En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 494.17 PTS
+0.78 %
5 475.50
+0.65 %
SBF 120 PTS
4 397.14
+0.71 %
DAX PTS
12 430.88
+0.85 %
Dowjones PTS
26 743.50
+0.32 %
7 531.07
-0.50 %
1.175
+0.00 %

Nicaragua: une chaîne humaine pour demander la libération de "prisonniers politiques"

| AFP | 157 | Aucun vote sur cette news
Des manifestants ont manifesté le 30 août 2018 à Managua pour demander la libération de prisonniers politiques
Des manifestants ont manifesté le 30 août 2018 à Managua pour demander la libération de prisonniers politiques ( INTI OCON / AFP )

Des centaines de Nicaraguayens ont formé jeudi une chaîne humaine à Managua pour demander la libération des personnes arrêtées lors des manifestations anti-gouvernementales qui ont fait plus de 300 morts et 2.000 blessés depuis la mi-avril.

"Liberté pour tous les prisonniers politiques" et "justice" ont scandé les manifestants qui se donnaient la main dans la partie ouest de la capitale.

En dépit de la présence de policiers anti-émeutes, les manifestants ont brandi des drapeaux du Nicaragua et des photos de détenus, provoquant un embouteillage. En signé de solidarité, les conducteurs ont klaxonné et salué la chaîne humaine.

"Je suis venu car je veux que les prisonniers politiques soient libérés, nous sommes tous jeunes, nous ne sommes ni des criminels ni des terroristes", a expliqué à l'AFP un employé d'un centre d'appel souhaitant conserver son anonymat.

"La fait d'être ici met notre vie en danger, il y a des risques que nous soyons capturés. Je dois reconnaître que j'ai peur mais je suis là car nous devons soutenir la lutte", a déclaré un autre jeune de 24 ans.

Une professeur de l'Université centre-américaine (UCA), le visage couvert, a expliqué être présente en signe de soutien à un de ses étudiants, Byron Estrada, détenu à El Chipote. L'opposition affirme que cette prison, située dans le centre de Managua, est un lieu de torture.

La crise politique au Nicaragua
La crise politique au Nicaragua ( Anella RETA / AFP )

"Ce qui se passe me fait souffrir", a reconnu, la voix cassée par l'émotion, un jeune ex-policier, qui affirme être persécuté depuis qu'il a quitté ses fonctions car il "ne voulait pas tuer des étudiants".

Des prisonniers politiques détenus dans la prison de La Modelo, au nord de Managua, ont entamé une grève de la faim jusqu'à leur libération, "quelles qu'en soient les conséquences", selon une lettre adressée la Commission permanente des droits de l'homme (CPDH, une ONG locale).

"Nous demandons au peuple nicaraguayen d'intensifier la lutte dans les rues sans craindre ce régime répressif (...) nous n'en avons plus peur et nous sommes prêts à donner notre vie pour notre pays et la liberté", poursuit la lettre.

Le Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme, dans un rapport publié mercredi, a dénoncé "l'usage disproportionné de la force, qui se traduit parfois par des exécutions extrajudiciaires; des disparitions forcées; des détentions arbitraires généralisées; la torture et les mauvais traitements".

Des manifestants tiennent, lors d'une manifestation à Managua, le 30 août 2018, la photo d'une jeune femme détenue pour avoir manifesté contre le président Ortega
Des manifestants tiennent, lors d'une manifestation à Managua, le 30 août 2018, la photo d'une jeune femme détenue pour avoir manifesté contre le président Ortega ( INTI OCON / AFP )

Selon le Haut-Commissariat, entre le 18 avril, date du début des manifestations contre le gouvernement Ortega et le 18 août, au moins 300 personnes ont été accusées "de terrorisme et de crime organisé" après avoir participé à des manifestations.

Daniel Ortega a réfuté ce rapport, qualifiant le Haut-Commissariat de "n'être qu'un instrument de politiques de terreur, de mensonge et d'infamie".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/09/2018

Paris, le 21 septembre 2018                                                                    Communiqué de mise à…

Publié le 21/09/2018

Vicat a annoncé la nomination d'Hugues Chomel comme Directeur financier du groupe, en remplacement de Jean-Pierre Souchet, Directeur général adjoint, qui devient conseiller du Président Directeur…

Publié le 21/09/2018

L'Assemblée Générale de Laurent-Perrier réunie le 21 septembre 2018 a décidé de nommer Philippe-Loïc Jacob en qualité de censeur...

Publié le 21/09/2018

Gascogne a révélé ses résultats au titre de son premier semestre 2018. Ainsi, le spécialiste du papier et de l’emballage a publié un résultat net consolidé de 5 millions d’euros, un…

Publié le 21/09/2018

Amoeba vient de publier des résultats semestriels 2018 impactés par le repositionnement de la société. Ainsi, le groupe a dévoilé une perte nette de 4,497 millions d’euros sur la période,…