En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 476.17 PTS
-0.33 %
5 463.00
-0.36 %
SBF 120 PTS
4 384.35
-0.29 %
DAX PTS
12 350.82
-0.64 %
Dowjones PTS
26 577.60
-0.62 %
7 530.51
-0.01 %
1.177
+0.17 %

Netanyahu juge "inacceptables" les propos du Premier ministre polonais sur la Shoah

| AFP | 372 | Aucun vote sur cette news
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, à la Conférence sur la sécurité à Munich, dans le sud de l'Allemagne, le 18 février 2018
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, à la Conférence sur la sécurité à Munich, dans le sud de l'Allemagne, le 18 février 2018 ( Thomas KIENZLE / AFP )

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a jugé "inacceptables" les récents propos de son homologue polonais sur la Shoah, dimanche lors d'un entretien téléphonique avec lui, quelques heures après une manifestation de soutien de Varsovie à son chef de gouvernement.

Il s'agit du dernier épisode en date dans la guerre des mots que se livre Jérusalem et Varsovie depuis l'adoption par le Parlement polonais d'une loi interdisant l'utilisation de l'expression "camps de la mort polonais" et punissant de trois ans de prison toute personne accusant l'Etat polonais de participation aux crimes nazis.

Les déclarations de dimanche interviennent au lendemain de propos controversés du Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki en marge d'une conférence sur la sécurité à Munich.

Un journaliste israélien lui a demandé s'il serait puni en Pologne s'il racontait l'histoire de membres de sa famille déportés après avoir été dénoncés à la Gestapo par leurs voisins polonais durant la Seconde Guerre mondiale.

"Ce ne sera pas puni, ce ne sera pas considéré comme criminel que de dire qu'il y avait des auteurs polonais (du génocide juif), tout comme il y avait des auteurs juifs, des auteurs ukrainiens ou allemands", a répondu M. Morawiecki.

M. Netanyahu a réagi le jour même, jugeant les propos de son homologue "scandaleux". "Il y a un problème lié à une incapacité de comprendre l'histoire et un manque de sensibilité face à la tragédie de notre peuple", avait-il affirmé.

Des accusations rejetées dimanche par la Pologne.

"La voix du Premier ministre Mateusz Morawiecki n'avait nullement pour but de nier l'Holocauste ni d'attribuer aux Victimes Juives (orthographe de l'original) la moindre responsabilité dans le génocide allemand", a écrit dans un communiqué sa porte-parole Joanna Kopcinska.

- Graffitis -

M. Morawiecki "s'est à maintes reprises et résolument opposé à la négation de l'inimaginable génocide que fut l'Holocauste des Juifs européens, tout comme il s'est opposé à toute forme d'antisémitisme", selon sa porte-parole.

Ses paroles doivent "être interprétées comme un appel à un franc débat sur les crimes commis contre les Juifs, mené conformément aux faits et sans égard à la nationalité de celui qui, dans un cas donné, les a commis, y a pris part ou les a rendus possibles", a-t-elle précisé.

"Chaque cas doit être examiné individuellement et aucun acte particulier de malveillance ne peut faire retomber la responsabilité sur toute une nation vaincue et réduite à l'esclavage", a ajouté la porte-parole.

M. Netanyahu, qui s'est entretenu dimanche au téléphone avec Mateusz Morawiecki, a affirmé qu'il n'y avait "pas lieu de comparer les actes des Polonais et des juifs durant la Shoah", selon un communiqué de son bureau.

Il a dit à son homologue polonais que "le but de la Shoah était de détruire le peuple juif" et que "chaque juif était condamné à mort" à cause de son identité, selon ce communiqué.

Aux yeux des conservateurs au pouvoir en Pologne, la loi signée début février par le président polonais vise à empêcher l'utilisation de l'expression "camps de la mort polonais" à propos de ceux installés par l'Allemagne nazie en Pologne occupée.

Mais les responsables israéliens, toutes tendances confondues, y voient une tentative de nier la participation de certains Polonais à l'extermination des juifs.

La police israélienne a par ailleurs annoncé dimanche avoir ouvert une enquête après la découverte de graffitis à l'entrée de l'ambassade polonaise à Tel-Aviv.

Selon des photos envoyées par la police, on voit des croix gammées et des slogans comparant la Pologne au régime nazi.

En réaction, le ministère polonais des Affaires étrangères a demandé aux autorités israéliennes "des explications pour un incident à l’ambassade polonaise à Tel Aviv".

burs-mib/nbz/bpe

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

NOUVEAUTÉ - Bourse Direct lance ses Webinaires

Trader sur Indices et Matières 1ères avec les CFD
Lundi 2 octobre de 12h00 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Jeudi 11 octobre de 12h30 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/09/2018

  Paris, le 24 septembre 2018 - 17h45                                                   COFACE SA : Déclaration des…

Publié le 24/09/2018

CommuniquÉ DÉCLARATION DES TRANSACTIONS SUR ACTIONS PROPRES RÉALISÉES DU 17 septembre AU 21 septembre 2018 Paris - 24 Septembre 2018 Dans le cadre de…

Publié le 24/09/2018

EDF entend émettre une nouvelle obligation hybride et lancer une offre de rachat sur des obligations hybrides existantes...

Publié le 24/09/2018

Communiqué de presse Paris La Défense, le 24 septembre 2018 Déclaration des transactions sur actions propres Période du 17 septembre 2018 au 21 septembre 2018     Albioma…