En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 853.95 PTS
-
4 832.00
-
SBF 120 PTS
3 852.26
-
DAX PTS
12 557.64
-
Dow Jones PTS
28 210.82
-0.35 %
11 665.37
-0.11 %
1.184
-0.15 %

Nouvelle démonstration de force du mouvement pro-démocratie à Bangkok, malgré l'interdiction

| AFP | 450 | 5 par 1 internautes
Des manifestants pro-démocratie devant le monument à la Victoire à Bangkok, le 18 octobre 2020
Des manifestants pro-démocratie devant le monument à la Victoire à Bangkok, le 18 octobre 2020 ( Jack TAYLOR / AFP )

Des dizaines de milliers de manifestants pro-démocratie ont bravé dimanche, pour la quatrième journée consécutive, l'interdiction de rassemblement à Bangkok pour réclamer la démission du Premier ministre et une réforme de la monarchie, avant de se disperser dans le calme.

Le plus gros rassemblement s'est tenu près du Monument de la Démocratie, au coeur de la capitale thaïlandaise, et les militants ont chanté l'hymne national, levant trois doigts, un geste de résistance emprunté au film "Hunger Games".

"Dissolution du Parlement!", "Honte au dictateur", a scandé la foule.

Les tensions de vendredi, où la police a évacué les protestataires à l'aide de canons à eau, n'ont pas dissuadé la contestation, une majorité de jeunes.

Plusieurs manifestants ont brandi des portraits de leaders du mouvement arrêtés ces derniers jours, dont celui de l'activiste Anon Numpa, l'un des critiques les plus virulents à l'encontre de la royauté.

"Parler librement du roi"

"Il n'y aura pas de démocratie dans ce pays sans réforme de la monarchie", a relevé un jeune de 24 ans, sous couvert d'anonymat.

"Je veux pouvoir parler librement du roi, c'est un droit légitime", a lancé une étudiante.

Le mouvement exhorte à l'abrogation de la loi de lèse-majesté, qui punit de trois à quinze ans de prison toute diffamation ou insulte envers le monarque et sa famille.

Il demande aussi davantage de transparence dans les finances de la richissime monarchie et la non-ingérence du souverain dans les affaires politiques.

Le roi Maha Vajiralongkorn n'a pas directement commenté les événements, mais déclaré que la Thaïlande avait "besoin d'un peuple qui aime son pays".

"Le gouvernement est prêt à écouter tout le monde", a relevé de son côté dimanche soir le porte-parole de l'exécutif, Anucha Burapachaisri.

Mais nous continuons à "surveiller les personnes qui n'ont pas de bonnes intentions et qui pourraient profiter des manifestations pour créer de la violence".

Des manifestants pro-démocratie, dont un moine bouddhiste, lèvent trois doigts en signe de résistance, le 18 octobre 2020 à Bangkok
Des manifestants pro-démocratie, dont un moine bouddhiste, lèvent trois doigts en signe de résistance, le 18 octobre 2020 à Bangkok ( Mladen ANTONOV / AFP )

Deux autres rassemblements, moins importants, se sont tenus dans la mégalopole.

Les organisateurs avaient appelé à des manifestations dans plusieurs provinces du royaume, mais aussi en France, aux Etats-Unis, au Canada ou encore en Norvège.

Les contestataires "ont désormais prouvé qu'ils étaient une force avec laquelle il fallait compter", a relevé Thitinan Pongsudhirak, politologue de l'université Chulalongkorn à Bangkok. "Leurs demandes sont énormes, mais il est peu probable qu'ils reviennent les mains vides".

Réforme de la constitution

Le mouvement, qui défile depuis trois mois, réclame une réforme de la Constitution.

Depuis l'usage le 16 octobre par la police thaïlandaise de canons à eau, les manifestants pro-démocratie s'équipent pour résister, ici le 18 octobre 2020 à Bangkok
Depuis l'usage le 16 octobre par la police thaïlandaise de canons à eau, les manifestants pro-démocratie s'équipent pour résister, ici le 18 octobre 2020 à Bangkok ( Jack TAYLOR / AFP )

"Il faut changer l'amendement sur les sénateurs", entièrement nommés par l'armée, a relevé Phat, un avocat de 24 ans, venu au rassemblement.

La protestation demande aussi la démission du Premier ministre, le général Prayut Chan-O-Cha, porté au pouvoir par un coup d'Etat en 2014 et légitimé par des élections controversées l'année dernière.

Certains dénoncent son "mauvais" bilan économique alors que le pays, verrouillé depuis la pandémie de coronavirus et très tributaire du tourisme, est en pleine récession, avec des millions de personnes sans emploi.

Le militaire a averti qu'il ne démissionnerait pas, brandissant la menace d'un couvre-feu si la situation perdurait.

Interdiction des rassemblements de plus de quatre personnes, proscription des publications en ligne jugées "contraires à la sécurité nationale": les autorités ont déjà promulgué jeudi des mesures d'urgence pour tenter de briser la contestation.

Des manifestants pro-démocratie devant le monument à la Victoire à Bangkok, le 18 octobre 2020
Des manifestants pro-démocratie devant le monument à la Victoire à Bangkok, le 18 octobre 2020 ( Jack TAYLOR / AFP )

Elles ont motivé leur décision en dénonçant des incidents à l'encontre d'un cortège royal: des dizaines de manifestants avaient levé mercredi trois doigts devant le véhicule de la reine Suthida en signe de défi.

Le décret d'urgence promulgué est "un feu vert (...) pour violer les droits fondamentaux et opérer des arrestations arbitraires en toute impunité", a déploré samedi l'ONG Human Rights Watch, alors que plusieurs dizaines d'activistes ont été arrêtés ces derniers jours.

La Thaïlande est habituée aux violences politiques, avec 12 coups d'Etat depuis l'abolition de la monarchie absolue en 1932. Certains observateurs relèvent qu'une nouvelle prise du pouvoir par les militaires pourrait être envisageable si la situation devait perdurer.

De nouvelles manifestations devraient avoir lieu lundi. "Les tensions entre les deux camps vont monter", avertit Thitinan Pongsudhirak.

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

Suivez la tendance avec
Nicolas PAGNIEZ,

du lundi au vendredi à 9h55, 12h30, 14h55 et 18h30 sur

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/10/2020

Rassemblant des millions de joueurs, Ubisoft Connect est l'interface universelle pour se connecter avec des amis ou participer à des événements et des activités liés aux jeux...

Publié le 21/10/2020

Les premiers résultats de cette étude d'Onxeo sont attendus début 2021...

Publié le 21/10/2020

Les produits Cast fournissent des données inédites sur l'état structure000

Publié le 21/10/2020

Les concours bancaires utilisés par Courtois dans les comptes consolidés s'élèvent au 30 septembre à 5,38 ME...

Publié le 21/10/2020

Grâce à sa solidité financière, Lisi maintient également intactes ses ambitions stratégiques de croissance à moyen et long terme...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne