5 391.74 PTS
-0.14 %
5 391.50
-0.15 %
SBF 120 PTS
4 296.70
-0.16 %
DAX PTS
13 144.22
-0.07 %
Dowjones PTS
24 329.16
+0.49 %
6 344.57
+0.00 %
Nikkei PTS
22 938.73
+0.56 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Mugabe parti, Mnangagwa devient le président du Zimbabwe

| AFP | 931 | Aucun vote sur cette news
Emmerson Mnangagwa lors d'un discours devant les membres de son parti le Zanu-PF, le 22 novembre 2017 à Harare
Emmerson Mnangagwa lors d'un discours devant les membres de son parti le Zanu-PF, le 22 novembre 2017 à Harare ( MARCO LONGARI / AFP )

Après 37 ans sous la coupe de l'autoritaire Robert Mugabe, le Zimbabwe met vendredi un point final à son règne avec l'investiture de son successeur, Emmerson Mnangagwa, qui hérite d'un pays ruiné et d'une population avide de réformes.

Pour donner une onction populaire au nouveau président, arrivé au pouvoir grâce à un coup de force de l'armée, la cérémonie se veut grandiose.

Le parti au pouvoir, la Zanu-PF, a convoqué dès 08H30 (06H30 GMT) les "Zimbabwéens de tous bords" dans le plus grand stade de la capitale, Harare, le National Sports Stadium, d'une capacité de 60.000 places.

Emmerson Mnangagwa
Emmerson Mnangagwa ( Vincent LEFAI / AFP )

"Venez et soyez les témoins de l'Histoire en marche, nos premiers pas dans une nouvelle ère et un pays meilleur conduit par notre camarade adoré ED Mnangagwa", ont proclamé les organisateurs sur des affiches placardées à Harare.

L'armée, qui a toujours veillé à ne pas passer pour putschiste, a elle aussi prédit un "rassemblement massif".

Les médias d'Etat ont laissé entendre que Robert Mugabe, qui n'a pas été vu publiquement depuis dimanche, pourrait assister à la cérémonie et être salué par une haie d'honneur.

En 1980, c'est un autre stade de la capitale qui avait accueilli la cérémonie d'indépendance du Zimbabwe, en présence bien sûr de Robert Mugabe, mais aussi du chanteur Bob Marley, du Prince Charles et d'une dizaine de chefs d'Etat.

Cette fois, aucun membre de la famille royale n'a prévu le déplacement. L'ancienne puissance coloniale sera représentée par son secrétaire d'Etat chargé du Développement, Rory Stewart.

Même le président sud-africain, Jacob Zuma, a décliné l'invitation du pays voisin, au motif qu'il reçoit au même moment son homologue angolais Joao Lourenco. A la place, il a dépêché son ministre des Communications.

Des partisans d'Emmerson Mnangagwade rassemblés devant le siège de son parti, le 22 novembre 2017 à Harare
Des partisans d'Emmerson Mnangagwade rassemblés devant le siège de son parti, le 22 novembre 2017 à Harare ( Jekesai NJIKIZANA / AFP )

- 'Des emplois' -

Pretoria, allié fidèle du régime Mugabe, s'est tenu à l'écart de la crise depuis que l'armée a, dans la nuit du 14 au 15 novembre, pris le contrôle du pays pour bloquer l'ascension de la Première dame, l'incontrôlable Grace Mugabe.

Capture d'image de la télévision zimbabwéenne diffusant l'allocution du président Robert Mugabe, le 19 novembre 2017 à Harare
Capture d'image de la télévision zimbabwéenne diffusant l'allocution du président Robert Mugabe, le 19 novembre 2017 à Harare ( / ZBC/AFP )

Celle-ci avait obtenu le 6 novembre le limogeage du vice-président Mnangagwa, qui lui barrait la route dans la course à la succession de son époux nonagénaire.

Une semaine plus tard, le président Mugabe, lâché par son propre parti, conspué dans la rue et menacé de destitution, démissionnait à l'âge de 93 ans.

Réfugié en Afrique du Sud depuis son éviction, Emmerson Mnangagwa était immédiatement désigné par la Zanu-PF pour lui succéder.

Le Zimbabwe depuis l'indépendance
Le Zimbabwe depuis l'indépendance ( Vincent LEFAI / AFP )

Dans sa première réaction jeudi, le président Zuma a adressé "ses meilleurs voeux" aux deux leaders et tenu à rendre hommage à "la contribution" de Robert Mugabe "à la libération du continent".

Héros du combat pour l'indépendance du Zimbabwe, Robert Mugabe était devenu au fil du temps un autocrate régnant sans partage sur un pays en pleine crise économique.

Les Zimbabwéens, épuisés par un chômage de masse, une crise des liquidités et la répression de toute contestation, ont acclamé l'annonce de sa démission et espèrent des jours meilleurs.

Dans son premier discours depuis le début de la crise, Emmerson Mnangagwa a promis de s'atteler rapidement à la tâche. "Nous voulons relancer notre économie, nous voulons des emplois", a-t-il lancé devant ses partisans, sans détailler son programme.

- 'Héros ou brute' -

Son profil tempère toutefois les enthousiasmes. Emmerson Mnangagwa, 75 ans, un fidèle parmi les fidèles du régime, a longtemps exécuté sans sourciller la politique répressive de l'ancien président.

"Des dizaines de milliers de personnes ont été torturées, ont disparu ou ont été tuées" sous l'ère Mugabe, selon Amnesty International.

Soucieux de rassurer, celui que les Zimbabwéens surnomment "le crocodile" a pour l'instant montré un visage souriant, promettant d'être le "serviteur du peuple".

Jeudi soir, il a "imploré les Zimbabwéens de rester patients et de se garder de toute vengeance". La veille, il avait appelé "tous les Zimbabwéens patriotes à se réunir, à travailler ensemble".

Va-t-il, pour donner des gages de sa bonne volonté, ouvrir son gouvernement à l'opposition ?

La question reste ouverte. Le Mouvement pour le changement démocratique (MDC) a affiché sa préférence pour la mise en place d'un gouvernement d'union nationale jusqu'aux élections prévues en 2018, mais a assuré qu'aucune discussion n'était engagée.

Son chef, Morgan Tsvangirai, s'est montré jeudi, dans un entretien avec l'AFP, très magnanime envers le président Mugabe, assurant que les Zimbabwéens ressentaient "des émotions conflictuelles pour ce héros, qui est aussi une brute".

"Que faire à quelqu'un qui a 93 ans ? Le laisser tranquille", a-t-il ajouté, "le nouveau président doit comprendre qu'on peut pardonner et avancer."

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 11/12/2017

Le groupe prévoit 60 GW de capacités en 2035...

Publié le 11/12/2017

Le bras de fer peut-il prendre fin entre les deux groupes ?

Publié le 11/12/2017

Gilead, la plus grosse biotech du monde a annoncé des résultats d'essais cliniques de sa nouvelle thérapie, l'Yescarta, pour les personnes atteintes d'un lymphome diffus à grandes cellules.…

Publié le 11/12/2017

  Communiqué de presse 11 décembre 2017         Le groupe EDF se mobilise et lance le Plan Solaire pour développer 30 GW d'énergie solaire en…

Publié le 11/12/2017

Lundi 11 décembre 2017Aucune publication d'entreprise n'est annoncée.Mardi 12 décembre 2017COMPAGNIE DES ALPESLe groupe de loisirs détaillera ses résultats annuels avant le début des…

CONTENUS SPONSORISÉS