En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 173.05 PTS
-
5 178.50
-
SBF 120 PTS
4 141.15
-
DAX PTS
11 776.55
-
Dowjones PTS
25 798.42
+2.17 %
7 276.43
+2.94 %
1.156
-0.12 %

Notre-Dame-des-Landes: les opposants historiques entre espoir et scepticisme

| AFP | 352 | Aucun vote sur cette news
Julien Durand, le 9 juillet 2016 à Notre-Dame-des-Landes
Julien Durand, le 9 juillet 2016 à Notre-Dame-des-Landes ( JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP/Archives )

Ils se battent contre la construction d'un aéroport depuis plus de 40 ans pour certains. Les opposants historiques de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) hésitent entre espoir et scepticisme, échaudés par les nombreux rebondissements de ce dossier controversé.

- Julien Durand, 71 ans, exploitant agricole à la retraite -

Père de quatre filles, cet ancien de la Confédération paysanne a été de toutes les luttes. Et milite, depuis sa retraite en 2006, "à temps complet" contre le projet d'aéroport.

Fils de paysans, il a participé à la fondation de l'Adeca, "Association de Défense des Exploitants Concernés par l'Aéroport" en 1973, juste avant la création de la zone d'aménagement différée (ZAD) créée par arrêté préfectoral l'année suivante.

"A l'époque, le combat, c'était pour que les terrains ne tombent pas en friches. Il a fallu se bagarrer pour que les jeunes agriculteurs puissent s'installer. Le pari a été tenu", se souvient-il.

Julien Durand a alors 25 ans et participe aux rassemblements contre l'extension d'un camp militaire sur le plateau du Larzac. Sur les routes du bocage nantais, il écrit avec ses compagnons de lutte : "Larzac, Notre-Dame, même combat".

"On a appris beaucoup de choses de la lutte du Larzac", dit-il. Béret sur la tête, yeux rieurs, il rêve, en cas d'abandon du projet, d'une gestion collective des terres préemptées à l'image de ce qui existe sur le plateau du massif central.

"Pour l’État, c'est le meilleur moyens de ne pas avoir d'emmerdes", lâche-t-il.

- Sylvain Fresneau, 55 ans, agriculteur -

Sylvain Fresneau, le 12 février 2016 à Notre-Dame-des-Landes
Sylvain Fresneau, le 12 février 2016 à Notre-Dame-des-Landes ( LOIC VENANCE / AFP/Archives )

Né à Notre-Dame-des-Landes, il appartient à la cinquième génération des Fresneau installés dans "le bassin laitier du département".

"Le premier, c'était un métayer qui est venu pour défricher la terre. Mes aïeux ont défriché et les générations suivantes ont exploité", dit-il.

Le projet d'aéroport est comme une épée de Damoclès dont il en entend parler depuis qu'il est tout petit. "Papa disait: +je ne sais pas si je vais aller jusqu'à la retraite, c'est pas sûr+", raconte ce moustachu en bleu de travail, dans la pièce d'un hangar aux murs couverts d'affiches anti-aéroport.

"On a passé notre carrière à se battre contre le projet, ça nous a bloqués, on est passé à côté de beaucoup de choses. Il fallait se battre avec la préfecture pour construire le moindre bâtiment", affirme-t-il.

Exproprié, il a refusé de toucher le chèque d'indemnisation. Et alors que son fils Justin, 24 ans, est prêt à reprendre l'exploitation et ses 80 vaches laitières, il dit ne pas vouloir "transmettre ce combat à la génération suivante. Il y a assez de soucis en agriculture."

Plutôt satisfait du rapport des médiateurs nommés par le gouvernement, qui montre selon lui que le projet de NDDL est "bâti sur un mensonge", il "reste très vigilant": "on a eu assez de revers de médaille comme ça", dit-il.

- Marcel Thébault, 59 ans, ouvrier agricole -

Marcel Thébault, le 12 février 2016 à l'isuse d'une réunion à l'Elysée, à Paris
Marcel Thébault, le 12 février 2016 à l'isuse d'une réunion à l'Elysée, à Paris ( STEPHANE DE SAKUTIN / AFP/Archives )

Ancien conseiller agricole, il s'est installé en 1999 au hameau du Liminbout, avec sa femme Sylvie, 52 ans, exploitante agricole.

L'aéroport, "c'était alors un projet en sommeil. Il paraissait tellement surréaliste, insensé, que personne n'y croyait vraiment. On a décidé de prendre le risque, on le savait. Mais il semblait faible", raconte-t-il.

Un an après leur installation, le gouvernement Jospin relance le projet...

"Au départ, le village n'était pas dans la ZAD, on avait que 13 hectares de l'exploitation impactés. Puis ils ont fait modifier le périmètre de la ZAD et il y en a 25 hectares maintenant", dit ce père de deux enfants "qui ne seront pas agriculteurs".

Depuis le 26 mars 2016, les Thébault sont considérés comme "occupants sans droit ni titre" de leur maison. Et ont refusé eux aussi de toucher le chèque d'indemnisation.

"Techniquement, le rapport des médiateurs nous donne vraiment raison, en disant que l'aéroport Nantes-Atlantique peut être réaménagé", dit-il. "On n'a jamais été en aussi bonne posture", ajoute-t-il sans trop y croire.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Trader sur le CAC40 avec du levier
Lundi 5 novembre de 12h30 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/10/2018

L'opération de Thales devrait être réalisée peu de temps après l'obtention de toutes les Autorisations Règlementaires, ce qui est envisagé au 1er trimestre 2019.

Publié le 16/10/2018

La box Noviacare by Pharmagest est associée à des capteurs dont l'objectif est d'accompagner le senior dans son quotidien et de détecter les situations à risque éventuelles...

Publié le 16/10/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 16/10/2018

Le tronçon complet de la L2 Nord sera mis en circulation le 25 octobre...

Publié le 16/10/2018

Stanislas de Gramont a réalisé l'essentiel de sa carrière chez Danone où il a exercé différentes fonctions de direction générale...