En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 398.32 PTS
-0.35 %
5 387.50
-0.51 %
SBF 120 PTS
4 320.54
-0.34 %
DAX PTS
12 561.42
-0.98 %
Dowjones PTS
25 058.12
-0.03 %
7 350.23
-0.03 %
1.172
+0.00 %

ND-des-Landes: pour l'exécutif, l'heure de la décision a sonné

| AFP | 382 | Aucun vote sur cette news
Des partisans du transfert de l'aéroport de Nantes à Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) simulent un crash d'avion, le 25 novembre 2017 à Nantes
Des partisans du transfert de l'aéroport de Nantes à Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) simulent un crash d'avion, le 25 novembre 2017 à Nantes ( JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP )

C'est le dossier le plus sensible de cette fin d'année: le rapport des médiateurs sur l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) atterrit mercredi sur la table d'Edouard Philippe, avant une décision rapide de l'exécutif sur la poursuite ou non de ce projet enlisé depuis des années.

Le transfert, hautement polémique, de l'aéroport nantais avait déjà empoisonné la totalité du quinquennat de François Hollande.

"Il n'est pas question de reporter encore la décision, de commander un nouveau rapport ou d'essayer de gagner du temps", souligne un proche du Premier ministre.

Le ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot, qui s'est publiquement opposé à Notre-Dame-des-Landes, a annoncé une décision "avant les fêtes". Mais elle pourrait attendre tout début janvier, selon une source gouvernementale.

Le temps presse: le 9 février, la déclaration d'utilité publique (DUP) du nouvel aéroport, signée en 2008, sera caduque si l'Etat n'en demande pas sa prorogation devant le Conseil d'Etat.

"Plus le gouvernement attend, plus il se met au pied du mur", insiste-t-on au Syndicat mixte aéroportuaire (SMA), rassemblement de 20 collectivités des Pays de la Loire et de Bretagne investies dans le nouvel aéroport.

Des opposants au transfert de l'aéroport de Nantes à Notre-Dame-des-Landes, le 26 novembre 2017
Des opposants au transfert de l'aéroport de Nantes à Notre-Dame-des-Landes, le 26 novembre 2017 ( FRED TANNEAU / AFP/Archives )

Las de l'indécision politique, "pro" comme "anti" Notre-Dame-des-Landes en appellent au "courage" du président de la République sur ce projet né au milieu des années 1960 et relancé en 2000, indispensable au développement économique du Grand Ouest pour ses partisans, néfaste pour l'environnement et gaspilleur d'argent public pour ses opposants.

Le rapport des trois médiateurs ne devrait pas donner de recommandation nette entre l'optimisation de Nantes-Atlantique, au sud de l'agglomération, ou son déménagement à Notre-Dame-des-Landes, à une vingtaine de kilomètres au nord. Chaque terme sera particulièrement scruté.

Alors que les pro-transfert alertent sur les nuisances sonores et le gel de l'étalement urbain, les opposants affirment que l'actuel aéroport, réaménagé, pourrait accueillir neuf millions de passagers à l'horizon 2040. Ceci "sans aggraver les conditions de vie des habitants impactés par le bruit ni empêcher le développement de l'agglomération" de 620.000 habitants. Ils estiment donc que son maintien est "une véritable alternative" à Notre-Dame-des-Landes.

- "des casseurs qui veulent en découdre" -

Seront également regardées de près les conclusions devant permettre "de rétablir l'ordre public", comme demandé aux médiateurs à leur nomination le 1er juin, et la prise en compte de la consultation locale de juin 2016, en faveur du transfert.

Ses partisans entendent d'ailleurs rappeler ce résultat, mercredi à Paris, en apportant leurs bulletins de vote devant l'Assemblée nationale.

Des personnes opposées à l'implantation d'un nouvel aéroport, ont réalisé une chaîne humaine pour écrire
Des personnes opposées à l'implantation d'un nouvel aéroport, ont réalisé une chaîne humaine pour écrire "Aéroport Non !", le 25 juin 2006 dans un champs de Notre-Dame-des-Landes près de Nantes ( ALAIN JOCARD / AFP/Archives )

Pendant la campagne présidentielle, Emmanuel Macron avait d'ailleurs dit qu'il était "pour respecter le vote" des habitants de Loire-Atlantique, tout en plaidant pour une médiation permettant "une dernière fois" de "regarder les choses" et d'"éviter des troubles à l'ordre public qui sont inconsidérés".

Trois ans après la mort du jeune Rémi Fraisse dans une autre "ZAD", à Sivens (Tarn), la nervosité au sein de l'exécutif porte surtout sur l'évacuation des 200 à 300 zadistes qui vivent actuellement sur les milliers d'hectares de bocages de Notre-Dame-des-Landes. Ils se préparent à une intervention des forces de l'ordre, que l'aéroport se fasse ou non.

"Ce ne sont pas des gentils gauchistes vivant d'amour et d'eau fraîche. Ce sont des casseurs qui veulent en découdre", juge une source gouvernementale, qui souligne "l'enjeu de sécurité publique", avec une probable mobilisation de milliers de gendarmes mobiles.

Autre incertitude, politique: l'avenir au gouvernement de Nicolas Hulot, après le recul sur le nucléaire et le revers européen de la France sur le glyphosate. Le ministre a toutefois refusé de faire de l'abandon de Notre-Dame-des-Landes une "ligne rouge", une forme de "chantage" qui ne serait "pas sain, ni durable".

Le nouvel aéroport, dont la concession a été confiée fin 2010 à une filiale du groupe de BTP Vinci, aurait initialement dû être inauguré à l'automne 2017.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/07/2018

APRRLa filiale autoroutière d'Eiffage communiquera son chiffre d'affaires du deuxième trimestre après la clôture de la Bourse.ICADELa foncière publiera ses résultats du premier…

Publié le 20/07/2018

A 16h00 aux Etats-UnisReventes de logements en juin.source : AOF

Publié le 20/07/2018

Luxembourg, 20 juillet 2018 - Aperam annonce avoir mené à terme son programme de rachat d'actions annoncé le 30 janvier 2018 (ci-après le "Programme"). Au total,…

Publié le 20/07/2018

A l’issue de la période d'acceptation initiale et des périodes de réouverture volontaire et obligatoire de l’offre, près de 96 % des actions de Realdolmen ont été apportées. En…

Publié le 20/07/2018

Eurazeo annonce être entrée en négociations exclusives avec PAI Partners en vue de la cession de sa participation dans Asmodee, un leader international de l’édition et de la distribution de jeux…