En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 917.17 PTS
-1.37 %
4 885.5
-1.70 %
SBF 120 PTS
3 905.80
-1.81 %
DAX PTS
11 031.03
-1.90 %
Dowjones PTS
24 470.80
-2.19 %
6 472.36
-2.57 %
1.139
-0.54 %

Nouvelle évacuation du campement de migrants de Grande-Synthe

| AFP | 259 | Aucun vote sur cette news
La police évacue des migrants à Grande-Synthe le 6 septembre 2018
La police évacue des migrants à Grande-Synthe le 6 septembre 2018 ( PHILIPPE HUGUEN / AFP )

Les autorités procédaient jeudi matin à une nouvelle évacuation du campement de migrants de Grande-Synthe (Nord) près de Dunkerque, où vivent environ 500 à 800 personnes selon les sources, principalement regroupées près de la gare de triage dans ce que la mairie dénomme une "Jungle".

L'opération, qui "vise le démantèlement du campement de Grande-Synthe" d'après une porte-parole de la préfecture du département du Nord, a débuté vers 07H30.

Elle se déroulait dans le calme, selon une correspondante de l'AFP sur place et le sous-préfet de Dunkerque, Eric Etienne, précisant qu'elle était prévue pour durer "la matinée".

Vers 10H30, quatre premiers bus, sur les 21 programmés pour l'ensemble de la journée, ont quitté les lieux. Ces bus étaient jusque-là stationnés devant la gare de triage de Grande-Synthe, dont l'accès était bloqué à la presse.

Des migrants sont conduits vers des bus pour être évacués de Grande-Synthe, le 6 septembre 2018
Des migrants sont conduits vers des bus pour être évacués de Grande-Synthe, le 6 septembre 2018 ( Philippe HUGUEN / AFP )

C'est sur ce site, entre autoroute et chemin de fer, que sont concentrés les migrants. Selon la mairie, ils seraient 650 à vivre ici, pour un total de 800 sur la commune. Les associations comptabilisent entre 600 et 700 personnes, la préfecture 500, "à 95% des Kurdes irakiens".

Sur les 200 personnes déjà évacuées, 150, principalement des familles accompagnées d'agents de l'Office français de l'immigration et de l'intégration (Ofii), ont été dirigées vers des "centres d'orientation" de la région et 50 vers des commissariats pour "examen de situation".

Des CRS reconduisaient également vers ce camp -baptisée "Jungle" par la mairie en référence à l'ancien bidonville de Calais démantelé en octobre 2016, de taille bien supérieure cependant- des migrants se trouvant aux alentours.

Grande-Synthe
Grande-Synthe ( Vincent LEFAI / AFP )

"C'est l'évacuation d'un seul lieu", la gare de triage de Grande-Synthe, "en exécution d'une décision du TGI de Dunkerque du 7 juin 2018", a souligné le sous-préfet de Dunkerque.

- Éviter des bidonvilles -

Ceux qui souhaitent faire une demande d'asile vont être orientés vers des Centres d'accueil et d'examen des situations (CAES). Ceux qui le demandent dans le département du Nord "l'obtiennent dans 84% des cas".

Les autres, "qui ne s'inscrivent pas dans une démarche d'intégration sur le territoire national", seront "orientés vers les forces de police pour vérification des situations, notamment les majeurs isolés", a précisé le sous-préfet.

Il a en outre rappelé la politique de l'Etat d'éviter la constitution de "nouveaux points de fixation" devenant ensuite "des bidonvilles" sur le littoral de la mer du Nord.

L'opération mobilise une vingtaine d'agents de l'Ofii, environ 200 membres des forces de l'ordre ainsi qu'une vingtaine de sapeurs pompiers et du personnel de la protection civile.

Les campements de Grande-Synthe sont régulièrement évacués par les autorités, ce qui n'empêche pas ne nouveaux afflux. La dernière opération de ce type remonte à juin et concernait 336 migrants. Nombre d'entre eux vivaient précédemment dans un gymnase municipal ouvert en décembre 2017, fermé en mai. Et en septembre 2016, 500 personnes avaient aussi fait l'objet d'un transfert vers des installations dédiées.

Grande-Synthe, 22.000 habitants, a commencé à être touchée par l'arrivée de migrants à l'été 2015 dans le sillage de la création de la "Jungle" de Calais.

Début 2016, le maire écologiste Damien Carême avait ouvert, contre l'avis de l’État, un camp de petits chalets en bois qui avait été détruit par un incendie en avril 2017.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/11/2018

Bic annonce avoir reçu de la part de Tahe Outdoors une offre d'achat pour sa filiale Bic Sport, spécialisée dans les sports de glisse nautique, pour une valeur comprise entre 6 et 9 millions…

Publié le 20/11/2018

Airbus a décroché une commande additionnelle de 17 A320neo auprès de la compagnie britannique easyJet. Cette dernière a en effet converti des droits d’achat en commande ferme. Cela porte sa…

Publié le 20/11/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 20/11/2018

Bruno Le Maire, ministre français de l’Economie, et son homologue japonais Hiroshige Seko, ont réaffirmé « l’important soutien des gouvernements français et japonais à l’alliance entre…

Publié le 20/11/2018

L'enquête de Nissan sur des malversations présumées de son président Carlos Ghosn se serait élargie pour inclure l'alliance Renault-Nissan. C’est ce que rapporte Reuters, sur la base de trois…