5 396.53 PTS
+0.18 %
5 397.00
+0.24 %
SBF 120 PTS
4 307.29
+0.25 %
DAX PTS
13 004.71
+0.01 %
Dowjones PTS
23 273.96
-0.23 %
6 067.83
+0.00 %
Nikkei PTS
21 805.17
+0.50 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Netanyahu attendu en Hongrie, un soutien controversé pour Orban

| AFP | 167 | Aucun vote sur cette news
Benjamin Netanyahu à Jerusalem, le 17 janvier 2016
Benjamin Netanyahu à Jerusalem, le 17 janvier 2016 ( Dan Balilty / POOL/AFP/Archives )

La Hongrie se prépare à accueillir le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, une visite historique dont Viktor Orban espère tirer profit pour contrer les critiques dénonçant un antisémitisme latent dans sa croisade contre le milliardaire George Soros.

Attendu à Budapest dès lundi soir, dans la foulée de son voyage en France, Benjamin Netanyahu rencontrera son homologue à partir de mardi pour la première visite d'un dirigeant israélien en Hongrie depuis la chute du communisme en 1989.

Mercredi, les Premiers ministres tchèque, slovaque et polonais se joindront aux rencontres dans la capitale hongroise, présentant au Premier ministre israélien un front de pays unis contre la politique d'immigration de l'Union européenne et bien disposés envers le président américain Donald Trump, comme l'est Benjamin Netanyahu.

Ce dernier peut s'attendre à trouver "une oreille favorable" auprès de ces gouvernements d'Europe de l'est "plutôt homogènes dans leur opposition aux flux migratoires et leur peur de l'extrémisme islamiste", relève Raphael Vago, spécialiste de cette région à l'université de Tel Aviv, interrogé par l'AFP.

La visite de Benjamin Netanyahu en Hongrie a été précédée d'une vive polémique avec la communauté juive de ce pays, forte d'environ 100.000 personnes, l'une des plus importantes d'Europe.

Cette dernière a reproché au gouvernement de droite conservatrice de Viktor Orban d'attiser l'antisémitisme avec le nouveau volet de sa campagne contre George Soros, américain d'origine juive hongroise, dont le visage mi-rieur, mi-grimaçant a été placardé pendant quinze jours dans tout le pays, pour dénoncer son action supposée en faveur de l'immigration.

Le milliardaire américain George Soros sur une affiche à Szekesfehervar en Hongrie le 6 juillet 2017
Le milliardaire américain George Soros sur une affiche à Szekesfehervar en Hongrie le 6 juillet 2017 ( ATTILA KISBENEDEK / AFP/Archives )

"La visite de Benjamin Netanyahu peut aider Orban car elle donne du crédit à ses dénégations selon lesquelles la campagne contre Soros n'est pas antisémite", explique l'analyste politique hongrois Csaba Toth à l'AFP.

Viktor Orban a désigné l'homme d'affaires comme le principal ennemi de la Hongrie et lancé depuis le début de l'année une série d'actions et de messages visant à le discréditer. Soros promeut, aux yeux de ses supporters, une société libérale et progressiste en soutenant de nombreuses ONG tandis qu'il est considéré par ses opposants comme un agitateur cherchant à déstabiliser des gouvernements à coups de milliards.

- "Tolérance zéro" -

Les deux mandats de Viktor Orban, au pouvoir depuis 2010, ont été émaillés de plusieurs épisodes de défiance avec la communauté juive alors que le débat reste vif sur la responsabilité nationale dans la disparition de près de 600.000 juifs hongrois durant la Seconde guerre mondiale.

Fin juin, la Premier ministre avait suscité une autre controverse en faisant l'éloge, pour son action après la Première Guerre mondiale, de Miklos Horthy, dirigeant hongrois allié des nazis pendant la Seconde Guerre mondiale.

Depuis 2010, le parti de Viktor Orban s'est vu reprocher de multiplier, notamment à travers l'érection de statues, les marques de réhabilitation de Horthy, célébré pour avoir récupéré des territoires perdus par la Hongrie en 1920.

Le Premier ministre Viktor Orban à Bruxelles le 22 juin 2017
Le Premier ministre Viktor Orban à Bruxelles le 22 juin 2017 ( THIERRY ROGE / BELGA/AFP/Archives )

L'opposition dénonce une stratégie visant à séduire les électeurs du parti d'extrême droite Jobbik, principal adversaire du pouvoir.

En 2014, la plus importante organisation juive du pays avait boycotté la commémoration des 70 ans de l'Holocauste, jugeant qu'elle exonérait trop la Hongrie de sa propre responsabilité dans la déportation des juifs hongrois.

Budapest a toujours brandi sa "tolérance zéro" vis à vis de l'antisémitisme. "Aucun gouvernement n'a autant fait pour la lutte contre l'antisémitisme en Hongrie", s'est encore défendu l'exécutif cette semaine.

George Soros rencontre le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker à Bruxelles le 27 avril 2017 pour parler de mesures en Hongrie mettant en péril l'Université d'Europe centrale (CEU) qu'il a fondée
George Soros rencontre le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker à Bruxelles le 27 avril 2017 pour parler de mesures en Hongrie mettant en péril l'Université d'Europe centrale (CEU) qu'il a fondée ( OLIVIER HOSLET / POOL/AFP/Archives )

La campagne anti Soros veut attirer l'attention sur le "milliardaire spéculateur" et les ONG qu'il soutient avec pour objectif d'"installer un million de migrants" en Hongrie et dans l'Union européenne, explique le gouvernement.

Des voix se sont élevées en Israël pour appeler le Premier ministre à annuler sa visite en Hongrie, l'ambassadeur d'Israël à Budapest déplorant "les tristes souvenirs mais aussi la haine et la peur" de cette campagne.

Mais la guerre de Viktor Orban contre George Soros ne laisse pas insensible le pouvoir israélien qui reproche au milliardaire de financer des ONG de défense des droits de l’homme critiquant l’occupation israélienne des territoires palestiniens: George Soros "discrédite les gouvernements élus démocratiquement en Israël en finançant des organisations qui diffament l'Etat juif et lui nient le droit de se défendre", a réagi Jérusalem, tout en déplorant "toute sorte d'antisémitisme".

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 15 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

SUR LE MÊME SUJET
Publié le 17/07/2017

Benjamin Netanyahu à l'Elysée lors de sa visite à Paris le 16 juillet 2017 ( STEPHANE MAHE / POOL/AFP/Archives )La Hongrie se prépare à accueillir le Premier ministre israélien Benjamin…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/10/2017

Linedata, éditeur de solutions globales dédiées aux professionnels de l’asset management, de l’assurance et du crédit, a annoncé avoir été choisi par T. Rowe Price, gestionnaire d’actifs…

Publié le 24/10/2017

Beaucoup de publications depuis la clôture d'hier ! Elles animent la cote ce matin dans les premiers échanges qui occasionnent des...

Publié le 24/10/2017

Randstad perd 3,56% à 52,71 euros, fermant la marche de l'indice néerlandais AEX, après avoir publié des résultats du troisième trimestre certes en ligne avec les attentes mais marqués par une…

Publié le 24/10/2017

Après voir ouvert dans le vert, Plastic Omnium perd désormais un peu de terrain sur la place parisienne (-0,3% à 35,6 euros) malgré une nouvelle...

Publié le 24/10/2017

Indicateurs d'activité au beau fixe

CONTENUS SPONSORISÉS