En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 808.43 PTS
+0.47 %
4 808.00
+0.46 %
SBF 120 PTS
3 809.47
+0.00 %
DAX PTS
10 891.79
-
Dowjones PTS
24 065.59
+0.65 %
6 669.64
+0.00 %
1.139
-0.09 %

Noël afro en Colombie: héritage de l'esclavage et symbole de résistance

| AFP | 626 | Aucun vote sur cette news
La statuette de l'enfant Jésus lors de la célébration de Noël par les communautés noires, le 18 février 2018 à Quinamayo, en Colombie
La statuette de l'enfant Jésus lors de la célébration de Noël par les communautés noires, le 18 février 2018 à Quinamayo, en Colombie ( Luis ROBAYO / AFP )

En Colombie, des communautés noires célèbrent Noël en février, une tradition issue de l'époque de l'esclavagisme, et pour laquelle Mirna Rodriguez prend grand soin de l'enfant Jésus au teint sombre qui lui a été confié.

Ce poupon, richement vêtu, est au coeur des célébrations organisées chaque troisième samedi de février dans le village de Quinamayo (sud-ouest).

Au temps de l'esclavage, les blancs de Colombie interdisaient aux noirs des haciendas de célébrer Noël en même temps qu'eux le 24 décembre, racontent leurs descendants.

La fête déplacée s'est convertie au XIXe siècle en une tradition des communautés noires, qui combine musique, feux d'artifice, théâtre et costumes, autour d'un imaginaire religieux: l'enfant Jésus a disparu.

La statuette de l'enfant Jésus lors de la célébration de Noël par les communautés noires, le 18 février 2018 à Quinamayo, en Colombie
La statuette de l'enfant Jésus lors de la célébration de Noël par les communautés noires, le 18 février 2018 à Quinamayo, en Colombie ( Luis ROBAYO / AFP )

Doña Mirna a "une très grande responsabilité", héritée de sa mère il y a huit ans: conserver la statuette en parfait état pour le grand jour des Adorations de l'enfant Jésus. Le reste de l'année, emballé dans plusieurs sacs, il repose sur le haut de son armoire.

- Résistance -

les célébration de l'enfant Jésus par les communautés noires, le 18 février 2018 à Quinamayo, en Colombie
les célébration de l'enfant Jésus par les communautés noires, le 18 février 2018 à Quinamayo, en Colombie ( Luis ROBAYO / AFP )

Le jour J, tout le village sort en procession dans les rues et passe de maison en maison à la recherche de l'enfant Jésus. Lorsque les habitants l'ont retrouvé, ils l'escortent jusqu'à la crèche, chaque arrêt ponctué par des récitations de louanges, en chantant et dansant, tout au long de la nuit.

"Les enfants participent dès qu'ils sont tout petits. Les anges, les soldats, les parrains, les marraines sont tous des enfants. Et pour cela, je pense que la tradition ne disparaîtra jamais", a déclaré à l'AFP Mme Rodriguez, 55 ans.

Cette année, des pluies torrentielles ont obligé à reporter la fête du samedi au dimanche dans ce village de quelque 5.000 habitants du département du Valle del Cauca.

Pour Balmores Viafara, un professeur de 53 ans, le 24 décembre est "un jour comme les autres", alors que les Adorations, organisées dans ce village depuis 1880, sont "une fête" que "nous les noirs, nous célébrons en adorant notre Dieu, à notre manière". C'est une fête "de résistance", ajoute-t-il.

- Danses de "fuite" -

La procession se fait aux rythmes remontant eux aussi à l'esclavage, rapportés d'Afrique à l’époque de la colonie espagnole.

Des femmes interprètent la
Des femmes interprètent la "fuite", danse traditionnelle de la communauté noire, lors des célébrations de l'enfant Jésus, le 18 février 2018 à Quinamayo, en Colombie ( Luis ROBAYO / AFP )

Parmi eux, la "fuite", qui se danse "les pieds attachés" et rappelle "les chaînes qui entravaient leurs pieds et limitaient leurs pas", explique le chorégraphe Olmes Larrahondo, 25 ans.

La communauté noire de Quinamayo et d'autres départements du Cauca et du Valle del Cauca qui célèbrent les Adorations se sont formées à la périphérie des anciennes haciendas, après l'abolition de l'esclavage en 1852.

Comme dans toutes les régions de Colombie au passé esclavagiste, la pauvreté et l'exclusion ont laissé des traces dans ces départements de la côte Pacifique.

Les noirs --environ 20% de la population selon la Commission économique pour l'Amérique latine et les Caraïbes (Cepal)-- ont particulièrement souffert du conflit armé qui mine ce pays depuis plus d'un demi-siècle.

Depuis les années 1960, lorsque Cuba a cessé d'être le principal fournisseur de sucre des Etats-Unis après sa révolution, de grandes plantations de canne ont surgi en Colombie, et avec elles les conflits terriens entre noirs, indigènes et groupes agro-industriels.

"Pour certaines communautés noires, (les Adorations) sont de plus en plus devenues un élément de résistance", souligne Manuel Sevilla, anthropologue de l'Université Javeriana de Cali.

- Etendard culturel -

Les habitants racontent aussi que leurs ancêtres ne célébraient Noël qu'en février parce que leur paye pour les récoltes ne leur était pas versée avant.

Chaque explication "a une part de vérité", affirme M. Sevilla, ajoutant que les Adorations "combinent les croyances catholiques, fruit de l'évangélisation, avec les rituels venus d'Afrique".

La musique varie selon les moyens, de tambours et chants a capella à des formations de violonistes ou d'instruments à vent.

Mais elle est très présente au "festival de musique du Pacifique Petronio Alvarez" et plaît aux jeunes, ce qui pourrait contribuer à réaliser le rêve de doña Mirna que les Adorations ne meurent jamais.

"Ce ne sont pas seulement une célébration spirituelle, mais une sorte d'étendard culturel, qui prend de plus en plus de force", souligne le Pr. Sevilla.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/01/2019

Alors que la Chambre des communes s’apprêtait à voter le projet de Brexit négocié entre Theresa May et l’Union européenne, la Bourse de Paris est repartie de l’avant,…

Publié le 16/01/2019

Vente-unique.com a enregistré sur l'exercice 2017-2018, clos fin septembre, un chiffre d’affaires de 87,2 millions d'euros, en hausse de 14%. " Compte tenu d’une très forte activité commerciale…

Publié le 16/01/2019

Nexity et Morning Coworking (Groupe BAP) ont annoncé leur rapprochement pour renforcer et développer leur place sur le marché du coworking. Le promoteur immobilier a pris une participation de 54%…

Publié le 16/01/2019

La Française de l’Energie a totalisé sur le 1er semestre 2018-2019 un chiffre d’affaires de 3,3 millions d'euros, en repli de 2%. " Comme prévu, l’installation à Avion de deux nouveaux…

Publié le 16/01/2019

Valneva a annoncé la signature d'un contrat de 59 millions de dollars avec le Département de la Défense américain pour la fourniture de son vaccin contre l'encéphalite japonaise IXIARO. Selon les…