En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 874.54 PTS
+0.71 %
4 872.50
+0.72 %
SBF 120 PTS
3 883.83
+0.63 %
DAX PTS
11 121.91
+0.45 %
Dowjones PTS
24 575.62
+0.70 %
6 658.76
+0.00 %
1.134
-0.35 %

Nicaragua: l'église pousse au dialogue, les blocages de l'opposition continuent sur les routes

| AFP | 345 | Aucun vote sur cette news
Des opposants au président nicaraguayen, le 5 juin 2018 à Masaya
Des opposants au président nicaraguayen, le 5 juin 2018 à Masaya ( Inti OCON / AFP )

Le président nicaraguayen Daniel Ortega rencontrera jeudi les évêques pour étudier une reprise du dialogue avec l'opposition, qui intensifie la pression sur le gouvernement en bloquant de nombreuses routes, après de violentes manifestations qui ont fait plus de 120 morts.

La réunion, proposée par la hiérarchie catholique (qui joue le rôle de médiateur dans le conflit), "a été acceptée par le président et se tiendra demain jeudi 7 juin à 15H00 (21H00 GMT) à la Maison des peuples", a déclaré la Conférence épiscopale du Nicaragua (CEN) dans un communiqué.

Le rendez-vous a pour objectif d'"aborder les sujets si indispensables à notre patrie, la justice et la démocratie, dont dépend toujours la paix, dans le but d'évaluer l'opportunité de reprendre le dialogue", ont indiqué les évêques dans une lettre adressée au président.

Les évêques avaient pris la décision de suspendre le dialogue après la mort de 16 manifestants, le 30 mai, dans des manifestations à travers le pays. Le lendemain, ils avaient annoncé que le dialogue ne reprendrait pas tant que la répression continuerait.

La CEN s'est posée en médiateur depuis le mois de mai, essayant de réunir à la même table le gouvernement et l'opposition, formée de représentants des étudiants, d'entreprises et de la société civile.

Le dialogue vise à sortir le pays de la grave crise politique et sociale dans laquelle il est plongé depuis le début des manifestations, le 18 avril. Réprimées d'une main de fer par les autorités, elles ont fait 121 morts et 1.300 blessés, selon un dernier bilan de l'ONG Centre nicaraguayen des droits de l'homme (Cenidh).

La Commission interaméricaine des droits de l'homme (CIDH) a dénoncé mercredi, à Washington, les "nouvelles formes et pratiques répressives" du gouvernement du Nicaragua contre les manifestants.

- "Défendre Masaya" -

"Nous voulons tous la paix, nous voulons le dialogue, nous voulons travailler ensemble et nous écouter, discuter de tous les sujets parce qu'il y a une solution à tout", avait assuré lundi Rosario Murillo, Première dame et vice-présidente du pays. Dans une apparente tentative d'apaisement, elle s'était dit "engagée en faveur du dialogue, du travail, de la sécurité et de la paix".

Mais sur le terrain, la situation est loin d'être apaisée. Les opposants ont assuré mercredi que la majorité des routes du pays étaient bloquées, en particulier au sud de la capitale, dans le but de protéger la ville de Masaya, cible de pillages, d'incendies et d'offensives des forces antiémeutes.

Des manifestants anti-gouvernement au Nicaragua, à Masaya le 5 juin 2018
Des manifestants anti-gouvernement au Nicaragua, à Masaya le 5 juin 2018 ( Inti OCON / AFP )

"L'idée est d'augmenter les blocus pour défendre Masaya, qui est devenue une cible de la dictature", a déclaré à l'AFP l'ex-guérillera et dissidente du sandinisme au pouvoir, Monica Baltodano.

Les barrages routiers de l'opposition concernent également l'accès à Grenade, un centre historique et touristique, où de nouveaux affrontements ont fait au moins un mort, mardi.

"Nous sommes attristés par les événements d'hier (mardi) dans la ville historique de Grenade, patrimoine culturel du Nicaragua, qui a été dévasté, incendié comme à l'époque (du flibustier américain) William Walker", qui s'était fait élire président du Nicaragua en 1856, a déclaré Murillo.

Selon le gouvernement, les incendies ont touché des édifices publics, des bâtiments du parti au pouvoir et des commerces.

- "Il tue son peuple" -

Les protestations sont menées par des jeunes qui défendent leurs villes avec des pierres et des mortiers faits maison face aux balles réelles des forces antiémeutes du gouvernement.

"Notre seule arme est ce mortier (...). L'objectif est d'essayer de continuer à nous défendre jusqu'à la fin", a déclaré à l'AFP Álvaro Torres, un mécanicien qui a passé l'après-midi à fabriquer des mortiers artisanaux avec trois voisins pour défendre leur quartier à Masaya, à 30 km au sud de la capitale.

"C'est injuste ce que fait Daniel Ortega,(...) il tue son propre peuple", a dénoncé Zeneyda del Rosario Cuesta, mère d'un adolescent de 17 ans tué dimanche par un coup de feu, dont la famille affirme qu'il venait de la police.

Mardi, l'assemblée générale de l'Organisation des Etats américains (OEA) a adopté une déclaration "en soutien au peuple nicaraguayen", dans laquelle elle exhorte le gouvernement Ortega et tous les membres de la société à dialoguer de manière constructive face à la crise et à mettre fin à toute violence.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/01/2019

COMMUNIQUE DE PRESSE Clermont-Ferrand, le 24 janvier 2019       COMPAGNIE GÉNÉRALE DES ETABLISSEMENTS MICHELIN     Jean-Dominique Senard devient Président de Renault et…

Publié le 24/01/2019

STMicroelectronics (+9,16% à 13,645 euros) domine aisément l’indice CAC 40 à la faveur de perspectives 2019 rassurantes. Le fabricant de semi-conducteurs anticipe en effet une accélération de…

Publié le 24/01/2019

Eurazeo annonce céder à AXA sa participation de 22 % au capital de Capzanine, société de gestion européenne indépendante spécialisée dans l’investissement privé. Cette transaction…

Publié le 24/01/2019

Tikehau Capital, groupe de gestion d’actifs alternatifs et d’investissement, a annoncé la cession de sa participation au capital de Spie batignolles, acteur majeur dans les métiers du bâtiment,…