFP )

Les manifestants ont encore intensifié mercredi leurs actions tous azimuts à Hong Kong en application d'une nouvelle tactique, "l'éclosion généralisée", qui vise à paralyser au maximum l'ex-colonie britannique, théâtre depuis trois jours de scènes d'une rare violence.

Cette nouvelle stratégie, qui se traduit par une multiplication des foyers de protestation, a entraîné la fermeture de centres commerciaux, d'écoles et de nombreuses stations d'un métro vital au fonctionnement de la ville. Au point qu'un responsable de la police a estimé que cette mégapole de 7,5 millions d'habitants était "au bord de l'effondrement total".

Cela fait cinq mois que Hong Kong traverse sa pire crise politique depuis sa rétrocession à Pékin en 1997. Et la détermination des manifestants réclamant des réformes démocratiques trouve en écho l'intransigeance de l'exécutif local et du gouvernement central chinois. Ils n'ont cessé d'affirmer qu'ils ne céderaient pas à la pression de la rue.

Les violences à Hong Kong
Les violences à Hong Kong ( / AFP )

Mercredi, pour le troisième jour d'affilée, des barricades ont obstrué la circulation dans de nombreux quartiers. Entassant des vélos, des barrières métalliques, des poubelles et tout ce qu'ils pouvaient trouver, les manifestants ont ciblé très tôt les artères empruntées par les employés rejoignant leurs lieux de travail.

Et pour le troisième jour d'affilée, plusieurs lignes du métro, d'ordinaire très efficace en transportant quotidiennement plus de quatre millions de personnes, étaient fermées à la suite d'actes de vandalisme.

Les étudiants chinois fuient

Afin de rejoindre leur travail, les habitants de Hong Kong devaient se résoudre à faire la queue de longues heures durant pour attendre des bus ou des taxis.

Dans le quartier de Central, où de nombreuses entreprises étrangères ont leur bureau, des employés ont profité de leur pause déjeuner pour aller soutenir les radicaux tenant les barricades aux abords des boutiques de luxe.

Sur des campus universitaires, des manifestants vêtus de noir demeuraient mobilisés dans des face-à-face tendus, après une nuit de violences avec la police.

Les autorités ont annoncé que 58 personnes au total avaient été hospitalisées mercredi à la suite d'incidents, dont une, un homme de 70 ans frappé à la tête avec une brique, d'après les médias, se trouvait dans un état critique.

La lune éclaire des manifestants pro-démocratie qui se rassemblent à l'Université chinoise de Hong Kong le 13 novembre 2019
La lune éclaire des manifestants pro-démocratie qui se rassemblent à l'Université chinoise de Hong Kong le 13 novembre 2019 ( Philip FONG / AFP )

Signe de l'inquiétude générée par la subite aggravation de la situation dans la région semi-autonome, des étudiants originaires de Chine continentale ont commencé à fuir Hong Kong en car, voire en bateau, ont déploré la police et les universités. On ignorait cependant dans l'immédiat le nombre des personnes parties.

De nombreux étudiants étrangers résidant sur certains campus ont par ailleurs été évacués vers des hôtels.

Le regain de tensions à Hong Kong s'explique notamment par l'adoption par les manifestants d'une nouvelle tactique, dite de "l'éclosion généralisée".

L'idée est d'éprouver au maximum les capacités de la police en multipliant les actions de moindre envergure, mais désormais dans un maximum d'endroits. Et cela en permanence, alors qu'auparavant les actions se déroulaient essentiellement les soirs et les week-ends.

"Cette folie"

Depuis lundi, de petits groupes déclenchent des actions simultanées dans une multitude de quartiers, élevant des barricades, bloquant des carrefours, mettant à sac stations de métro et des magasins favorables Pékin et, surtout, provoquant la police.

"L'intention des émeutiers est de pousser Hong Kong vers l'effondrement total. Aucune excuse, aucune raison politique ne peut justifier ou glorifier cette folie", a déclaré mercredi aux journalistes John Tse, le porte-parole de la police.

La veille, un de ses collègues avait vu Hong Kong "au bord de l'effondrement total".

Des manifestants pro-démocratie se rassemblent à l'Université chinoise de Hong Kong devant une catapulte en bambou, le 13 novembre 2019
Des manifestants pro-démocratie se rassemblent à l'Université chinoise de Hong Kong devant une catapulte en bambou, le 13 novembre 2019 ( Philip FONG / AFP )

Déjà tendue depuis le décès vendredi d'un étudiant de 22 ans qui avait chuté d'un parking, la situation s'est encore détériorée lundi matin quand un policier a blessé au torse, par balle, un manifestant non armé, toujours dans un état critique.

Il s'agit du troisième cas confirmé de manifestant touché par un tir policier à balle réelle depuis juin.

Ce coup de feu, filmé et retransmis en direct sur Facebook, a exacerbé la colère de manifestants qui dénoncent de longue date la brutalité de la riposte policière.

Elections du 24 novembre

Des critiques ont également été émises contre la violence de certains manifestants. Lundi, un homme de 57 ans a été aspergé de liquide inflammable par un protestataire avec lequel il se querellait puis transformé en torche humaine. Il se trouve également toujours dans un état critique.

Le gouvernement chinois a adressé des signaux inquiétants laissant penser qu'il souhaite réduire les libertés des Hongkongais et renforcer les mesures de sécurité.

Mardi, le Quotidien du peuple, organe du Parti communiste au pouvoir, a affirmé que les élections locales prévues pour le 24 novembre pourraient être annulées si les manifestants ne cédaient pas.

Les journaux d'Etat chinois ont également souligné que l'Armée populaire de libération (APL), qui dispose d'une garnison à Hong Kong, était sur place afin de soutenir, si nécessaire, la police hongkongaise dont ils ont salué "la retenue".

La Chine ne semble cependant pas encore prête à prendre des mesures aussi radicales qu'une intervention militaire, estime Ben Bland, le directeur du Projet Asie du Sud-Est à l'Institut Lowy, un groupe de réflexion politique établi à Sydney.

Selon lui, elle semble plutôt miser sur l'affaiblissement à terme du mouvement et sur sa capacité d'intimidation.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
5 avis
Note moyenne : 4.60
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 12/12/2019

Le règlement-livraison des OCA aura lieu le 16 décembre 2019...

Publié le 12/12/2019

Le fonds activiste Elliott apporterait ses titres Altran à l'OPA de Capgemini à 18 euros par action, selon des sources citées jeudi par 'Reuters'. Pour l'instant, l'offre reste fixée à 14 euros.

Publié le 12/12/2019

L'action Facebook a perdu 2,7% jeudi à Wall Street après un article du 'Wall Street Journal' évoquant de possibles mesures anti-trust contre le réseau social.

Publié le 12/12/2019

Succès de l'opération d'actionnariat salarié de Spie : 'Share for you 2019'...

Publié le 12/12/2019

Le management de Biophytis rencontrera, de façon individuelle, des investisseurs et présentera les évolutions de son principal candidat-médicament Sarconeos (BIO101) actuellement en phase 2b…