En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 152.50 PTS
+1.13 %
5 146.00
+1.02 %
SBF 120 PTS
4 123.37
+1.24 %
DAX PTS
11 722.70
+0.93 %
Dowjones PTS
25 431.78
+0.72 %
7 149.18
+1.14 %
1.160
+0.15 %

Moyen-Orient: Tillerson en mission pour "contrecarrer" l'influence "négative" de l'Iran

| AFP | 282 | Aucun vote sur cette news
Le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson (au centre) et le ministre qatari des Affaires étrangères du Qatar Mohamed ben Abderrahmane al-Thani à Doha le 22 octobre 2017.
Le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson (au centre) et le ministre qatari des Affaires étrangères du Qatar Mohamed ben Abderrahmane al-Thani à Doha le 22 octobre 2017. ( Alex Brandon / AFP )

Le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson a exigé dimanche le départ d'Irak des "milices iraniennes", au cours d'une visite dans le Golfe destinée à mettre en musique les efforts des Etats-Unis pour endiguer l'influence de Téhéran au Moyen-Orient.

En Arabie saoudite et au Qatar où il s'est rendu successivement, il n'a en revanche obtenu aucune percée dans la grave crise du Golfe qui oppose notamment ces deux pays. "Il n'y pas de signe fort indiquant que les parties sont prêtes à dialoguer", a-t-il déploré dans la soirée à Doha, semblant viser en particulier Ryad et ses alliés.

Dans la matinée, le chef de la diplomatie américaine avait assisté dans la capitale saoudienne à la première réunion de la Commission de coordination saoudo-irakienne, lancée solennellement par le roi Salmane d'Arabie saoudite et le Premier ministre irakien Haider al-Abadi.

Un Irak "indépendant et fort" va "permettre d'une certaine manière de contrecarrer les influences négatives de l'Iran", a-t-il dit. "Les milices iraniennes qui sont en Irak, maintenant que le combat contre l'Etat islamique touche à sa fin", "doivent rentrer chez elles, tous les combattants étrangers doivent rentrer chez eux", a-t-il insisté.

Il faisait référence au Hachd al-Chaabi, des unités paramilitaires qui regroupent plus de 60.000 hommes, pour beaucoup issus de milices chiites soutenues par l'Iran, formées en 2014 pour suppléer les forces gouvernementales irakiennes face aux jihadistes du groupe Etat islamique (EI). "Soit ils partent, soit ils intègrent les forces de sécurité irakiennes", une grande partie de ces miliciens étant irakiens, a précisé un haut responsable américain.

Rex Tillerson a toutefois ensuite assuré que le Premier ministre irakien contrôlait "totalement son pays".

Le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson assiste à Ryad à la première réunion de la Commission de coordination saoudo-irakienne, le 22 octobre 2017
Le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson assiste à Ryad à la première réunion de la Commission de coordination saoudo-irakienne, le 22 octobre 2017 ( Alex Brandon / POOL/AFP )

Il a aussi appelé l'Irak et l'Arabie saoudite à renforcer encore leur "relation vitale pour la stabilité" et la "sécurité" de la région.

"Malheureusement par le passé, les Irakiens ont eu des gouvernements (...) pas très amicaux à l'égard de l'Arabie saoudite", a dit pour sa part le ministre saoudien des Affaires étrangères Adel al-Jubeir, saluant la nouvelle dynamique.

Face à son rival iranien, le royaume sunnite a entrepris de se rapprocher de Bagdad, après avoir longtemps eu des relations difficiles avec les gouvernements irakiens à dominante chiite et proches de Téhéran qui se sont succédé depuis 2003.

- 'Mise sous tutelle' -

La visite de Rex Tillerson intervient moins de dix jours après la présentation par Donald Trump de sa stratégie face à l'Iran chiite, une de ses bêtes noires, accusé de "semer la mort, la destruction et le chaos".

Tout en remettant partiellement en cause l'accord sur le nucléaire iranien pourtant cher à ses alliés européens, le président américain a expliqué vouloir combattre les activités "néfastes" de l'Iran notamment auprès du régime de Bachar al-Assad en Syrie.

Le Yémen, où Téhéran soutient les rebelles Houthis contre les forces loyalistes épaulées par Ryad, a également été au coeur des entretiens de Rex Tillerson.

"Malheureusement après tant d'années", les Etats-Unis "ne veulent pas (...) reconnaître que l'Iran est justement la source de la stabilité, de la paix et de la lutte antiterroriste dans la région", a réagi dimanche le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif depuis l'Afrique du Sud.

La proximité avec l'Iran, c'est ce que l'Arabie saoudite, Bahreïn, les Emirats arabes unis et l'Egypte reprochent au Qatar.

Le 5 juin, deux semaines après une visite de Donald Trump à Ryad, ces quatre pays arabes ont rompu leurs relations diplomatiques avec Doha, également accusé de soutenir le "terrorisme".

Le Qatar rejette ces accusations et dénonce une tentative de "mise sous tutelle" par ce "quartet".

Depuis, cette crise d'une gravité sans précédent pour le Golfe est dans une impasse, malgré l'optimisme de Donald Trump, qui prédisait il y a un mois une issue positive rapide.

L'émir du Qatar Tamim ben Hamad Al-Thani (à droite) avec le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson, le 22 octobre 2017 à Doha
L'émir du Qatar Tamim ben Hamad Al-Thani (à droite) avec le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson, le 22 octobre 2017 à Doha ( Alex Brandon / POOL/AFP )

De retour dans la région après une mission sans succès en juillet, Rex Tillerson s'est borné à promettre de "continuer à travailler pour faciliter ce dialogue", tout en saluant les efforts de Doha dans la lutte antiterroriste et en constatant que le blocus économique imposé par le "quartet" pouvait avoir des effets contre-productifs.

L'Iran "est le seul espace aérien disponible pour le Qatar", a-t-il ainsi souligné, "voilà un exemple simple de ce qui nous préoccupe".

La tournée de Rex Tillerson le conduira dans les prochains jours pour la première fois au Pakistan et en Inde, où il évoquera notamment le conflit en Afghanistan, ainsi qu'à Genève.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Trader sur le CAC40 avec du levier
Lundi 5 novembre de 12h30 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/10/2018

L’équipe de TradingSat.com entrevoit un potentiel baissier sur l'action FAURECIA qui constituera le sous-jacent d’un turbo Put parfaitement adapté (V932S). Ce produit dérivé extrêmement…

Publié le 16/10/2018

Theraclion a annoncé que le Docteur Alfred Obermayer, investigateur principal de l'essai clinique de traitement des varices par échothérapie en Autriche, avait présenté des résultats…

Publié le 16/10/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 16/10/2018

JC Decaux, spécialiste mondial de la communication extérieur, a signé un protocole d’accord stratégique avec le Département de l’Urbanisme et des Municipalités d’Abou Dhabi (DPM). Une…

Publié le 16/10/2018

Après l'acquisition de la part minoritaire de sa filiale Quantum, le Groupe AdUX, spécialiste de la publicité digitale et de l'expérience utilisateur...