En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 269.92 PTS
-2.02 %
5 251.00
-2.19 %
SBF 120 PTS
4 172.22
-2.01 %
DAX PTS
11 364.17
-1.61 %
Dowjones PTS
25 502.32
-1.77 %
7 326.06
-2.23 %
1.129
-0.06 %

Nigeria: un immeuble s'effondre à Lagos, des dizaines d'enfants piégés et plusieurs morts

| AFP | 240 | 1 par 1 internautes
Les secouristes en action sur le site de l'immeuble effondré le 13 mars 2019 à Lagos
Les secouristes en action sur le site de l'immeuble effondré le 13 mars 2019 à Lagos ( SEGUN OGUNFEYITIMI / AFP )

Un immeuble de quatre étages abritant une école s'est effondré mercredi à Lagos Island, un quartier populaire de la capitale économique nigériane, faisant de nombreuses victimes, dont des enfants pris au piège dans les décombres.

Le dernier étage abritait une école maternelle et primaire, tandis que des appartements et des commerces occupaient le reste de l'immeuble.

Le directeur de l'Agence de gestion des urgences de l'Etat de Lagos (Sema), Adesina Tiamiyu a confirmé en fin de journée à l'AFP que "des dizaines d'enfants" se trouvaient à l'intérieur du bâtiment lorsqu'il s'est écroulé et que les opérations pour les secourir - ainsi que les adultes - continuaient.

Il a fait état d'"au moins quatre cadavres évacués", précisant qu'il était "impossible de fournir un bilan exact pour le moment". "Plus de 40 personnes ont par ailleurs été sorties vivantes" des décombres, a-t-il ajouté.

Un immeuble s'effondre à Lagos
Un immeuble s'effondre à Lagos ( Sophie RAMIS / AFP )

Mais personne ne semblait savoir combien se trouvaient encore pris au piège plusieurs heures après le drame, alors que la nuit allait bientôt tomber.

Une marée humaine entourait les lieux de l'accident près du marché Itafaji, pendant que les secours tentaient de dégager des victimes dans une confusion totale, a constaté un journaliste de l'AFP sur place.

L'effondrement s'est produit peu avant 10H00 du matin, selon Olamide Nuzbah, un habitant du voisinage qui a assisté au drame: "On était dehors en train de fumer quand on a vu l'immeuble +tomber+", a-t-il témoigné.

Secours sous-équipés

Dans la foule, des parents en pleurs criaient et pleuraient, implorant qu'on sauve leurs enfants.

"S'il vous plaît, sauvez mon enfant, sauvez mon enfant", hurlait une femme en sanglots dont la fille de sept ans était coincée dans les décombres tandis que des badauds tentaient de la consoler.

Le gouverneur de l'Etat de Lagos Akinwunmi Ambode, qui s'est rendu sur place, a "compati avec les familles de ceux qui ont perdu la vie" dans un communiqué, promettant "d'intensifier les opérations" dans les prochaines heures au moyen de grues de chantier.

Des secouristes extraient un jeune garçon des décombres d'un immeuble à Lagos, le 13 mars 2019.
Des secouristes extraient un jeune garçon des décombres d'un immeuble à Lagos, le 13 mars 2019. ( SEGUN OGUNFEYITIMI / AFP )

Un bulldozer a tenté tout l'après-midi de dégager des gravats pour faciliter le passage des secouristes. Passant par le toit du bâtiment, ces derniers tentaient d'atteindre les étages inférieurs, engagés dans une course contre la montre pour sauver les survivants.

Certains responsables des urgences, sous-équipés, demandaient aux volontaires d'apporter des masques à oxygène depuis un hôpital voisin pour permettre aux personnes piégées à l'intérieur de respirer.

Plusieurs enfants étaient évacués au compte-goutte. L'AFP a pu constater que l'un d'entre eux était déjà mort, tandis qu'un autre, un très jeune garçon, inconscient, était en sang, gravement blessé à la tête.

L'hôpital général de Lagos Island a reçu la majorités des personnes évacuées en urgence, avant de les rediriger vers d'autres centres de soins. Sur place, une responsable du ministère local de la santé, le Dr Titi Goncalves, a ainsi assuré aux journalistes qu'au moins "20 blessés" étaient arrivés, évoquant "une journée tragique".

Les habitants s'étaient eux mobilisés pour apporter des sachets d'eau et des casques aux sauveteurs couverts de poussière, visiblement en très grande difficulté, qui sortaient aussi des décombres des sacs à dos, des jouets et des vêtements appartenant aux écoliers.

Ecole "illégale"

Plusieurs habitants ont affirmé à l'AFP que le bâtiment écroulé avait été identifié et "marqué" par le gouvernement de l'Etat de Lagos comme devant être démoli, étant donné son état de délabrement avancé.

Des secouristes en action sur le site de l'immeuble effondré le 13 mars 2019 à Lagos
Des secouristes en action sur le site de l'immeuble effondré le 13 mars 2019 à Lagos ( SEGUN OGUNFEYITIMI / AFP )

Le gouverneur Ambode l'a confirmé, accusant les "propriétaires de ne pas avoir tenu compte des avis de démolition" des autorités et d'avoir "hébergé illégalement une école" à l'intérieur du bâtiment.

Une "enquête approfondie" va être ouverte pour déterminer les responsabilités et "punir les coupables", a-t-il assuré.

La quartier de Lagos Island, populaire et densément peuplé, est l'un des plus anciens de la capitale économique de 20 millions d'habitants. Il est marqué par une architecture typique du passé afro-brésilien de la ville, où des travaux de rénovation ont démarré par endroits.

Mais de très nombreux immeubles abandonnés ou désaffectés sont encore squattés de manière plus ou moins informelle par des familles ou des commerçants.

Des effondrements meurtriers de bâtiments se produisent fréquemment au Nigeria, où les règles de construction sont régulièrement bafouées.

L'accident le plus médiatisé s'est produit en septembre 2014, lorsque 116 personnes, dont 84 Sud-Africains, ont été tuées à Lagos après l'effondrement d'un bâtiment de six étages dans lequel un célèbre télévangéliste, Joshua TB, prêchait.

L'enquête a conclu à des défaillances structurelles du bâtiment dont la construction était illégale.

En décembre 2016, au moins 60 personnes ont été tuées par l'effondrement du toit d'une église à Uyo, la capitale de l'État d'Akwa Ibom, dans l'est du pays.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 1
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 15 avril 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/03/2019

Le résultat net part du Groupe Afone s'élève à 11,33 ME...

Publié le 22/03/2019

Sanofi et Lexicon vont coopérer étroitement avec la FDA pour définir les prochaines mesures appropriées...

Publié le 22/03/2019

La FDA publie une lettre de réponse complète au sujet de  Zynquista(TM) (sotagliflozine)     Paris et The Woodlands (Texas) - Le 22 mars 2019 -  La Food and Drug…

Publié le 22/03/2019

Elis a signé un accord portant sur l’acquisition de 100 % de l’activité Tapis de « Blesk InCare » en Russie. La finalisation de la transaction est soumise aux conditions réglementaires…

Publié le 22/03/2019

L'assemblée générale mixte des actionnaires d'Argan a approuvé la distribution d’un dividende 2018 de 1,35 euro par action, avec option pour le paiement du dividende en action (sur la totalité…