En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 868.69 PTS
-0.15 %
4 865.00
-0.17 %
SBF 120 PTS
3 882.35
-0.17 %
DAX PTS
11 153.21
-0.47 %
Dowjones PTS
24 706.35
+1.38 %
6 784.61
+0.00 %
1.137
+0.08 %

Nouveaux heurts en Tunisie après l'acte de "désespoir" d'un journaliste

| AFP | 396 | Aucun vote sur cette news
( Hatem SALHI / AFP )

De nouveaux heurts nocturnes ont éclaté dans trois villes de Tunisie après l'immolation par le feu d'un journaliste voulant dénoncer les inégalités d'un pays englué dans le marasme économique malgré les acquis démocratiques de la révolution de 2011.

Lundi, à quelques jours des célébrations du huitième anniversaire du soulèvement ayant mis fin à la dictature, Aberrazak Zorgui, journaliste pigiste dans une chaîne privée locale, s'est immolé par le feu à Kasserine (ouest), une ville située dans une des régions les plus pauvres du pays.

"Pour les habitants de Kasserine qui n'ont pas de moyens de subsistance, aujourd'hui, je vais commencer une révolution", a expliqué cet homme de 34 ans dans une vidéo qu'il avait publiée 20 minutes avant de passer à l'acte.

Mercredi, le ministère de l'Intérieur a affirmé avoir procédé à l'arrestation d'une personne pour son implication présumée dans le geste qui a coûté la vie au journaliste.

Depuis son décès, des affrontements nocturnes ont opposé quotidiennement des manifestants, essentiellement jeunes, aux forces de police.

Au total 13 personnes impliquées dans des "actes de destruction" ont été arrêtés à Kasserine, a indiqué mercredi à la presse le ministre de l'Intérieur Hichem Fourati, dénonçant des mouvements nocturnes qui "veulent porter atteinte aux biens publics et privés". Le ministre a évoqué une possible instrumentalisation des protestataires.

Kasserine est l'une des premières villes où avaient éclaté fin 2010 des manifestations dénonçant l'incurie des autorités et la pauvreté endémique, manifestations qui s'étaient transformées en révolution contre la dictature.

Désespoir et frustration

Depuis et malgré l'instauration de la démocratie, des mouvements de protestation ont régulièrement secoué Kasserine dont les habitants se sentent toujours abandonnés par le pouvoir central.

L'immolation du journaliste "est un signe de refus d'une situation catastrophique et d'un déséquilibre régional, d'un fort taux de chômage parmi les jeunes et de la misère que vivent nos concitoyens dans les régions intérieures", écrit mercredi le journal Le Quotidien.

Des manifestants jettent de pierres contre les forces de l'ordre après avoir érigé des barricades de fortune le 25 décembre 2018 à Kasserine, en Tunisie
Des manifestants jettent de pierres contre les forces de l'ordre après avoir érigé des barricades de fortune le 25 décembre 2018 à Kasserine, en Tunisie ( Hatem SALHI / AFP )

"Nul ne peut nier aujourd'hui que tous les dirigeants de ce pays sont responsables. Responsables du désarroi de notre jeunesse, de son désespoir et de sa frustration", ajoute ce quotidien francophone.

Selon Messoud Romdhani, président du Forum tunisien des droits économiques et sociaux (FTDES), "il y a une rupture entre la classe politique et les jeunes, surtout ceux qui vivent dans la précarité à l'intérieur du pays".

Les habitants des régions défavorisées se sentent victimes de +hogra+, (dédain, en arabe) qui persiste depuis l'ère du premier président de la Tunisie Habib Bourguiba (1956-1987), en passant par le régime de Ben Ali puis par les multiples gouvernements qui se sont succédé depuis la révolution, explique-t-il.

La colère de la jeunesse n'est pas circonscrite à Kasserine. Des heurts violents ont opposé dans la nuit de mardi à mercredi des protestataires aux forces de l'ordre à Jebniana, au nord de Sfax, deuxième ville de Tunisie (est). Un policier a été blessé.

Cinq personnes au moins ont été aussi été interpellées après des troubles à Tebourba à 30 km de Tunis, a déclaré à l'AFP le porte-parole de la sûreté nationale, Walid Hkima.

M. Romdhani prévoit la propagation des mouvements de protestation vu "l'absence d'une vraie volonté politique de se pencher sur les vrais problèmes des Tunisiens".

"Rivés vers les élections"

Le Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT) a de son côté appelé à une grève nationale de la "dignité" le 14 janvier, jour anniversaire de la révolution de 2011, pour protester contre la situation désastreuse du secteur médiatique notamment dans le privé et la condition "fragile" d'un bon nombre de journalistes.

Les troubles qui agitent certaines villes de Tunisie interviennent huit ans après l'immolation par le feu, en décembre 2010, d'un vendeur ambulant de Sidi Bouzid (centre), excédé par la pauvreté et les humiliations policières. Sa mort avait entraîné des manifestations qui s'étaient ensuite propagées à travers le pays, conduisant au renversement du régime de Zine El Abidine Ben Ali.

Des policiers tunisiens tirent des gaz lacrymogènes contre des manifestants le 25 décembre 2018 à Kasserine en Tunisie
Des policiers tunisiens tirent des gaz lacrymogènes contre des manifestants le 25 décembre 2018 à Kasserine en Tunisie ( Hatem SALHI / AFP )

Depuis, et contrairement à d'autres pays touchés par le Printemps arabe, la Tunisie a consolidé sa transition démocratique. De nouvelles élections libres sont prévues en 2019.

Mais l'économie reste moribonde. L'inflation et un chômage aux alentours de 15% alimentent les troubles sociaux et avaient causé des émeutes en janvier.

Or la classe politique a d'autres priorités : ses "yeux sont rivés vers les élections législatives et la présidentielle de 2019, et rien d'autre"! déplore M. Romdhani.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/01/2019

Franchissement de seuil passif

Publié le 21/01/2019

Casino (+0,54 à 39,40 euros ) annonce avoir atteint son objectif de cessions d'actifs non stratégiques pour un montant de 1,5 milliard d'euros. Et ce, grâce un accord avec des fonds gérés par…

Publié le 21/01/2019

Henkel (-6,49% à 90,72 euros) affiche de loin la plus forte baisse de l’indice Dax après avoir averti que la hausse des investissements pèsera sur ses profits en 2019. Le bénéfice par action du…

Publié le 21/01/2019

Le constructeur aéronautique français Dassault Aviation annonce l’acquisition des activités mondiales de maintenance du suisse ExecuJet, une filiale de Luxaviation. Le montant de la transaction…

Publié le 21/01/2019

Air France et le Syndicat national des pilotes de ligne (SNPL) se seraient entendus vendredi sur les principes d'un accord permettant de satisfaire les demandes d'augmentation salariale des pilotes et…